Pourquoi la pauvreté est sexiste: Le secteur de l’éducation

Pourquoi la pauvreté est sexiste: Le secteur de l’éducation

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Eva, à droite de la photo, à l’école primaire Malinzanga, avec Ziada (à gauche) et Jane (au centre).  Photo : Daniel Hayduk/ONE

Eva, à droite de la photo, à l’école primaire Malinzanga, avec Ziada (à gauche) et Jane (au centre). Photo : Daniel Hayduk/ONE

Cet article est le premier d’une série de blogs portant sur notre campagne « La pauvreté est sexiste »

On vous le dit depuis maintenant plusieurs semaines : les femmes et les filles vivant dans les pays en développement subissent une double peine, celle d’être née femme et dans un pays pauvre. Pour prendre toute la mesure de ce préjudice, ONE a analysé la situation des femmes et des filles dans les pays les moins avancés (PMA) via des indicateurs clés liés au genre. L’analyse de chaque indicateur montre que la vie est nettement plus difficile pour les femmes et les filles vivant dans les PMA que pour celles vivant dans d’autres pays. Si ce premier constat peut paraître peu surprenant, ONE a également remarqué que les disparités entre les sexes sont plus importantes dans les pays les plus pauvres.

Dans ce billet de blog, ONE souhaite mettre l’accent sur les défis auxquels les femmes et les filles font face en matière d’éducation. Investir dans ce secteur permettrait d’améliorer considérablement leurs conditions de vie et de donner ainsi à chacune la chance de mener la vie qu’elle souhaite.

La scolarisation des filles dans l’enseignement secondaire est 3 fois inférieure dans les PMA (26,8 %) que dans les autres pays (80,2 %).

Autre donnée marquante : il y a 144 fois plus de filles non scolarisées à Madagascar qu’en Allemagne, qui compte pourtant 3,5 fois plus d’habitants.

Eva à l’école primaire Malinzanga

Eva à l’école primaire Malinzanga

Garantir que tous les élèves dans les pays à faible revenu, y compris les filles, quittent l’école en maîtrisant les compétences élémentaires en lecture, permettrait de réduire l’extrême pauvreté de près de 12 % dans le monde entier.

Une attention toute particulière doit être portée à ces situations d’inégalités et d’injustices qui continuent malheureusement d’exister. Il ne s’agit pas seulement de favoriser l’accès à l’éducation à ces millions de jeunes filles, il est également essentiel de mettre en place des politiques intelligentes pour qu’elles restent à l’école en améliorant les infrastructures et en recrutant des professeurs femmes et hommes, formés, compétents et motivés.

Les opportunités ne manquent pas, encore faut-il que les dirigeants mondiaux les saisissent.

Mobilisez-vous aux côtés des 97 000 membres de ONE et témoignez de votre soutien envers toutes les femmes et les filles dans le monde. Signez notre pétition dès maintenant.

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

You agree to receive occasional updates about ONE’s campaigns. You can désinscrire at any time.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent