Un pansement sur une blessure par balle

Cette semaine dans Ondes de Choc : une célébration en demi-teinte de la COP27, le sommet de la francophonie en Afrique, Pfizer qui frappe à nouveau, et plus encore.

ACTUALITES

Un pansement sur une blessure par balle : L’enthousiasme suscité par la création d’un fonds pour les pertes et dommages après la COP27 a été modéré par la déception causée par l’absence d’objectifs plus ambitieux en matière de réduction des émissions, y compris un engagement à abandonner les énergies fossiles. Éviter d’aborder le rôle des énergies fossiles comme étant l’une des causes de la crise climatique est devenu une tradition… ahem, insoutenable des conférences des Nations unies sur le climat. Les émissions annuelles mondiales de dioxyde de carbone ont augmenté de 63 % depuis que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations unies a publié sa première évaluation en 1990. Au rythme actuel des émissions, il y a 50 % de chances que le réchauffement de la planète dépasse les 1,5 °C dans neuf ans. Pendant ce temps, des dizaines de marques mondiales achètent des crédits carbone pour s’acheter une réputation, ce qui n’est ni plus ni moins que du greenwashing.

La banque verte : Autres nouvelles de la COP27 : la Banque africaine de développement a lancé son initiative Banque verte africaine, qui vise à promouvoir des mécanismes de financement verts au niveau local en collaboration avec les banques nationales africaines. L’Afrique doit mobiliser beaucoup plus d’investissements privés pour lutter contre le changement climatique. Entre 2019 et 2020, les financements privés ne représentaient que 14 % du total des financements climatiques africains, contre 50 % des financements climatiques mondiaux. Les banques qui participent à l’initiative pourraient jouer le rôle d’intermédiaires locaux, ce qui est crucial, en utilisant leur connaissance du paysage de l’investissement local et des besoins de développement pour s’assurer que les financements soient dirigés là où ils ont le plus d’impact.

Les questions fiscales : L’Assemblée générale des Nations unies a adopté à l’unanimité une résolution présentée par les pays africains qui pourrait marquer un précédent en matière de prise de décision sur la politique fiscale internationale. Cette résolution ouvre la voie à des discussions intergouvernementales afin de savoir si l’ONU devrait avoir cette autorité. L’UE, le Royaume-Uni et les États-Unis ont protesté contre la résolution, bien qu’ils aient finalement voté en sa faveur, soulignant ainsi le pouvoir d’une Afrique unifiée. Cette décision historique ne manquera pas de déclencher une lutte de pouvoir entre les pays occidentaux, qui veulent préserver leur contrôle sur la politique fiscale internationale par le biais de l’OCDE, et les pays à revenu faible ou intermédiaire, qui considèrent l’ONU comme une instance plus démocratique.

Fracture de la Françafrique : Dans des déclarations rappelant les années 1950 et largement critiquées par les Africains, le président français Emmanuel Macron a qualifié le français de « véritable langue africaine » et a déploré son déclin au profit des langues locales. La frustration du gouvernement français pourrait être alimentée par des raisons géopolitiques : Macron a dénoncé l’influence de la Russie en Afrique comme étant « prédatrice ». La France a également suspendu son aide au développement au Mali en raison de ses inquiétudes quant aux liens présumés de la junte au pouvoir avec le groupe Wagner, lié à la Russie. La France poursuivra son aide humanitaire au pays, mais les coupes budgétaires pourraient affecter un tiers de la population malienne.

AVIS DE RECHERCHE – responsabilité : La Cour suprême d’appel d’Afrique du Sud a ordonné le retour en prison de l’ancien président Jacob Zuma, jugeant que sa libération conditionnelle pour raisons médicales en septembre dernier était inconstitutionnelle. Reste à savoir si cela se produira : le département des services pénitentiaires va maintenant juger si les 13 mois que Zuma a passés en liberté conditionnelle doivent être déduits de sa peine de 15 mois de prison pour outrage au tribunal. La réaction négative de ses partisans à l’égard du jugement a alimenté les craintes de nouveaux troubles sociaux qui ont suivi sa première incarcération. Zuma a récemment rejoint l’opposition croissante à la réélection du président Cyril Ramaphosa à la tête du Congrès national africain, le parti au pouvoir en Afrique du Sud. Ramaphosa est confronté à de nombreuses difficultés, notamment une crise énergétique qui s’aggrave, une inflation croissante et des accusations de blanchiment d’argent. Jacob Zuma lui-même a été au centre de multiples scandales de corruption.

Problèmes post-pandémie : Les répercussions financières de la pandémie continuent de se faire sentir en Afrique, de nombreux pays étant confrontés à une forte baisse des dépenses de santé en raison de ressources financières insuffisantes. La croissance rapide des budgets de la santé pendant la pandémie – qui a même atteint 43 % au Burkina Faso – s’est révélée insoutenable compte tenu du ralentissement économique mondial et du niveau élevé d’endettement. Le résultat probable est une reprise retardée et un accès restreint aux soins de santé pour ceux qui en ont pourtant le plus besoin. Ce n’est pas une bonne nouvelle : les perturbations des services de santé essentiels dus à la pandémie de COVID-19 avaient entraîné une aggravation de la situation liée à d’autres maladies. Les cas de rougeole ont ainsi augmenté de 400 % au cours du premier trimestre de 2022 en Afrique, la mortalité due à la tuberculose a augmenté pour la première fois en dix ans et les décès dus au paludisme ont augmenté pour la première fois en près de deux décennies.

Du déjà vu pour Pfizer : Selon Oxfam et People’s Vaccine Alliance, 26 % seulement des commandes de Paxlovid, le médicament oral de Pfizer contre le COVID-19, sont destinées aux pays à revenu faible ou intermédiaire (PRFI). Après que l’accès tardif aux vaccins contre le COVID-19 ait contribué aux faibles taux de vaccination dans les PRFI, ces pays doivent maintenant lutter contre l’inégalité d’accès aux médicaments qui pourraient contribuer à protéger leurs populations moins vaccinées et donc plus vulnérables contre les effets de COVID-19. Alors que Pfizer a convenu d’un prix inférieur à 25 dollars par traitement pour certains PRFI et d’un prix sans but lucratif pour d’autres, certains pays à revenu moyen doivent payer jusqu’à 250 dollars par traitement de Paxlovid. Pfizer a déclaré 26 milliards de dollars de bénéfices jusqu’au troisième trimestre 2022 et a récemment revu à la hausse ses prévisions de revenus pour la même année, comprenant les 22 milliards de dollars de revenus attendus des ventes de Paxlovid.

Des temps durs : La crise alimentaire au Kenya entraîne des mesures extrêmes aux niveaux national et local. Dans le contexte d’un débat en cours concernant la décision du président William Ruto de lever l’interdiction vieille de dix ans de commercialiser les cultures génétiquement modifiées, certains commerçants kényans achètent des céréales directement dans des villages ougandais pour faire face à la pénurie dans leur propre pays. Compte tenu de la baisse des livraisons mondiales de céréales prévue pour 2023, il est probable que de telles mesures se poursuivent. Entre-temps, le président Ruto fait pression pour élargir l’assiette fiscale du pays afin d’augmenter les recettes fiscales de 14 % à 25 % et de faire face aux nombreuses crises du pays sans contracter de nouvelles dettes.

L’ÉQUIPE DE ONE EN ACTION : 

  • Le coup d’envoi de la Coupe du monde de football 2022 a été donné, sur fond de controverse sur les droits humains au Qatar et l’impact de l’évènement sur l’environnement. Que savez-vous du travail accompli par les plus grandes stars du football en dehors du terrain ? Testez vos connaissances avec le Football Activist Quiz de ONE.
  • Rejoignez-nous à 20h30 (heure de Paris) mercredi 30 novembre pour assister à la conférence « Construire un monde plus juste : une conversation avec Lawrence H. Summers » (Building a fairer world : in conversation with Lawrence H. Summers), issue d’une collaboration de ONE avec Tortoise Media.

LES CHIFFRES :

  • 112 fois plus grand : La taille du pavillon des Émirats arabes unis par rapport à celui du Malawi à la COP27.
  • 1 VS 7000 : Les émissions de CO2 de la Somalie par rapport à celles des États-Unis. La Somalie vit sa cinquième saison des pluies ratée, due en partie au changement climatique, et est au bord de la famine.
  • 10 millions de tonnes : La quantité de nourriture qui est gaspillée chaque année en Afrique du Sud, soit un tiers des 31 millions de tonnes produites annuellement dans ce pays.
  • 7 milliards de dollars : La somme promise par la Fondation Bill et Melinda Gates pour lutter contre la faim, les maladies, la pauvreté et les inégalités de genres dans les pays africains au cours des quatre prochaines années.

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous recevrez occasionnellement des informations sur nos campagnes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent