Journée internationale des filles : Nouveau classement – Accès des filles à l’éducation dans le monde : les mauvais élèves

Paris, le 10 octobre 2017 – A la veille de la journée internationale de la fille ce 11 octobre, ONE, l’ONG de lutte contre l’extrême pauvreté cofondée par Bono, dévoile un nouveau classement : les 10 pays au monde où les filles ont le moins accès à l’éducation. Parmi ces 10 pays, 9 sont en Afrique, et tous sont des Etats fragiles. Ce classement permet de montrer là où les efforts de la communauté internationale et notamment de la France doivent se concentrer dans les mois et les années à venir.

130 millions de filles sans accès à l’école, un impact mondial
L’accès des filles à l’éducation et la poursuite de leur scolarité se heurtent à de nombreux obstacles sociaux, culturels et économiques. Dans les 10 pays à la tête de ce classement, plus de la moitié des filles se marient avant leur 18ème anniversaire, et en moyenne, une fille sur quatre est obligée de travailler. Pour se rendre à l’école, parfois sans sanitaires ou manuels scolaires adaptés, elles doivent généralement parcourir de longues distances, souvent dans des conditions dangereuses.
Autant de raisons qui expliquent pourquoi, en 2017, près d’un demi-milliard de femmes dans le monde ne savent toujours pas lire. Pourtant, lorsqu’une fille a accès à un enseignement primaire et secondaire de qualité, elle est plus susceptible d’être en bonne santé et de réussir professionnellement. L’éducation donne aux filles davantage de possibilités de faire valoir leurs droits, de contribuer au bien-être de leur famille et de leurs communautés et de participer au développement de l’économie locale et mondiale.
La réduction des inégalités dans le monde entre les filles et les garçons en matière d’accès à l’éducation pourrait rapporter entre 112 et 152 milliards de dollars chaque année aux pays en développement.

Le Soudan du Sud, la République centrafricaine et le Niger dans le haut du classement des mauvais élèves
Le classement de ONE « Accès des filles à l’éducation dans le monde : les mauvais élèves » montre que 9 des 10 pays où l’accès des filles à l’éducation est le plus difficile sont en Afrique, et tous sont des Etats fragiles en situation de crise ou de conflit. Les chiffres parlent d’eux même : au Soudan du Sud, 1er pays du classement, seulement une fille sur 4 va à l’école primaire. Au Burkina Faso, en 8e position, seul 1% des filles ont terminé leurs études secondaires.
Cet index montre que pour améliorer réellement l’accès de toutes les filles à l’école et à l’instruction, une attention particulière doit être accordée aux pays les plus pauvres et aux pays en conflit – en particulier en Afrique.

Emmanuel Macron et la priorité à l’éducation mondiale
Friederike Röder, directrice France de ONE, déclare : « Cette journée internationale de la fille est l’occasion de rappeler que l’éducation des filles est un levier inestimable pour lutter contre l’extrême pauvreté. La France doit maintenant agir et montrer l’exemple pour que toutes les filles du monde aient accès à l’éducation. »
Dans les années à venir, la France sera en première ligne pour améliorer l’accès à l’éducation à l’échelle mondiale. En effet, en février 2018, la France co-organisera avec le Sénégal, la reconstitution du Partenariat mondial pour l’éducation (PME). Cet engagement engendre une responsabilité, celle de s’assurer, comme l’a annoncé Emmanuel Macron, que le Partenariat puisse être financé à hauteur des besoins, soit 3,1 milliard de dollars sur 3 ans. Pour pleinement jouer son rôle de leader, la France doit montrer l’exemple et annoncer une contribution de 300 millions de dollars au PME pour la période 2018-2020. Cette annonce doit se faire au plus vite, afin d’entraîner d’autres pays donateurs dans son sillage.

Contact presse
Charlotte Grignard – [email protected] – 06 22 41 00 41

Note aux éditeurs
Si la France contribue à hauteur de 300 millions de dollars au Partenariat mondial pour l’éducation, cela permettrait :
• à 2,9 millions enfants supplémentaires de terminer leur scolarité primaire
• à 990 mille enfants supplémentaires de terminer le collège
• à 255 mille enseignants de bénéficier de formations
• de construire plus de 3 500 salles de classe supplémentaires
• de distribuer 30 millions de manuels scolaires

ONE a lancé une pétition mondiale pour demander à tous les dirigeants de rejoindre le mouvement en faveur de l’éducation dans le monde et d’apporter le soutien nécessaire au Partenariat mondial pour l’éducation, notamment pour permettre aux 130 millions de filles à travers le monde qui n’ont pas accès à l’éducation d’aller à l’école.

A propos de ONE
ONE est une organisation mondiale de plaidoyer et de campagne, cofondée par Bono, qui lutte contre l’extrême pauvreté, essentiellement en Afrique. ONE est soutenue par plus de 8 millions de personnes à travers la planète et compte plus de 400 000 membres en France. Pour plus d’informations : one.org/fr