8,9 millions de personnes ont “désespérément” besoin d’aide

Cette semaine, dans Ondes de Choc: des tendances troublantes et persistantes de pénurie de nourriture et d’aide humanitaire alors que les besoins sont criants. À cela s’ajoutent les sécheresses en Somalie, les inondations au Kenya, l’extinction des feux du réseau électrique du Nigeria et les restrictions du COVID-19 en Afrique du Sud.

ACTUALITÉS

Loin des yeux, loin du cœur : Déclenchés par les inondations, la famine et la violence politique, les 4,3 millions de personnes déplacées et réfugiés du Sud-Soudan en font la pire crise de réfugiés en Afrique. Les 10 millions de dollars d’aide et les 80 000 sacs de riz destinés à lutter contre cette crise humanitaire ont été détournés par les élites politiques. Au niveau local, la violence sexuelle est utilisé comme un outils de conflit selon des critères ethniques suite à une accumulation complexe de conflits historiques. La Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies au Sud-Soudan a appelé à la mise en œuvre intégrale de l’accord de paix négocié pour le pays. Mais il semble qu’il y ait peu d’espoir pour cela, car “presque tous les facteurs de risque de l’ONU pour les crimes d’atrocité sont maintenant présents au Sud-Soudan”. Seulement 3,8 % de la population est entièrement vaccinée, alors que le conflit continue de mettre en péril la réponse du pays au COVID-19.

La marée haute de la faim : La guerre en Ukraine pourrait plonger 40 millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté. Les prix des denrées alimentaires et des carburants sont au premier rang : L’Afrique du Sud s’attend à une pénurie de céréales et les prix des carburants ont déjà augmenté de 21 rands par litre. La faim augmente au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, où déjà une personne sur trois a une consommation alimentaire insuffisante. La Banque Africaine de Développement a annoncé l’octroi d’un financement d’un milliard de dollars pour réduire l’importation de blé de la Russie en développant des variétés de blé tolérantes à la chaleur en Afrique. Tout cela à un moment où le COVID-19 a inversé les progrès réalisés en matière de réduction de la pauvreté, et où l’impact économique a frappé le plus durement les pays à faible revenu. Mais les experts ont prévenu qu’il fallait éviter les interdictions d’exportation irréfléchies, ainsi que les sanctions sur les denrées alimentaires et les engrais, si l’on voulait gérer les conséquences plus larges de la guerre.

Matière à réflexion : La Somalie présente actuellement le taux le plus élevé de consommation alimentaire insuffisante rapporté en Afrique. 1,4 million d’enfants somaliens de moins de cinq ans souffriront de malnutrition aiguë s’il ne pleut pas cette année. Mais les prévisions indiquent que la pluie ne viendra pas, ce qui ferait de la sécheresse actuelle la pire de l’histoire de la Somalie. Une sécheresse continue signifierait l’insécurité alimentaire pour 4 millions de personnes supplémentaires, en plus du 72% de la population dont la consommation alimentaire est déjà insuffisante. Entre-temps, le Partenariat pour une transformation agricole inclusive en Afrique (qui était censé augmenter les revenus et la sécurité alimentaire d’ici 2021) n’a pas atteint ses objectifs. Des questions de financement semblent être à l’origine des problèmes, mais certains appellent à la suppression du financement du programme. C’est une drôle de solution quand le sous-financement est au cœur du problème.

Avalé en entier :  Alors que la Somalie est confrontée à la sécheresse, le Kenya se noie : les immenses lacs du pays s’étendent lentement et personne ne semble y prêter attention. Les recherches accidentelles d’un géologue ont révélé des inondations dans tous les grands lacs du Kenya, y compris le Lac Victoria (le plus grand d’Afrique). Le Lac Nakuru a augmenté d’un incroyable 50%. Pendant la pandémie, 11 écoles qui avaient fermé ont été entièrement avalées par l’expansion du Lac Baringo avant d’avoir pu rouvrir. De nombreuses autres écoles ont dû être relocalisées pour éviter la montée des eaux.

Restrictions retirées : L’Afrique du Sud a enlevé “presque toutes les restrictions [COVID-19] sur l’activité sociale et économique”, mais a maintenu l’état de catastrophe nationale fortement critiqué. Les nouvelles réglementations permettront des rassemblements plus importants, l’abandon de l’obligation de porter un masque en plein air et l’obligation d’un test PCR pour les voyageurs entrants. Les critiques accusent le président Cyril Ramaphosa d’avoir utilisé l’état de catastrophe – ce qui lui permettrait de réimposer rapidement des restrictions – comme un simple coup de force. L’assouplissement des restrictions, aussi en Europe comme en Amérique du Nord, a été motivé par la baisse des taux de mortalité, d’hospitalisation et de morbidité en Afrique du Sud, et par les recherches indiquant que 60 à 80 % de la population est immunisée d’une manière ou d’une autre.

La guerre des nerfs : La Chine a levé les restrictions sur le COVID-19 à Shenzhen après avoir orchestré des tests rapides auprès des 17 millions d’habitants de la ville, seulement quelques jours après avoir fermé les entreprises. Bien que la production normale ait repris, les experts en chaîne d’approvisionnement préviennent que les perturbations pourraient se poursuivre. La politique chinoise de tolérance zéro à l’égard du COVID-19 prévoit un seuil d’épidémie beaucoup plus bas que dans d’autres pays : La fermeture est intervenue après 66 nouveaux cas. En revanche, l’Afrique du Sud a enregistré 1 267 nouveaux cas le 22 mars. Pareille en France, ou le nombre des cas confirmé a plus que doublé depuis le début de mars – à plus de 1300 par jour – mais les restrictions ont été supprimées. L’Allemagne a enregistré deux fois plus le nombre de cas en France le 18 mars. De même, les cas continuent d’augmenter au Royaume-Uni et en Italie avec la levée des restrictions.

Lumières éteintes : Les pannes de courant au Nigeria ont privé des personnes d’électricité pendant jusqu’à cinq jours. Les rapports font état de pannes dans les hôpitaux, avec des répercussions présumées sur les vaccins qui doivent être réfrigérés. L’effondrement du réseau national a commencé la semaine dernière, déclenché par l’accès limité à l’essence et une augmentation de 200 % du prix du diesel. Les problèmes d’approvisionnement ont des répercussions sur tout l’Afrique en raison de la guerre en Ukraine. Les entreprises ont réduit leurs heures d’ouverture et la compagnie aérienne nationale du Nigeria ne dispose plus que de trois jours de carburant. Le Ministère de l’Electricité a attribué une partie du problème à des questions d’infrastructure, tandis que d’autres l’ont attribué à la corruption du gouvernement. Le réseau national s’est effondré 130 fois depuis son privatisation, entraînant des coupures de courant régulières qui durent parfois des mois.

Le ciel est haut : Les taux d’intérêt ghanéens ont atteint leur plus haut niveau en 20 ans, tandis que le cedi s’est déprécié de 17 %. Dans une tentative de lutte contre l’inflation, la Banque du Ghana a augmenté son principal taux de prêt de 250 points pour le porter à 17 %, soit plus du double de ce que prévoyait un sondage d’économistes réalisé par Reuters la semaine d’avant. Le pays est en pleine crise de la dette, avec une dette publique totale égale à 80 % du PIB. En raison de la dette du secteur de l’énergie et d’un examen du secteur financier en 2016-17, la situation du Ghana s’est détériorée dans le cadre du COVID-19, et la guerre en Ukraine risque d’aggraver ses déficits commerciaux. Malgré tout, la banque centrale affirme que les taux d’intérêt seront réduits de plus de la moitié d’ici la fin de l’année. Ailleurs, la livre égyptienne a perdu presque 17% face au dollar.

L’ÉQUIPE DE ONE EN ACTION : 

LES CHIFFRES :

Inscrivez-vous pour recevoir Ondes de choc, notre nouvelle newsletter hebdomadaire pour suivre l’impact réel du COVID-19 en Afrique. Nous vous proposons des analyses pointues, succinctes et réfléchies de la part des experts de ONE.

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous recevrez occasionnellement des informations sur nos campagnes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent