COVID-19 : Pourquoi le G20 doit accorder un allègement de la dette aux pays les plus pauvres

Alors que la pandémie du COVID-19 poursuit sa progression, 30 pays d’Afrique subsaharienne dépensent plus pour rembourser leur dette que pour leur budget de santé. La Gambie dépense jusqu’à 9 fois plus pour la dette extérieure que pour son secteur de santé, et pour des pays comme le Ghana et la Zambie, c’est 4 fois plus, alors qu’ils comptent 7 fois moins de lits d’hôpital que la moyenne de l’Union européenne. 

Le 15 avril 2020, les ministres des Finances du G20 ont convenu d’un moratoire pour suspendre les remboursements de dette pour 2020. C’est une avancée majeure ! Mais bien que prometteuse, cette première étape ne suffira pas pour juguler l’impact dévastateur de la pandémie sur les économies africaines. Alors que le continent n’a pas encore atteint le pic de la maladie, la crise sanitaire risque d’en cacher d’autres : une crise économique, mais aussi une crise de la faim et de l’éducation. L’allègement de dette est un outil extrêmement efficace pour répondre au besoin urgent de liquidités de ces pays, afin qu’ils puissent répondre à la crise et à ses retombées. 

Le statut quo du G20 a plusieurs limites : elle ne couvre qu’environ un tiers des remboursements de dette des pays pauvres, et ce seulement pour la fin de l’année 2020. Il ne comprend pas non plus les autres créanciers – privés (essentiellement des banques) et multilatéraux (le FMI et la Banque mondiale). Or, si seule la dette publique est allégée, l’argent libéré risque de servir à rembourser les autres dettes plutôt que de financer les secteurs sociaux essentiels des pays pauvres. 

C’est pourquoi ONE demande un allégement immédiat de la dette des pays les plus pauvres :

  • Tous les créanciers officiels, bilatéraux et multilatéraux devraient étendre la suspension de la dette pour les pays pauvres pour l’année 2021. 
  • Les pays donateurs devraient donner 1 milliard de dollars pour compléter le Fonds fiduciaire d’assistance et de riposte aux catastrophes du FMI, qui accorde un allégement de la dette pour les catastrophes sanitaires. La Banque mondiale devrait se doter d’un mécanisme similaire pour annuler ses paiements de dette.
  • Le G20 devrait lancer un processus complet de restructuration de la dette des pays pauvres qui en ont besoin, en vue d’annuler complètement tous les paiements de la dette et de ses intérêts pour 2020-2021 et de remédier aux vulnérabilités causées par la dette.

Aucun pays ne devrait devoir choisir entre rembourser sa dette et sauver des vies. 

Pour en savoir plus, découvrez notre rapport sur les enjeux de la dette à l’ère du COVID-19 et signez notre pétition “Demandez au G20 une suspension de la dette pour combattre le COVID-19”

Télécharger le rapport (PDF)

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

You agree to receive occasional updates about ONE’s campaigns. You can désinscrire at any time.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent