Un sommet anti-corruption crucial pour mettre fin aux scandales
Transparence

Un sommet anti-corruption crucial pour mettre fin aux scandales

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

1000 milliards de dollars ! C’est la somme qui s’échappe chaque année des pays en développement à cause des flux financiers illicites (1). Si ces flux étaient taxés et les revenus investis dans les services essentiels comme la santé et l’éducation, les pays en développement auraient davantage de ressources pour lutter eux-mêmes contre l’extrême pauvreté.

Et le scandale ne concerne pas que les pays en développement : Les sociétés écrans, banques et cabinets d’avocats, implantés dans les pays développés et leurs paradis fiscaux, jouent un rôle-clé dans le blanchiment d’argent. Selon un rapport de la Banque mondiale, 70% des plus grands scandales de corruption au monde impliquent des sociétés écrans (2). Le récent scandale des Panama Papers en est une nouvelle preuve…

1

Aujourd’hui, jeudi 12 mai 2016, se tient à Londres un grand sommet anti-corruption réunissant les représentants d’une quarantaine de pays. L’objectif déclaré de ce sommet ? Faire signer aux dirigeants présents « la toute première déclaration mondiale contre la corruption », d’après David Cameron, Premier ministre britannique. Ce sommet international est une opportunité unique pour prendre enfin des mesures concrètes en faveur d’une transparence accrue des entreprises.

Pour stopper cette hémorragie financière qui prive les pays pauvres comme les pays riches de ressources qui pourraient être utilisées à bon escient, des solutions existent. Par exemple, rendre publiques les informations sur l’identité des personnes qui possèdent et contrôlent les sociétés et les trusts, ou encore exiger des multinationales qu’elles payent leurs impôts en fonction de leur activité économique réelle et qu’elles rendent publiques ces informations sur leurs activités, notamment dans les pays pauvres et les paradis fiscaux.


Une opération coup-de-poing à Londres

Afin d’attirer l’attention sur le scandale de l’opacité financière et inciter les dirigeants à prendre des mesures concrètes, ONE a organisé une opération coup-de-poing à Londres mardi matin.

2

Masqués et vêtus de combinaisons intégrales imitant des costumes-cravates, de mystérieux individus ont investi les rues et les lieux symboliques de la capitale britannique. L’objectif ? Attirer l’attention sur ce scandale et dénoncer le système financier actuel qui permet à des individus d’opérer sous de fausses identités avec la complicité de sociétés et trusts opérant dans nos villes, sous nos yeux.

3

Comment lutter efficacement contre l’opacité des sociétés écrans ?

Une mesure sera mise sur la table pendant le sommet à la demande notamment du Nigeria : la mise en place de registres publics des bénéficiaires effectifs des sociétés et des trusts.

Cette mesure est déjà prévue par le Royaume-Uni, les Pays-Bas ou l’Australie mais exclut les trusts. La France, elle, prévoit de mettre en place ces registres mais de les rendre publics uniquement pour les trusts. Enfin, plusieurs pays dont la France portent une initiative de registres au niveau international, notamment du G20, mais qui ne seraient pas publics. Le seul pays à prévoir une réelle transparence portant sur les sociétés et les trusts est l’Afrique du Sud à ce stade.

La mobilisation de tous est plus importante que jamais à l’occasion de ce sommet anti-corruption qui se tient à Londres aujourd’hui. Vous aussi, appelez les dirigeants à prendre des mesures urgentes et concrètes en faveur de la transparence en signant notre pétition.

 

(1)   Rapport de ONE Le casse du siècle : https://www.one.org/fr/rapports/le-casse-du-siecle/

(2)   Rapport « Les marionnettistes » commandé par la Banque mondiale, 2011, https://star.worldbank.org/star/sites/star/files/puppets_masters_web.pdf

 

Ce billet a été rédigé par Perrine Mardiné, assistante Campagnes et Mobilisation chez ONE France.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents