Comparateur des engagements des candidat·e·s

Nous avons demandé à tou·te·s les candidat·e·s de nous détailler leurs engagements concrets pour éviter un retour en arrière et enfin mettre fin aux inégalités mondiales. Nous leur avons demandé de partager des propositions précises sur chacune de nos trois grandes demandes qui se situent sur le court, moyen et long terme.

Vous retrouverez les propositions de chaque candidat·e, classées selon nos trois grands axes, dès lors que nous les recevrons. Vous trouverez également notre analyse détaillée de ces propositions pour chaque candidat·e.

Comment comptez-vous mettre fin à la pandémie partout sur la planète ?

  • Nathalie Arthaud

    Pour Nathalie Arthaud, la pandémie est un exemple qui illustre la domination du monde par de grandes sociétés capitalistes dont le seul objectif est les profits

    Points positifs :

    • Propriété intellectuelle : Nathalie Arthaud se prononce en faveur de la levée des brevets sur les vaccins détenus par les entreprises pharmaceutiques, et dénonce leur enrichissement pendant la pandémie.

    Points à améliorer :

    • TTF : Nathalie Arthaud ne mentionne pas la TTF
    • DTS : Nathalie Arthaud ne mentionne pas les DTS
    • Vaccins : Nathalie Arthaud ne propose pas de mesures, au-delà de la levée de la propriété intellectuelle, pour assurer un accès équitable aux vaccins.

    Réponse écrite de NA (PDF)

  • Nicolas Dupont-Aignan

    En attente de réponse

  • Anne Hidalgo

    Anne Hidalgo considère que la priorité doit être de garantir un accès équitable aux vaccins sur l’ensemble de la planète car c’est une question morale.

    Points positifs :

    • Propriété intellectuelle : Anne Hidalgo s’engage à œuvrer pour une levée temporaire des barrière de la propriété intellectuelle sur les outils de lutte contre le COVID-19 afin de favoriser la production en Afrique. La propriété intellectuelle est aujourd’hui un frein trop important à cette augmentation de la production mondiale, notamment dans les pays en développement.
    • Vaccins : elle est la seule candidate qui s’engage à allouer 930 millions d’euros – la juste part de la France - à la lutte contre la pandémie dans les pays à faible revenu. Elle respectera aussi l’engagement français de partager 120 millions de doses avec les pays pauvres d’ici à juin 2022.
    • TTF : elle s’engage à allouer 100% des recettes de la TTF au développement et à la lutte contre le dérèglement climatique, contre environ 30% aujourd’hui. Les ressources de la TTF sont cruciales pour pouvoir dégager des ressources additionnelles pour la lutte contre l’extrême pauvreté dans le monde.
    • DTS : Elle souhaite qu’une partie des droits de tirage spéciaux soit allouée à des organisations régionales en Afrique, comme la Banque africaine de développement, afin de soutenir la redynamisation des économies des pays vulnérables. ONE demande à ce que la France alloue au moins 75% de ses DTS, soutien financer dont elle n’a pas besoin, aux pays à faible revenu, d’ici la fin de l’année 2022.

    Réponse écrite de AH (PDF)

  • Yannick Jadot

    Yannick Jadot a pris de nombreux engagements pour mettre fin à la pandémie dans le monde et a repris de nombreuses demandes formulées par ONE !

    Points positifs :

    • Vaccins : il s’engage à tenir les engagements français de partager 120 millions de doses avec les pays qui en ont besoin et d’honorer nos promesses de financements vis-à-vis du mécanisme ACT-A, évaluées à 1 milliard €.
    • Propriété intellectuelle : il s’engage aussi à soutenir la demande de l’Inde et de l’Afrique du Sud concernant la levée temporaire des brevets sur les vaccins contre le COVID-19, de l’accompagner d’un transfert de technologies, et d’entamer une discussion au niveau européen sur les modalités de la levée temporaire d’autres brevets en cas de future pandémie.
    • Financements et TTF : il s’engage à allouer 0,1% du RNB à la santé, notamment en allouant 70% des recettes de la taxe sur les transactions financières (TTF) – avec une assiette élargie aux transactions intra-journalières - à notre aide publique au développement (APD), contre environ 30% aujourd’hui. L’élargissement de la TTF aux transactions intra-journalières est un engagement capital puisqu’il permettrait de dégager des milliards d’euros de recettes supplémentaires (entre 2 et 4 milliards additionnels). Enfin, le candidat s’engage à relancer la question de la création d’une TTF européenne, en négociation depuis 10 ans sans succès.

    Points à améliorer :

    • TTF : Yannick Jadot peut mieux faire sur le fléchage de la TTF vers la solidarité internationale : chez ONE, nous demandons à ce que 100% des recettes de la TTF soient allouées à la lutte contre les inégalités mondiales. Cela sera d’autant plus nécessaire que la crise en Ukraine aura un impact important sur la sécurité alimentaire de nombreux pays africains, et augmentera donc de manière assez radicale les besoins financiers. Pour en savoir plus : https://www.one.org/africa/issues/covid-19-tracker/explore-ukraine/
    • DTS : Yannick Jadot ne mentionne pas ce qu’il fera des 27 milliards de DTS alloués à la France par le FMI en août 2021. ONE demande à ce que 75% au moins de ces DTS soient réalloués aux pays qui en ont réellement besoin d’ici à la fin de l’année 2022. Rappelons que ces DTS permettraient aux pays pauvres de bénéficier de liquidités supplémentaires pour compléter les réserves de leurs banques centrales.

    Réponse écrite de YJ (PDF)

  • Jean Lassalle

    En attente de réponse

  • Marine Le Pen

    En attente de réponse

  • Emmanuel Macron

    Emmanuel Macron souligne le manque de financements et de coordination actuel au sein du système international de réponse aux pandémies.

    Points positifs :

    • Vaccins : Emmanuel Macron rappelle les engagements français concernant le partage de doses (120 millions de doses d’ici fin juin) et s’engage à les tenir. Il mentionne également la nécessité d’augmenter les financements internationaux en faveur du renforcement des systèmes de santé, mais ne prend aucun engagement sur la contribution française.

    Points à améliorer :

    • Propriété intellectuelle : Emmanuel Macron mentionne l’engagement de la France et de l’UE pour parvenir à trouver un compromis sur la question de la propriété intellectuelle à l’OMC. Cependant, ce compromis est largement critiqué par la société civile qui pointe du doigt son manque d’ambition. Emmanuel Macron doit donc s’engager à aller plus loin et à renforcer la proposition de compromis débattue en ce moment.
    • TTF : Emmanuel Macron ne mentionne pas la TTF, alors que cette taxe solidaire se trouve fragilisée à la sortie de son premier mandat.
    • DTS : Emmanuel Macron ne prend pas de nouvel engagement français sur la réallocation des DTS aux pays vulnérables. Il rappelle la cible des 100 milliards, fixée il y a déjà un an et toujours pas atteinte.

    Réponse écrite de EM (PDF)

  • Jean-Luc Mélenchon

    Jean-Luc Mélenchon lie nos efforts pour mettre fin de la pandémie de COVID-19 partout sur la planète aujourd’hui et notre préparation aux futures pandémies : il faut effectivement que cette pandémie nous serve à mettre en place un système international qui fonctionne et permette de protéger toutes les populations de la planète en cas de nouvelle pandémie. Malheureusement, il ne reprend presque pas les propositions élaborées par ONE pour mettre fin à cette pandémie le plus vite possible.

    Points positifs :

    • Propriété intellectuelle : il s’engage à lever les brevets sur les vaccins contre le COVID-19, qui pour lui est un bien commun. Il rappelle à juste titre que plusieurs ONG (AccessIBSA et Médecins Sans Frontières) ont identifié plus de 100 sites de production capables de produire les vaccins contre le COVID-19 dans les pays en développement.

    Points à améliorer :

    • Vaccins :Jean-Luc Mélenchon ne s’engage pas à honorer les engagements français de partager 120 millions de doses avec les pays qui en ont besoin et de financer le mécanisme ACT-A à hauteur d’1 milliard d’€. Ces deux engagements sont pourtant essentiels pour mettre un terme à cette pandémie le plus vite possible.
    • TTF : Jean-Luc Mélenchon ne mentionne pas la taxe sur les transactions financières et son allocation au développement.
    • DTS : Jean-Luc Mélenchon ne mentionne pas la réallocation des 27 milliards de droits de tirage spéciaux reçus par la France en faveur des pays les plus vulnérables sur le plan économique.

    Réponse écrite de JLM (PDF)

  • Valérie Pecresse

    Pour Valérie Pécresse, la pandémie de COVID a montré à quel point nos destins sont liés, d’un bout à l’autre de la planète, quel que soit notre degré de développement. Elle affirme que mettre fin à la pandémie partout sur la planète, et notamment en Afrique, est sa priorité.

    Points positifs :

    • Vaccins :elle veut aller au-delà du don de doses et renforcer les capacités de production des pays africains. C’est effectivement extrêmement important mais nous devons également tenir notre engagement d’allouer 120 millions de doses aux pays les plus vulnérables d’ici juin 2022, puisque l’urgence est de remédier aux inégalités vaccinales : aujourd’hui encore, seuls 11,5% des populations des pays pauvres ont eu accès au vaccin, contre 74% dans les pays riches.
    • Propriété intellectuelle : elle souhaite que des solutions « d’aménagement » soient trouvées pour favoriser la production locale de vaccins, de tests et de traitements dans les pays les moins avancés.
    • Financements et TTF : elle s’engage à allouer 100% des recettes de la taxe sur les transactions financières (TTF) à notre aide publique au développement (APD), contre environ 30% aujourd’hui, en rappelant que c’était bien l’objectif initial de cette taxe lors de sa création. ONE fait également campagne pour que l’assiette de cette taxe soit élargie et pour qu’elle fasse l’objet d’un accord au niveau européen afin de dégager des ressources financières additionnelles pour soutenir les pays à faible revenu.
    • DTS : elle souhaite que les DTS obtenus par la France soient mis à disposition des pays d’Afrique touchés par la crise économique engendrée par le COVID en priorité. Elle ne précise pas cependant la part de ces DTS qu’elle souhaite allouer à l’Afrique : ONE demande à ce que celle-ci soit de 75% au moins d’ici à la fin de l’année 2022.

    Points à améliorer :

    • Financements pour la santé mondiale : Valérie Pécresse mentionne le soutien financier nécessaire pour assurer une équité vaccinale, mais elle ne donne pas de montant précis. Or, les estimations portent la juste part de la France à 930 millions d’euros pour soutenir efficacement l’accès équitable aux vaccins, tests et traitements dans les pays à faible revenu.
    • Propriété intellectuelle : elle est aujourd’hui un frein trop important à l’accès aux soins dans les pays pauvres. En période de pandémie, nous pensons qu’elle devrait tout simplement être suspendue de manière temporaire, car l’urgence sanitaire doit prévaloir sur la recherche du profit. C’est donc une dérogation totale dont nous avons besoin.

    Réponse écrite de VP (PDF)

  • Philippe Poutou

    En attente de réponse

  • Fabien Roussel

    Pour Fabien Roussel, «aucun Etat ne peut se sortir durablement d’une catastrophe sanitaire d’ampleur mondiale sans coopération poussée avec l’ensemble des autres Etats». C’est exactement le message que ONE met en avant depuis le début de la pandémie !

    Points positifs :

    • Propriété intellectuelle : il souhaite la levée temporaire des brevets sur les vaccins contre le COVID-19 ainsi que la mise en place d’un processus de transfert de technologie en faveur des pays à faible revenu.
    • TTF et financements : il s’engage à augmenter le taux de la TTF de 0,3 à 0,5%, mais ne précise pas quelle part sera affectée à la solidarité internationale. Il s’engage aussi à allouer 50% de l’APD aux services sociaux essentiels, y compris la santé et l’éducation, contre 25% environ aujourd’hui.
    • DTS : il souhaite utiliser les droits de tirage spéciaux du FMI pour créer une nouvelle monnaie internationale capable de financer des projets répondant aux besoins de développement des pays pauvres, mais il prévoit aussi de réviser le mode de calcul des quotes-parts de DTS qui avantage les pays riches : en effet, seuls 5% de la nouvelle allocation de 650 milliards de $ de DTS en 2021 ont bénéficié aux pays africains.

    Points à améliorer :

    • Vaccins : Fabien Roussel ne mentionne pas les engagements français concernant le partage de doses (120 millions de doses d’ici fin juin) ou les contributions financières aux mécanismes internationaux de lutte contre la pandémie comme ACT-A (la juste part de la France étant de 930 millions d’euros pour 2022).

    Réponse écrite de FR (PDF)

  • Eric Zemmour

    En attente de réponse

Comment soutiendrez-vous la relance des pays africains et créerez-vous des opportunités pour toutes et tous ?

  • Nathalie Arthaud

    Nathalie Arthaud souhaite que toutes les richesses, toutes les connaissances et tout les techniques dont l’humanité dispose servent à toute l’humanité

    Points positifs :

    • Pauvreté : elle reconnait la priorité qu’il faut donner à la lutte contre la pauvreté et soutient notre appel pour « inverser la tendance »

    Point à améliorer :

    • APD : elle ne mentionne pas l’APD
    • Dette : elle ne mentionne pas la crise de la dette
    • Emplois verts : elle ne mentionne pas les mesures précises qui seront mises en œuvre pour créer des emplois verts

    Réponse écrite de NA (PDF)

  • Nicolas Dupont-Aignan

    En attente de réponse

  • Anne Hidalgo

    Points positifs :

    • APD : elle s’engage à atteindre les 0,7% de la richesse nationale, sans préciser de date, et indique qu’elle utilisera la clause de de revoyure prévue dans la loi de programmation pour le développement pour confirmer cet engagement. Elle allouera 50% de notre APD aux services sociaux de base, elle doublera la part des projets en dons pour l’Afrique. Elle soutiendra tout particulièrement les sociétés civiles et les entrepreneurs.
    • Dette : elle souhaite s’attaquer au problème de la dette croissante des pays africains en trouvant des moyens de contraindre les créanciers privés à participer aux efforts internationaux d’allègement des dettes ainsi qu’à entamer une réforme des agences de notation pour que les pays en développement puissent continuer à emprunter sur les marchés financiers.

    Point à améliorer :

    • Emplois verts : Anne Hidalgo ne mentionne pas les mesures précises qui seront mises en œuvre pour créer des emplois – avec une priorité donnée aux emplois verts – au-delà de son engagement de soutenir les entrepreneurs. Nous devons planifier dès maintenant la création d’opportunités pour les 15 millions de jeunes africains qui arrivent sur le marché du travail chaque année.

    Réponse écrite de AH (PDF)

  • Yannick Jadot

    Points positifs :

    • Dette : Yannick Jadot s’engage à ce que la France propose un plan d’ampleur d’annulation de la dette COVID des pays pauvres tout en veillant à ce que la Chine participe pleinement à ce plan. C’est extrêmement important au vu de l’endettement massif de certains pays en Afrique, et il faut aller encore plus loin. Annuler la dette COVID seule ne suffira: la dette des pays africains avait déjà plus que triplé entre 2010 et 2019, c’est donc un défi chronique. De plus, on sait aujourd’hui qu’un tiers de cette dette est détenue par des créanciers privés, et qu’il nous faudra donc trouver un moyen d’inclure les acteurs du secteur privé dans ce plan d’ampleur.
    • APD : le candidat s’engage, comme indiqué dans la loi de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales, à allouer 0,7% du RNB à l’aide publique au développement en 2025, et à traduire cette augmentation dès 2023 dans la loi de finances. Il souhaite réformer l’Agence Française de Développement pour que celle-ci fasse plus de dons. Il mentionne un besoin de clarifier les cibles et les thématique de l’APD pour augmenter son efficacité : c’est une position portée par ONE depuis longtemps, puisque nous œuvrons pour que l’APD cible en priorités les pays les plus pauvres, soit allouée aux secteurs sociaux et qu’elle prenne davantage en compte les besoins spécifiques des femmes et des filles.
    • Climat : Yannick Jadot souhaite que la France et les autres pays à revenu élevé respectent leur engagement de financer la lutte contre le changement climatique dans les pays pauvres à hauteur de 100 milliards de dollars par an. Il nous manque encore des engagements financiers concrets à ce sujet de la part de la France. Il évoque également la question de la dette climatique des pays du Nord vis-à-vis du Sud. Cette dette climatique doit pour ONE être soldée par un soutien financier additionnel aux 100 milliards évoqués ci-dessus.

    Point à améliorer :

    • Emplois verts : Yannick Jadot met en avant la nécessité de garantir un travail décent à toutes et tous, mais c’est une thématique qui mériterait à notre sens d’être davantage développée, notamment l’importance de créer des emplois verts pour les 15 millions de jeunes africains qui arrivent sur le marché du travail chaque année.

    Réponse écrite de YJ (PDF)

  • Jean Lassalle

    En attente de réponse

  • Marine Le Pen

    En attente de réponse

  • Emmanuel Macron

    Emmanuel Macron souhaite investir dans « les fondements des sociétés africaines afin d’assurer une stabilité propice à la croissance durable ».

    Points positifs :

    • Emploi : Emmanuel Macron prévoit de soutenir le secteur privé et notamment les TPE/PME, ce qui permettra de créer des emplois et des opportunités pour la jeunesse du continent. Il souhaite également accompagner la jeunesse africaine en soutenant sa formation et sa mobilité.

    Point à améliorer :

    • APD : le candidat rappelle l’adoption de la loi relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales et son objectif d’allouer 0,7% de notre RNB à l’APD, mais sans préciser la date inscrite dans cette loi pour l’atteinte de cet objectif : 2025. Cet engagement date de 1970 et il est donc crucial que nous puissions l’honorer le plus rapidement possible. Il s’engage à allouer 50% des financements à l’Afrique, un engagement qui va dans le bon sens mais qui reste insuffisant : une aide dont le but premier est la réduction de l’extrême pauvreté devrait avant tout bénéficier aux pays pauvres d’Afrique. Enfin, il s’engage à faire transiter 10% de notre APD par les ONG, et à centrer notre aide sur les secteurs clés que sont la santé, l’éducation, l’eau et l’assainissement, l’égalité femmes-hommes, la transition énergétique et la protection de la biodiversité.
    • Dette : Emmanuel Macron ne mentionne pas le défi de l’augmentation du poids de la dette des pays à faible revenu ni la manière dont il envisage de faire participer les créanciers privés aux efforts du G20 sur l’allégement de ces dettes.

    Réponse écrite de EM (PDF)

  • Jean-Luc Mélenchon

    Points positifs :

    • Climat : le candidat souhaite l’adoption d’une politique africaine qui promeut l’intérêt général humain et se concentre sur l’adaptation au changement climatique,la lutte contre la désertification et la préservation de la biodiversité. Pour lui, les enjeux écologiques et l’accès à la santé sont des thématiques clés pour réduire l’extrême pauvreté et les inégalités sur le continent.
    • APD : il mentionne l’objectif d’allouer 0,7% du RNB à l’APD mais sans préciser de date pour l’atteindre, alors que la loi prévoit que celui-ci devrait l’être en 2025. Il s’engage également à améliorer la qualité de ces financements et de décider de son allocation avec les sociétés civiles locales afin de renforcer les droits humains. Pour améliorer son impact, ONE recommande également que des cibles précises, notamment géographiques et sectorielles, puissent guider la répartition de ce budget : 50% devraient être alloués aux pays les plus pauvres, 50% aux secteurs sociaux et 100% devraient contribuer à lutter contre les inégalités de genre.

    Point à améliorer :

    • Emplois verts : Jean-Luc Mélenchon ne mentionne pas l’importance de créer des emplois verts pour les 15 millions de jeunes africains qui arrivent sur le marché du travail chaque année.
    • Dette : Jean-Luc Mélenchon propose d’annuler les dettes « odieuses » contractées par les dictatures et qui n’ont pas permis d’améliorer les conditions de vie des populations. Des annulations de dettes seront en effet nécessaires pour certains pays, mais notre ONG recommande que ces annulations soient décidées en fonction de la situation économique du pays et des besoins des populations, et non en fonction de la nature des régimes au pouvoir. Ainsi, une dette « non-odieuse »devrait aussi être annulée si cela permet au pays concerné de dégager des ressource pour subvenir aux besoins de sa population. Enfin, le candidat ne précise pas comment il contraindra les créanciers privés à participer à ces efforts d’annulation de dette.

    Réponse écrite de JLM (PDF)

  • Valérie Pecresse

    Points positifs :

    • Emplois verts : Valérie Pécresse soutiendra la création d’emplois décents dans les pays africains – notamment francophones - tout en cherchant à encourager la transition énergétique. L’accent sera mis sur la formation, la coopération inter-entreprises et le transfert de technologies.

    Point à améliorer :

    • Dette : Valérie Pécresse ne mentionne pas les mesures qu’elle prendra en tant que Présidente de la République pour lutter contre la dette croissante à laquelle doivent faire face de nombreux pays africains. 31 d’entre eux font aujourd’hui face à un risque élevé de surendettement ou sont déjà surendettés, et la dette de l’Afrique a été multipliée par 4 depuis 2010. Il faut absolument que le prochain ou la prochaine Président·e de la République s’attelle à relancer les initiatives de suspension de la dette du G20 tout en contraignant les créanciers privés à y participer. Il faudra également proposer une réforme des agences de notations financières.

    Point inquiétant :

    • APD : la candidate ne mentionne pas l’objectif d’allouer 0,7% du RNB pour l’APD en 2025, inscrit dans la loi de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales. Cet objectif est primordial pour ONE : il permet d’acter la nécessité d’atteindre dans trois ans au plus tard notre engagement vieux de 50 ans. La loi sur le développement contient également de nombreuses cibles sectorielles et prévoit d’améliorer la transparence et l’efficacité de notre aide.

    Réponse écrite de VP (PDF)

  • Philippe Poutou

    En attente de réponse

  • Fabien Roussel

    Points positifs :

    • Dette : Fabien Roussel considère les dettes des pays à faible revenu comme illégitimes et souhaite leur annulation, mais aussi la remise en cause du rôle des banques et des assurances des pays riches dans la contraction de ces dettes.
    • APD : le candidat s’engage à respecter la loi et allouer 0,7% du RNB à l’aide publique au développement en 2025, ainsi qu’à consacrer l’essentiel de cette augmentation aux pays les moins avancés (PMA). Il est également d’accord pour reprendre les cibles proposées par ONE afin de garantir que 85% de notre APD totale s’attaquent aux inégalités entre les femmes et les hommes et 50% financent les secteurs sociaux. Il souhaite que l’APD soit fondée sur les besoins des pays récipiendaires et il rejette toute conditionnalité ou « marchandage ».
    • Climat : Fabien Roussel souhaite que soit respecté le principe de compensation des pays impactés par le changement climatique contenu dans les accords de Paris, sans toutefois engager précisément une contribution financière de la France.

    Point à améliorer :

    • Emplois verts : Fabien Roussel ne met pas assez en avant la nécessité de créer 15 millions d’emplois par an pour offrir des opportunités à la jeunesse du continent.

    Réponse écrite de FR (PDF)

  • Eric Zemmour

    En attente de réponse

Comment agirez-vous d’égal à égal en tant que véritable partenaire du continent africain ?

  • Nathalie Arthaud

    Nathalie Arthaud considère que le rapport entre pays riches et pays pauvres est totalement inégal et que ce sont les pays riches qui profitent des pays pauvres.

    Points positifs :

    • Partenariat : elle met en avant le fait que le pouvoir soit concentré auprès d’une poignée d’individus, appelés les « les grands bourgeois » et qu’il faut que le pouvoir soit mieux réparti au sein de la collectivité.

    Points à améliorer :

    • Flux financiers illicites : Elle ne mentionne pas la lutte contre les flux financiers illicites.
    • Partenariat : Elle n’explique pas précisément les mesures qui seront mises en œuvre pour garantir une meilleure place des pays africains au sein des instances internationales décisionnaires.

    Réponse écrite de NA (PDF)

  • Nicolas Dupont-Aignan

    En attente de réponse

  • Anne Hidalgo

    Anne Hidalgo considère que les éléments cruciaux d’un véritable partenariat avec le continent africain sont l’écoute et le respect, et que la priorité doit être donnée à la réduction de l’extrême pauvreté et l’adaptation au changement climatique.

    Points positifs :

    • Partenariat : elle souhaite la refonte des institutions internationales pour que celles-ci soient plus inclusives, et notamment la création d’un siège permanent pour l’Afrique et l’Amérique Latine au Conseil de Sécurité de l’ONU. De plus, elle favorisera au sein de ce partenariat les initiatives locales portées par la société civile, les maires ou régions.
    • Flux financiers illicites : elle s’engage à faire davantage pour lutter contre ces flux, notamment en imposant des normes de transparence plus exigeantes aux multinationales sans endommager leur compétitivité sur le marché mondial. Elle proposera ainsi d’imposer un reporting pays par pays public complet (étendu à tous les pays d’activités) aux multinationales au niveau européen. Elle souhaite aussi soutenir le renforcement des capacités de mobilisation des ressources fiscales et de négociations sur les marchés internationaux.

    Points à améliorer :

    • Préparation aux futures pandémies : Anne Hidalgo souhaite soutenir la production d’outils médicaux en Afrique, mais ne précise pas les mesures qui seront mises en œuvre pour y parvenir au-delà du soutien à une levée temporaire des brevets.

    Réponse écrite de AH (PDF)

  • Yannick Jadot

    Pour Yannick Jadot, agir d’égal à égal avec le continent africain, c’est avant tout mettre fin aux dépendances dont celui-ci souffre en matière d’accès aux services sociaux de base vis-à-vis des pays à revenu élevé.

    Points positifs :

    • Partenariat : le candidat souhaite que nous modifions nos politiques de développement pour que celles-ci soient davantage alignées sur les priorités des pays partenaires et qu’elles bénéficient davantage aux populations, aux acteurs locaux et à la jeunesse, notamment dans le cas où les autorités étatiques seraient inexistantes ou corrompues. Il veut à ce titre s’appuyer davantage sur les diasporas et développer la coopération décentralisée qui permet de coopérer au niveau régional ou local en finançant à hauteur de 50% les projets de développement des collectivités territoriales par des financements publics.
    • Flux financiers illicites : Yannick Jadot porte les demandes de ONE concernant la transparence des multinationales et demande ainsi à ce qu’elles publient des informations comptables et financières de base dans un reporting pays par pays public. Cela permettrait de déceler les schémas d’évasion fiscale plus facilement. La réponse de Yannick Jadot à ONE semble vouloir dire qu’il souhaite imposer cette transparence aux multinationales françaises dans tous les pays où elles sont présentes.
    • Renforcement des systèmes de santé : le candidat soutient pleinement l’agenda de l’Union africaine en ce qui concerne le développement de ses capacités de production de médicaments et de vaccins sur le continent africain. Il souhaite également faire la transparence sur la chaine de production des médicaments et associer les financements publics alloués aux entreprises pharmaceutiques à des conditions de transparence sur les prix et les activités. Enfin, il planifie de proposer une réforme de l’OMS pour que l’organisation soit plus inclusive et qu’elle permette de mieux nous préparer aux futures pandémies.
    • Place des pays africains dans la gouvernance mondiale : Yannick Jadot s’engage à défendre une meilleure représentation des pays africains dans les grandes institutions internationales et notamment au sein du Conseil de Sécurité des Nations unies.

    Points à améliorer :

    • Flux financiers illicites : la fin des paradis fiscaux doit être au cœur de notre réflexion sur la lutte contre les flux financiers illicites. A ce titre, nous pensons que la publication des noms des bénéficiaires effectifs des trusts est primordiale pour permettre de lever le voile sur ces sociétés opaques. Ce point n’a malheureusement pas été mentionné par Yannick Jadot.

    Réponse écrite de YJ (PDF)

  • Jean Lassalle

    En attente de réponse

  • Marine Le Pen

    En attente de réponse

  • Emmanuel Macron

    Emmanuel Macron met en avant les liens historiques, humains, linguistiques et la présence de nos entreprises en Afrique comme autant d’éléments que nous devons utiliser pour renforcer notre partenariat avec le continent.

    Points positifs :

    • Partenariat : Emmanuel Macron propose des pistes pour renforcer nos liens avec le continent, à travers les diasporas, la jeunesse et le secteur privé. Il mentionne notamment la nécessité de mettre en œuvre les conclusions du sommet de Montpellier (création d’un fonds d’innovation pour la démocratie, réforme de notre APD pour qu’elle soit plus partenariale). Il souhaite également soutenir les instituts de recherche et notre réseau scientifique, et améliorer notre coopération numérique et audiovisuelle.

    Points à améliorer :

    • Flux financiers illicites : Emmanuel Macron ne mentionne pas l’épineuse question des flux financiers illicites, qui font pourtant perdre au continent 89 milliards de dollars chaque année, autant de ressources qui pourraient être utilisées par les pays pour leur propre développement. Cette thématique est pour ONE un enjeu de cohérence des politiques publiques : la construction d’un partenariat d’égal à égal avec le continent doit être l’objectif principal poursuivi de manière cohérente au sein de toutes nos décisions de politiques étrangères, commerciales, et économiques.
    • Partenariat : Emmanuel Macron ne mentionne aucune mesure qui permettrait de mieux intégrer les pays africains au sein des organismes et instances de décisions internationales comme le G7, le G20 ou encore l’OCDE.

    Réponse écrite de EM (PDF)

  • Jean-Luc Mélenchon

    Pour Jean-Luc Mélenchon, le nouveau partenariat avec l’Afrique doit en finir avec les relations qu’il qualifie de néo libérales et sécuritaires que la France entretient avec le continent africain. Il met en avant de nombreux dysfonctionnements du système actuel, mais reprend peu de propositions de ONE pour y remédier.

    Points positifs :

    • Partenariat : le candidat souhaite que l’Afrique ne soit plus le théâtre d’un grand jeu entre puissances étatiques étrangères. Il souhaite mettre en place une francophonie aux services des peuples, point qui mériterait d’être précisé, notamment sur les modalités des relations entre la France et les pays d’Afrique francophones. Il souhaite dénoncer les accords commerciaux inégaux entre l’Union européenne et les pays africains.
    • Préparation aux futures pandémies : la nécessité de se préparer aux futures pandémies est largement mise en avant par le candidat, qui souhaite prévenir l’apparition de ces futures pandémies en modifiant nos modes de production, d’échanges et de consommation. Il souhaite également que nous fassions face « tous ensemble » plutôt que « chacun pour soi » (logique qui a prévalue face au COVID-19) aux prochains pandémies. Les propositions du candidat mériteraient d’être complétées par la nécessité d’investir dans le renforcement des systèmes de santé et des capacités de production d’outils médicaux en Afrique.

    Points à améliorer :

    • Flux financiers illicites : le candidat met en avant les conséquences néfastes sur les populations des relations entre certains secteurs économiques français et certains pays africains : il rappelle que 1 000 milliards de dollars de flux financiers illicites ont été perdus par le continent ces dernières années, le fameux casse du siècle mis en avant par ONE en 2014. Pour y remédier, nous pensons qu’augmenter la transparence des multinationales et mettre fin à l’opacité des paradis fiscaux sont des mesures clés, qui ne sont malheureusement pas mentionnées par Jean-Luc Mélenchon.
    • Place des pays africains dans la gouvernance mondiale : le candidat ne s’engage pas à proposer et défendre une plus grande place des pays africains dans la gouvernance mondiale et les institutions internationales, il mentionne simplement que l’Afrique ne doit pas être exclue de la course « aux nouvelles frontières de l’humanité » que sont l’espace, la mer et le numérique.

    Réponse écrite de JLM (PDF)

  • Valérie Pecresse

    Pour Valérie Pécresse, le nouveau partenariat avec l’Afrique doit être basé sur un respect mutuel.

    Points positifs :

    • Renforcement des systèmes de santé : elle souhaite que l’aide publique au développement soutienne l’augmentation des capacités de production d’outils médicaux en Afrique et pour renforcer les systèmes de santé, même si elle ne précise pas quel montant y serait alloué.
    • Place des pays africains dans la gouvernance mondiale : Valérie Pécresse s’engage à œuvrer pour une meilleure représentation des pays africains et de l’Union africaine dans les instances de construction des stratégies mondiales. Elle souhaite également former les diplomates et les associations sur le terrain à cette fin.

    Points à améliorer :

    • Flux financiers illicites : la fin des paradis fiscaux et la lutte contre l’évasion fiscale ne sont pas mentionnés par la candidate, alors qu’ils devraient être au cœur de notre réflexion sur la lutte contre l’extrême pauvreté. L’Afrique perd chaque année 89 milliards de dollars à cause de ces flux illicites, autant d’argent qui leur permettrait de financer leur propre développement. Des mesures concrètes devraient être mises en œuvre pour accroître la transparence des multinationales et ainsi permettre de déceler les schémas d’évasion fiscale nocifs à l’intérêt général.

    Point inquiétant :

    • Partenariat : la candidate souhaite que le nouveau cadre qui guide les relations entre l’Afrique et la France soit basé sur des choix politiques en matière stratégique ou migratoire. ONE n’est pas d’accord avec cette approche, qu’elle trouve dangereuse car elle prive notre politique de développement de son but premier et originel : la lutte contre l’extrême pauvreté. Cela doit être l’unique objectif de notre APD, comme stipulé dans les traités européens et dans la loi française depuis l’été 2021. En aucun cas cette politique ne doit être influencée par des éléments stratégiques ou migratoires. ONE s’oppose ainsi fermement à toute conditionnalité de notre aide à des fins de politique migratoire, économique ou diplomatique.

    Réponse écrite de VP (PDF)

  • Philippe Poutou

    En attente de réponse

  • Fabien Roussel

    Fabien Roussel souhaite développer au maximum la coopération entre les peuples au détriment de l’hégémonie, et refuse l’existence « d’îlots de prospérité au milieu d'un océan de détresse et de misère. »

    Points positifs :

    • Flux financiers illicites : même si cela n’est pas mentionné dans la réponse de Fabien Roussel à ONE, le candidat a fait de la lutte contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux la priorité de son programme. Il indique également qu’il consacrera 10 % de l’APD au renforcement les systèmes fiscaux des pays bénéficiaires, ce qui permettra d’augmenter les ressources domestiques des pays concernés.
    • Partenariat : Fabien Roussel souhaite s’éloigner les instances internationales qui ne représentent que les intérêts des pays riches comme le G7 ou le G20, et promouvoir au contraire les instances inclusives comme l’ONU. Il propose également une réforme de la Banque mondiale et le remplacement de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) par une Organisation mondiale de maîtrise des échanges, des investissements et de partage des biens communs (y compris les brevets).
    • Renforcement des systèmes de santé : il souhaite créer un pôle public du médicament au niveau européen voire mondial sous l’égide de l’OMS afin de sortir les outils médicaux d’une logique de marché. Il prévoit également de soutenir la création d’un système de protection solidaire, tout en demandant le renforcement du rôle et de l’indépendance de l’OMS. Il insiste également sur la prévention de futures pandémies qui doit se construire sur le modèle « One Health – une seule santé » afin d’y intégrer des impératifs climatiques et de biodiversité.

    Points à améliorer :

    • Flux financiers illicites : Fabien Roussel devrait mettre plus clairement en avant le lien entre la lutte contre les flux financiers illicites et les ressources financières perdues par les pays en développement pour subvenir à leurs propres besoins.

    Réponse écrite de FR (PDF)

  • Eric Zemmour

    En attente de réponse