Réaction à la présentation du budget 2016 – Coupe dans l’aide au développement

Paris, le 30 septembre 2015 –  Aujourd’hui, le gouvernement a présenté le projet de loi de finance 2016 avec un budget de la mission Aide publique au développement de 2,6 milliards d’euros en 2016 (contre 2,77 milliards en 2015).

Friederike Röder, directrice France de ONE, réagit :

« Nous sommes abasourdis. Le budget 2016 présenté par le gouvernement va complètement à l’encontre des annonces faites par le Président de la République il y a encore à peine 2 jours à New York.

C’est la 5ème année de baisse consécutive du budget d’aide au développement. Pire encore, la coupe en 2016 est 2 fois plus importante que celle de l’année précédente. Ces 170 millions d’euros sont pourtant vitaux, ils pourraient financer des traitements antirétroviraux pour 500 000 personnes séropositives et des vaccins pour plus de 2 millions d’enfants.

C’est l’incompréhension à 2 mois de la Conférence Climat et juste après l’adoption des Objectifs de développement durable. Les belles paroles ne suffisent pas. Si le budget ne suit pas pour financer ces enjeux, pour reprendre les mots de François Hollande, ‘ il ne sera pas tard, ce sera trop tard ‘.

ONE compte désormais sur la mobilisation des parlementaires pour tenir les promesses de la France. »

Suite à l’interview de Manuel Valls sur France Inter ce matin (annonçant un amendement gouvernemental pour augmenter la mission APD et ainsi traduire en crédits budgétaires les annonces récentes du Président), Friederike Röder ajoute:

 

« Nous espérons que l’amendement du gouvernement sera présenté au plus vite et qu’il sera à la hauteur des enjeux.

Rattraper la baisse des 5 dernières années serait un bon début pour regagner en crédibilité. Il faudrait donc que la mission augmente d’environ 700 millions.

Rappelons de plus que les recettes des deux taxes solidaires (Taxe sur les transactions financières et sur les billets d’avion) rapportent environ un milliard d’euros censés être additionnels à la mission APD. »

 

Contact: Annabel Hervieu / [email protected] / 01 40 64 17 02 ou  + 33 6 31 22 89 68

Ou Charlotte Grignard / [email protected] / + 33 6 73 10 01 59

 

Notes aux rédactions :

  1. Le budget 2016 présente une mission Aide Publique au Développement de 2,6 milliards d’euros contre 2,77 en 2015
  2. Analyse de la baisse: La ligne budgétaire d’aide au développement de la France a baissé de 21% depuis 2011, soit une coupe de 700 millions d’euros.
  3. Calcul de l’impact de la coupe: La vaccination d’un enfant contre les 5 maladies mortelles mais évitables (le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, l’hépatite B et la méningite) coûte environ 30 €. Un traitement antirétroviral pour une personne sur un an se chiffre environ à 200 €.
  4. Annonces de François Hollande: Il a annoncé dimanche soir à la tribune du sommet des Nations Unies que “la France (avait) décidé d’augmenter le niveau d’aide au développement pour dégager 4 milliards d’euros de plus” d’ici à 2020. Le lendemain devant l’Assemblée générale des Nations Unies, il a précisé que 2 milliards d’euros de cette hausse allaient être investis dans des projets bénéficiant à la lutte contre le changement climatique. Il a par ailleurs parlé de sa volonté d’augmenter les dons qui peuvent bénéficier aux pays les plus pauvres (contrairement aux prêts).
  5. D’après l’OCDE, en 2014, la France n’a alloué que 0,36% de son revenu national brut à l’aide au développement, contre un engagement international de 0,7%. Seulement un quart de cette aide est allouée aux pays les moins avancés (PMA). Seulement 7,5% du financement climat de la France en 2013 a été alloué aux PMA.
  6. Demandes de ONE: ONE demande que la France fixe une trajectoire pour atteindre les 0,7% APD/RNB en augmentant dès 2016 la mission APD et notamment les dons. ONE demande également que la France se fixe un objectif d’allouer 50% de cette aide aux pays les moins avancés. Enfin ONE demande à ce que 50% des financements pour l’adaptation au changement climatique soit alloué aux pays les moins avancés et aux petits Etats insulaires en développement, et qu’ils soient à 90% constitués de dons.
  7. ONE est une organisation mondiale de plaidoyer et de campagne, cofondée par Bono, qui lutte contre l’extrême pauvreté, essentiellement en Afrique. ONE est soutenue par près de 7 millions de personnes à travers la planète et compte plus de 250 000 membres en France. Pour plus d’information : one.org