Une promesse est une promesse

Une promesse est une promesse

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Par Dagfinn Hoybraten, président du conseil d’administration de GAVI

Nous apprenons à nos enfants l’importance de tenir ses promesses. Pour cela, nous devrions avant tout leur montrer l’exemple et tenir nos propres promesses envers eux.

En 2011, mon organisation, l’Alliance mondiale pour les vaccins et l’immunisation (GAVI), a tenu sa première conférence à Londres. Lors de cette rencontre historique, nous nous sommes engagés à aider les pays en développement à vacciner 250 millions d’enfants d’ici à 2015, et ainsi éviter la mort de 4 millions d’enfants.

En tant que président du conseil d’administration de GAVI, je suis fier de dire que GAVI est en bonne voie de tenir ses promesses.

Bien que l’objectif ne soit pas encore atteint, les progrès accomplis sont d’ores et déjà incroyables. Et cette réussite ne se mesure pas uniquement en nombre de vies sauvées. Depuis 2011, l’Alliance GAVI a financé un total de 67 nouveaux vaccins et campagnes de vaccination. D’ici à 2014, le vaccin pentavalent contre les 5 maladies évitables les plus courantes aura été introduit dans 73 pays dits fragiles, éligibles au soutien de GAVI, comme la République démocratique du Congo, Haïti, la Birmanie, la Somalie et le Sud Soudan. Par ailleurs le prix de nouveaux vaccins prioritaires, tels que le vaccin contre la pneumonie et celui contre la gastroentérite, a beaucoup diminué grâce à l’action de GAVI, de même que le temps nécessaire pour que ces nouveaux vaccins atteignent les enfants qui en ont le plus besoin. Finalement, on constate que les écarts historiques en matière d’accès à la vaccination entre pays à faibles revenus et pays à hauts revenus, commencent à se réduire.

Tout cela a été rendu possible grâce à la conférence de Londres en 2011. Les donateurs se sont engagés à financer les actions de GAVI à hauteur de 7,4 millions de dollars. Ils se sont mobilisés à nos côtés car ils ont vu les progrès réalisés grâce à GAVI, parce qu’ils ont cru aux objectifs ambitieux que nous nous étions fixés et à notre capacité à les atteindre. A la fin du mois, ces donateurs se réuniront de nouveau lors de la réunion de mi-parcours des partenaires de GAVI à Stockholm, où ils discuteront des progrès réalisés et des défis à venir.

Mais alors qu’il ne nous reste que deux ans pour atteindre notre objectif, il y a encore beaucoup à faire pour tenir nos promesses. Certains pays ont du différer l’introduction de nouveaux vaccins du fait de contraintes mondiales d’approvisionnement ou des capacités limitées de production locale. D’autres régions ont encore besoin d’améliorer les systèmes de suivi des vaccinations, de même que le transport et le stockage des vaccins. Mais nous sommes sur la bonne voie. En Ethiopie, en 2011, j’ai eu l’occasion de voir sur le terrain les succès de GAVI. Et en rencontrant les parents, les responsables de chaines d’approvisionnement et des spécialistes de la santé, j’ai été profondément touché par leurs histoires et leur dévouement.

De tels résultats ont été soulignés dans plusieurs témoignages qui montrent les efforts extraordinaires réalisés par les pays membres et partenaires de GAVI pour s’assurer que les vaccins atteignent les enfants qui en ont le plus besoin, quelque soit l’endroit où ils se trouvent. Ces témoignages sont ceux des personnes qui agissent sur le terrain, ces personnes qui sont au cœur de notre action.

Je vous invite à lire et à partager ces histoires personnelles, pour en apprendre plus sur le travail et l’impact de chacun de ces acteurs. Grâce à chacun d’entre eux, nous pourrons tenir nos promesses.

 

 

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires