Réaction aux conclusions du Conseil européen: “L’Union européenne ne voit pas plus loin que le bout de son nez”

Bruxelles, le 18 Octobre 2018 – Les chefs d’état et de gouvernements européens se réunissaient aujourd’hui à Bruxelles. ONE réagit aux conclusions de ce Conseil européen.

 

Friederike Röder, directrice France et Union européenne de ONE, déclare :

Les dirigeants européens ne voient pas plus loin que le bout de leur nez lorsqu’ils tentent de regarder vers l’Afrique. Dans les mêmes conclusions, sur la même feuille, ils déclarent que les relations entre l’Union européenne et l’Afrique sont « d’importance capitale »[1] et que la coopération entre les deux continents doit être « franchir un nouveau niveau, étayée par les ressources nécessaires »[2], puis annoncent vouloir conditionner l’aide au développement aux retours des migrants dans leurs pays d’origine. C’est tout simplement contraire aux traités qui stipulent clairement que l’objectif principal de l’aide doit être la lutte contre l’extrême pauvreté, et qu’elle ne doit donc en aucun cas être utilisée à d’autres fins.

C’est décevant, encore une fois, les discours sont là mais les actes ne suivent pas. Le prochain budget de l’UE qui s’étendra sur sept ans devrait être utilisé comme un outil fondamental pour mettre l’Europe sur la voie de l’éradication de la pauvreté, de la réalisation des Objectifs de développement durable, et de la mise en œuvre d’un véritable nouveau partenariat avec l’Afrique. L’aide européenne doit être allouée en priorité aux secteurs clés comme l’éducation et la santé, pour la jeunesse et les femmes, en particulier dans les pays les plus pauvres et les états fragiles. Ce qui est véritablement « d’importance capitale », c’est que l’Union européenne tienne son engagement d’allouer 0,7% de son RNB à l’aide au développement, en augmentant l’aide pour atteindre €140 milliards dans le prochain cadre financier pluriannuel, pour lutter contre l’extrême pauvreté.

L’Afrique semble être une réflexion secondaire pour les dirigeants européens, à tel point que durant la conférence de presse suivant le Conseil, ils ont presque oublié de mentionner en avoir discuté.  

La haute représentante de l’UE, Federica Mogherini, a déclaré pas plus tard que hier, à propos de l’avenir de l’aide au développement: “Si l’Afrique échoue, l’Europe ne peut pas réussir”[3], en décrivant les investissements de l’UE en Afrique comme “la chose la plus intelligente que l’Europe puisse faire pour sa propre sécurité et sa stabilité”[4].

Les actes ont toujours plus de poids que les mots. Et pour l’instant, on a encore rien vu à part des mots. Les dirigeants européens doivent comprendre cela avant qu’il ne soit trop tard. La conditionnalité de l’aide appartient au passé, aujourd’hui c’est d’engagements mutuels dont nous avons besoin. Pour construire un partenariat égal avec l’Afrique, l’UE doit regarder vers l’avenir et devrait commencer par respecter son engagement international d’allouer 0,7% du RNB à l’aide au développement d’ici 2030. “

Contact et demandes d’interview :

Charlotte Grignard – [email protected] – 0033622410041

Note aux rédactions :

18th October European Council conclusions:

https://www.consilium.europa.eu/media/36775/18-euco-final-conclusions-en.pdf

18th October press conference:

https://ec.europa.eu/avservices/video/player.cfm?sitelang=en&ref=I161913

Statement from Federica Mogherini:

http://www.europarl.europa.eu/news/en/headlines/world/20181011STO15883/bill-gates-eu-should-be-proud-of-its-generosity

ONE est une organisation mondiale de plaidoyer et de campagne, cofondée par Bono, qui lutte contre l’extrême pauvreté, essentiellement en Afrique. ONE est soutenue par plus de 9 millions de personnes à travers la planète et compte plus de 460 000 membres en France. Pour plus d’informations : one.org/fr

[1] eng : « paramount importance »

[2] Eng : “to a new level, underpinned by the necessary resources”

[3] Eng: “if Africa fails, there’s no way Europe can succeed”

[4] “smartest one Europe can make for our own security and our own stability”.