I wholeheartedly agree: Poverty is Sexist.
Girls and Women

I wholeheartedly agree: Poverty is Sexist.

Join

Join the fight against extreme poverty

A letter from Prime Minister Justin Trudeau

Thank you for the letter you sent to me on International Women’s Day and for calling on world leaders to recognize the indisputable link between gender inequality and extreme poverty. On behalf of the Government of Canada, I am writing back to let you know that I wholeheartedly agree: Poverty is Sexist.

Women and girls are less likely to get an education, more likely to be impoverished, and face greater risk of disease and poor health. I am grateful to groups like ONE, who work toward ending extreme poverty and gender inequality around the world, while also holding global leaders accountable.

I accept your challenge to lead. As a feminist, I know that women must be treated equally everywhere. That is why, as one of my first actions as Prime Minister, I named a gender balanced Cabinet. It is my hope that this will set an example for governments around the world.

The Government of Canada is taking another important and concrete step: we will host the Global Fund replenishment conference in Montreal in September. We have also raised our contribution by 20% to $785 million CDN.

Investing in the Global Fund – which fights HIV/AIDS, malaria, and tuberculosis – is critical, particularly for young women, who account for a shocking 74% of all new HIV infections among adolescents in Africa. Canada’s increased investment means more mosquito nets and medicine, and greater access to treatment and therapy, all of which will help the Global Fund meet its ultimate goal of saving an additional eight million lives and averting an additional 300 million new infections by 2019.

This commitment could not come at a more important time. The world has a unique opportunity to make lasting progress. By fast-tracking investments and building global solidarity, we can bring an end to three devastating epidemics – HIV/AIDS, malaria, and tuberculosis – that have tragic and far-reaching impacts on the most vulnerable people around the world.

Canada’s commitment to the Global Fund is the first step on a path toward a new global policy that prioritizes equal treatment of girls and women. Investing in health will enable girls and women to survive and flourish, including by making key contributions to ending extreme poverty for everyone.

But no one leader can make this happen alone. Canada can play an important role, but we need other leaders around the world to step up, too. And that’s where you come in.

Please continue to use your voice to ask for more from all leaders around the world. Please ask them to come to the Global Fund Replenishment Conference with ambitious goals, investments, and innovations in support of girls and women everywhere.

And please know that your call has been heard and that the Government of Canada is taking action.

Thanks, and see you soon.

Justin Trudeau


 

Je vous remercie de la lettre que vous m’avez transmise à l’occasion de la Journée internationale de la femme, et d’avoir demandé aux dirigeants du monde de reconnaître le lien incontestable entre l’inégalité des sexes et l’extrême pauvreté. Au nom du gouvernement du Canada, je vous réponds afin de vous dire que je suis entièrement d’accord avec vous : la pauvreté est sexiste.

Les femmes et les filles sont moins susceptibles d’obtenir une éducation, plus susceptibles de vivre dans la pauvreté et courent un plus grand risque d’être atteintes par la maladie et d’avoir des problèmes de santé. Je suis reconnaissant envers les groupes comme ONE, dont le travail vise à mettre fin à l’extrême pauvreté et à l’inégalité des sexes à travers le monde, tout en demandant aux dirigeants du monde de se responsabiliser.

J’accepte votre défi d’agir comme leader. En tant que féministe, je sais que les femmes doivent être traitées équitablement, peu importe où elles se trouvent. C’est pourquoi j’ai nommé un nombre égal de femmes et d’hommes au sein de mon Cabinet. Il s’agit de l’un des premiers gestes que j’ai posé en tant que premier ministre et j’espère que nous pourrons servir de modèle pour les gouvernements du monde entier.

Le gouvernement du Canada franchit un autre pas important et concret : nous accueillerons la Conférence sur la reconstitution des ressources du Fonds mondial à Montréal, en septembre prochain. Nous avons également augmenté notre contribution financière de 20%, qui s’élève maintenant à 785 millions de dollars canadiens.

Les investissements dans le Fonds mondial, qui lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose, sont d’une importance cruciale. Ceci est particulièrement vrai pour les jeunes femmes, qui représentent 74% de l’ensemble des nouvelles infections par le VIH totalisées parmi les adolescents d’Afrique. L’investissement accru du Canada permettra d’augmenter la quantité de moustiquaires et de médicaments distribués, en plus de garantir un meilleur accès aux traitements et aux thérapies. Toutes ces mesures aideront le Fonds mondial à atteindre son objectif ultime qui consiste à sauver huit millions de vies supplémentaires et à éviter 300 millions de cas de nouvelles infections d’ici 2019.

Cet engagement ne pouvait être pris à un moment plus important. Le monde se voit offrir une occasion unique de réaliser des progrès durables. En accélérant les investissements et en bâtissant la solidarité à l’échelle mondiale, nous pouvons mettre fin à trois épidémies dévastatrices : le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose. Ces maladies ont des conséquences tragiques et profondes sur les personnes les plus vulnérables du monde.

L’engagement du Canada envers le Fonds mondial est le premier pas vers l’élaboration d’une nouvelle politique d’envergure mondiale qui fait du traitement égal des femmes et des filles une priorité. Les investissements dans la santé permettront aux filles et aux femmes de survivre et de s’épanouir, notamment en apportant d’importantes contributions en vue de mettre fin à l’extrême pauvreté pour tous.

Mais aucun dirigeant ne peut atteindre un tel objectif en agissant seul. Le Canada peut jouer un rôle important, mais nous devons veiller à ce que d’autres dirigeants des quatre coins du monde s’engagent à leur tour. Et c’est ici que vous intervenez.

Je vous prie de continuer à faire entendre votre voix pour exiger davantage de la part des dirigeants du monde. Demandez-leur de venir à la Conférence de reconstitution du Fonds mondial en présentant des objectifs, innovations et investissements ambitieux pour appuyer les filles et les femmes du monde entier.

Et sachez également que votre appel a été entendu et que le gouvernement du Canada passe à l’action.

Merci, et au plaisir de vous voir bientôt.

Justin Trudeau

Join the Conversation

Comment Guidelines

Related Articles