Connaissez-vous la « Thermoflation » (ou Heatflation pour les bilingues) ?

Cette semaine, dans Ondes de Choc : les pays africains prennent en main leur destin sanitaire, le lien entre le réchauffement climatique et la sécurité alimentaire, la crise de la dette immobilière, la « heatflation » et plus encore.

ACTUALITES

Suivez votre propre chemin : Les pays africains appliquent activement les leçons tirées de la pandémie et prennent davantage en main leurs systèmes de santé pour renforcer la sécurité sanitaire du continent. Le conseil d’administration de l’Union Africaine a accepté de faire du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC Afrique) un organisme autonome, ce qui lui donne davantage de souplesse pour gérer et coordonner les mesures d’intervention d’urgence. Dans le même temps, le Rwanda a été choisi pour accueillir le siège de l’Agence africaine du médicament, avec le soutien total de l’OMS. L’agence régulera la qualité et la sécurité des produits pharmaceutiques, ce qui représente une étape importante pour le continent dont l’ambition est de produire ses propres vaccins et médicaments.

Des héros et des vaccins : Le taux global de vaccination contre le COVID-19 dans les 92 pays à revenu faible éligibles au mécanisme de garantie de marché COVAX est passé de 28% en janvier à 48% en juin. 🥳 Pourtant, les progrès varient fortement d’un pays à l’autre : c’est le cas du Malawi, avec seulement 8% de personnes vaccinées. Le programme COVAX a distribué plus de 1,5 milliard de doses de vaccin contre le COVID-19 dans 146 pays. Ces progrès ont été réalisés grâce à de nombreux héros méconnus, notamment des jeunes ambassadeurs et des Safari Doctors qui ont livré des vaccins sur des îles reculées du Kenya, des facilitateurs communautaires qui ont diffusé des informations sur les vaccins dans les rues de la RDC, et des agents de santé qui sont allés au contact des habitants des bidonvilles de Lagos grâce à des cliniques de vaccination mobiles. Mais le chemin à parcourir est encore long : seule 20% de la population africaine est entièrement vaccinée.

Faire monter la température : Les étés toujours plus chauds à cause du réchauffement climatique sont la principale cause météorologique de l’inflation des prix des denrées alimentaires (thermoflation ou heatflation), et les pays à revenu faible ou intermédiaire sont touchés de manière disproportionnée. La guerre menée par la Russie en Ukraine a déjà des effets dévastateurs sur l’approvisionnement et les prix des produits alimentaires, et cette situation risque encore de s’aggraver. Dans certains pays, le nombre d’enfants souffrant de malnutrition a déjà atteint des sommets. Des vagues de chaleur s’abattent sur une grande partie des pays de l’hémisphère Nord, des incendies de forêt forçant des évacuations au Maroc, en France, en Espagne, au Portugal et en Grèce. Les températures ont atteint jusqu’à 45°C au Maroc, tandis que la Grande-Bretagne a enregistré cette semaine sa température la plus élevée jamais atteinte, soit 40°C. En Inde, une vague de chaleur survenue au début de l’année a gravement endommagé la récolte de blé, contribuant ainsi à la crise alimentaire actuelle.

Prévision d’une double crise : Les pays à revenu faible sont confrontés à la plus forte hausse des coûts des importations alimentaires au niveau mondial. L’augmentation du coût des importations de blé, de riz et de maïs dans ces pays pourrait atteindre 1% du PIB l’année prochaine, soit plus du double de l’augmentation prévue pour 2021-22. Ces mêmes pays sont déjà en situation de surendettement ou à haut risque de l’être. La dette envers les créanciers étrangers des pays les plus pauvres du monde a augmenté de 75% entre 2010 et 2020, atteignant le chiffre record de 124 milliards de dollars. Les experts appellent les pays riches à fournir une aide d’urgence (y compris grâce à la réallocation de leurs DTS), à s’abstenir d’imposer des restrictions aux exportations alimentaires, et à soutenir la restructuration de la dette des pays dans le besoin. Il semble donc qu’il y ait beaucoup à dire lors du sommet entre les États-Unis et l’Afrique qui se tiendra plus tard dans l’année.

Échange de dette : Certains experts craignent que les émissions d’euro-obligations du Nigeria exposent le pays à un risque accru de surendettement, en particulier dans un contexte de dégradation des taux de change. Selon le bureau de gestion de la dette du pays, les recettes doivent considérablement augmenter pour financer les projets actuels du gouvernement, mais le pays présente le troisième ratio recettes/PIB le plus faible au monde, à 6,3%. Le dollar américain, qui représente 90% des échanges sur le marché des devises dans le monde, est à son plus haut niveau depuis 20 ans. Les pays lourdement endettés seront donc soumis à une pression supplémentaire, les remboursements devenant de plus en plus difficiles, voire impossibles, à mesure que leur monnaie se déprécie.

Des mouvements d’argent : Une fois de plus, les dirigeants du G20 n’ont pas réalloué les 100 milliards de dollars de Droits de Tirage Spéciaux aux pays dans le besoin. Le G20 déclare avoir atteint 73 milliards de dollars d’engagements en DTS, mais ne détaille pas ses calculs. Les engagements disponibles publiquement nous indiquent que seuls 61,5 milliards de dollars ont été promis à ce jour. Le président de la Banque mondiale, David Malpass, a critiqué l’absence de progrès en matière d’aide aux pays confrontés au surendettement. Mais le plan de financement du capital des banques multilatérales de développement du G20, publié récemment, est plus ambitieux (et s’aligne sur les demandes de ONE). Il prévoit un calendrier de 12 à 24 mois pour la mise en œuvre de réformes qui pourraient mobiliser « plusieurs centaines de milliards de dollars ». Mais la réponse commune, laconique, des BMD (y compris la Banque mondiale, qui… ahem, aurait tenté de bloquer la publication du rapport) n’est pas vraiment encourageante. Pendant ce temps, trois ministres des finances africains demandent que l’Union Africaine dispose d’un siège au G20 afin de garantir une représentation et un engagement équitables sur les thématiques ayant un impact sur le continent. Charles Michel, président du Conseil Européen, est d’accord. Et nous aussi.

L’équilibre : Le Fonds monétaire international (FMI) a donné son aval à un prêt de 235,6 millions de dollars au Kenya. Le gouvernement comptait sur ce soutien après avoir abandonné son projet initial d’emprunter un milliard de dollars auprès des banques commerciales ou de procéder à une nouvelle émission d’euro-obligations. Le pays présente un risque élevé de surendettement, et selon la dernière revue du FMI, le Kenya a fait preuve d’un « engagement à mener des politiques prudentes et à faire avancer les réformes structurelles ». Il prévoit notamment de passer du plafond d’endettement actuel de 10 000 milliards de shillings (84,4 milliards de dollars) à un plafond d’endettement lié à son PIB.

Voyage d’apprentissage : Les dirigeants africains ont apporté leur soutien à l’initiative « Education Plus », qui prévoit un enseignement secondaire gratuit et de qualité pour tous les enfants d’Afrique subsaharienne d’ici 2025. Cette initiative pourrait donner un coup de pouce nécessaire à pour atteindre l’objectif de parité à l’école : 34 millions d’adolescentes d’Afrique subsaharienne n’étaient pas scolarisées dans le secondaire avant la pandémie. Elle pourrait également contribuer à lutter contre la crise du sida : l’achèvement de l’enseignement secondaire réduit de moitié le risque de contracter le VIH pour les filles. Actuellement, 4 200 adolescentes et jeunes femmes de la région sont infectées par le VIH chaque semaine, et les adolescentes représentent six nouveaux cas sur sept.

L’ÉQUIPE DE ONE EN ACTION : 

  • Amy Gaman, militante de ONE : « Mon université a été attaquée par des terroristes de Boko Haram, cela a changé ma vie ».
  • Notre analyse approfondie des données sur la sécurité alimentaire montre combien de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire et quels pays ont connu les plus fortes augmentations depuis le début de la guerre en Ukraine. Consultez les visualisations de données ici.
  • Nous avons fait un partenariat avec NowThis pour mettre en avant l’impact physique, économique et émotionnel de la pandémie du COVID-19 sur les habitants de Lagos.
  • Comment lutter plus équitablement contre les épidémies ? Nous avons demandé à la militante Maurine Muregna de nous donner son point de vue.

LES CHIFFRES :

  • Plus de 890 millions de personnes dans 92 pays n’ont pas assez à manger. Près de 40% vivent en Afrique.
  • 58% des pays les plus pauvres du monde sont en situation de surendettement ou à haut risque de l’être, selon la Banque mondiale.

Inscrivez-vous pour recevoir Ondes de choc, notre newsletter hebdomadaire pour suivre l’impact réel du COVID-19 en Afrique. Nous vous proposons des analyses pointues, succinctes et réfléchies de la part des experts de ONE.

Signez la pétition

Ondes de choc : Suivre l’impact réel du COVID-19 en Afrique

Ondes de choc : Suivre l’impact réel du COVID-19 en Afrique

Signez la pétition

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous recevrez occasionnellement des informations sur nos campagnes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent