Eau et assainissement

Les liens entre le manque d’accès à l’eau et aux équipements sanitaires et les objectifs de développement sont clairs et les solutions à ces défis sont connues et abordables.

Le défi

L’eau insalubre et le manque d’installations sanitaires de base sapent les efforts visant à mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies dans les pays les plus pauvres du monde. L’Afrique subsaharienne est confrontée aux difficultés les plus criantes. Seules 68% des personnes vivant dans la région ont accès à un point d’eau amélioré et seulement 30% des personnes ont accès à un système d’approvisionnement en eau et assainissement amélioré. Près de la moitié de toutes les personnes qui utilisent des sources d’approvisionnement non améliorées vivent en Afrique subsaharienne (tandis qu’un cinquième vit en Asie du Sud).

La combinaison d’une eau insalubre et d’un manque d’équipements sanitaires reste l’une des principales causes de mortalité infantile. On estime à 1 000 le nombre d’enfants qui meurent chaque jour de diarrhée, causée par un manque d’hygiène et d’installations sanitaires adéquates. Les femmes sont deux fois plus susceptibles d’être chargées de la collecte de l’eau que les hommes. Dans les pays en développement, les femmes et les filles parcourent en moyenne 6 km à pied chaque jour pour aller chercher l’eau, autant de temps qu’elles pourraient consacrer à l’école ou au travail. Par ailleurs, plus de la moitié des filles qui abandonnent l’école primaire en Afrique subsaharienne le font parce que leur établissement scolaire ne dispose pas de toilettes séparées de celles des garçons et d’un accès facile à l’eau potable.

Dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement, les pays en voie de développement et les gouvernements des pays donateurs se sont engagés à réduire de moitié la proportion des personnes n’ayant pas accès à l’eau potable et à des installations sanitaires de base d’ici à 2015. En 2012, l’OMS et l’UNICEF ont indiqué que la cible des OMD pour l’eau potable était atteinte depuis 2010. Cette bonne nouvelle masque néanmoins des disparités régionales, : près de 663 millions de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à l’eau potable et 2,4 milliards de personnes ne disposent pas d’installations sanitaires adéquates.

L’opportunité

Les liens entre le manque d’accès à l’eau et aux équipements sanitaires et les objectifs de développement sont clairs et les solutions à ce problème sont connues et d’un bon rapport efficacité-prix. On estime que chaque euro dépensé pour l’eau et l’assainissement génère 4 euros d’opportunités économiques accrues. Un accès universel à l’eau et à des installations sanitaires engendrerait environ 29 milliards d’euros de bénéfices pour l’économie mondiale chaque année. Cet accès universel entrainerait en effet une diminution des coûts liés aux soins et une réduction des maladies qui permettrait une augmentation de la productivité.

Rien qu’en Afrique, l’accès universel à l’eau et à des installations sanitaires produirait des bénéfices annuels pour l’économie estimés à 20 milliards d’euros, qui profiteraient particulièrement aux femmes africaines. Les femmes et les filles en Afrique sub-saharienne consacrent aujourd’hui jusqu’à 4 heures par jour à la collecte de l’eau. Sans ce fardeau, les femmes pourraient augmenter leurs rendements agricoles de 20 à 30%. Réduire la distance qu’elles ont à parcourir pour aller chercher l’eau est aussi un moyen d’autonomiser les femmes, et plus particulièrement d’améliorer la participation scolaire des filles. Des études montrent qu’un accès à l’eau potable et à des installations sanitaires permet d’augmenter le taux de scolarisation des filles de plus de 15%.

Depuis 1990, la proportion de la population mondiale utilisant une source améliorée d’approvisionnement en eau a augmenté de 76% à 91%. La proportion de la population rurale mondiale sans accès à un système d’assainissement amélioré a diminué d’un quart. Enfin, le taux de défécations à l’air libre a chuté de 38% à 25% en 2015.

Pourtant, des efforts intensifs supplémentaires sont nécessaires afin d’assurer un accès à l’eau et à des équipements sanitaires pour tous : des centaines de millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable et l’objectif concernant les installations sanitaires est loin d’être atteint. Plus particulièrement, les disparités entre les zones urbaines et les zones rurales, les inégalités liées à la pauvreté et le fardeau pesant sur les femmes et les filles sont les éléments doivent être traités en priorité. Appelant à un accès universel et équitable à une eau potable et abordable, les cibles du nouvel Objectif de développement durable (ODD), concernant l’eau propre et l’assainissement met en place une dynamique efficace en vue de concrétiser cet objectif.