Financement du développement : les recommandations de ONE pour le futur accord d’Addis-Abeba

L’année 2015 est une année charnière pour le développement. Elle accueille en effet trois grandes conférences internationales liées au développement et à la lutte contre le changement climatique, dont la troisième Conférence internationale pour le financement du développement, qui se déroulera à Addis-Abeba en Ethiopie, cet été du 13 au 16 juillet.  Après les conférences de Monterrey en 2002 et Doha en 2008, les représentants des Etats, mais aussi du secteur privé et de la société civile, seront réunis afin de décider des ressources nécessaires pour adopter les nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) en septembre prochain.

Les Etats devront mobiliser les moyens nécessaires pour assurer la réalisation, l’exécution et le suivi, notamment au niveau du financement, des ODD pour que ces derniers soient atteints en 2030.

La  réussite de l’agenda du développement jusqu’en 2030 repose donc sur l’accord convenu lors de cette conférence d’Addis-Abeba. ONE présente ici ses recommandations pour faire d’Addis et de l’année 2015 un succès et pour ouvrir la voie à l’éradication de l’extrême pauvreté.

Par ailleurs, ONE insiste particulièrement sur la nécessité pour les Etats d’allouer au moins 50% de leur aide publique au développement aux pays les plus pauvres et d’orienter les financements vers l’autonomisation des femmes une priorité. Des financements additionnels doivent aussi être mobilisés afin d’aider les pays les plus pauvres à s’adapter au changement climatique.

Enfin, il ne faut pas oublier que les pays en développement doivent eux-mêmes accroître leurs ressources publiques dédiées à des secteurs clés tels que la santé et l’éducation. Un moyen de les aider à y parvenir est d’imposer une plus grande transparence aux entreprises multinationales et de lutter contre la corruption et l’évasion fiscale.

Retrouvez ici : 

L’intégralité de nos recommandations sur le financement du développement et la conférence d’Addis-Abeba

Les raisons pour lesquelles les pays devraient allouer au moins 50% de leur APD aux pays les plus pauvres

Les arguments en faveur d’une plus grande transparence des entreprises pour lutter contre l’évasion fiscale

Nos propositions d’amendements au « revised draft », le texte actuellement négocié au niveau de l’ONU en préparation d’Addis-Abeba (2e jet après le « zero draft »)

 

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

You agree to receive occasional updates about ONE’s campaigns. You can désinscrire at any time.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent