Sortir de l’extrême pauvreté et créer une chaine de solidarité avec ses voisins
Agriculture

Sortir de l’extrême pauvreté et créer une chaine de solidarité avec ses voisins

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Le Malawi est un pays magnifique et pittoresque. La chaleur et la générosité de ses 17 millions d’habitants lui ont valu le surnom de « cœur chaud de l’Afrique ». Mais c’est aussi l’un des pays les plus pauvres du monde, avec environ 7 personnes sur 10 qui vivent dans l’extrême pauvreté, essayant de survire avec moins d’un euro par jour.

Comme dans la plupart des pays les moins avancés, l’économie du Malawi repose largement sur l’agriculture : plus des trois quarts de la population active travaille dans le secteur agricole. Généralement, les agriculteurs malawiens ont une petite part dans une exploitation, produisant juste assez pour nourrir leur famille.

Il est rare qu’ils aient un revenu suffisant pour envoyer leurs enfants à l’école, épargner ou trouver un moyen d’échapper à la pauvreté et aux mauvaises récoltes dues aux inondations, aux sécheresses ou aux maladies qui sont souvent une question de vie ou de mort.

snapshots from malawi #2 mtika goats

Au début de l’année 2015, le Malawi a été dévasté par des inondations d’une gravité sans précédent depuis un demi-siècle, qui ont provoqué le déplacement de presqu’un quart de millions de personnes. Avec la sécheresse qui s’en est suivie, les dommages touchant les récoltes ont entraîné des pénuries alimentaires dans un pays où 3,7 millions de personnes sont déjà sous-alimentées.

Il y a pourtant de l’espoir pour les petits exploitants agricoles du Malawi et des autres pays en développement. Dans le district de Kasungu, à environ trois heures de route au nord de Lilongwe, la capitale du Malawi, la famille Mtika et plusieurs de ses voisins ont fait des progrès notables dans leurs petites exploitations depuis qu’elles ont reçu du bétail et une formation de la part de Heifer International. L’organisation Heifer propose des interventions sur mesure pour aider la population à se sortir de la pauvreté. Non seulement elle fournit aux familles du bétail et des services vétérinaires, mais elle les aide aussi à construire des groupes locaux d’épargne et de crédit, et elle encourage l’éducation sur l’égalité des sexes dans plus de 30 pays.

snapshots from malawi #2 mtika family

La famille Mtika travaille avec Heifer International depuis plus de quatre ans. Monsieur Mtika, qui est handicapé, est devenu un exploitant agricole de premier plan dans son village. Il partage son savoir et ses expériences en formant les autres membres de sa communauté.

Par l’intermédiaire de Heifer International, la famille Mtika a reçu un bouc, qu’elle a accouplé avec une chèvre fournie par Heifer dans l’objectif d’élever son propre petit troupeau.

Les Mtika ont offert certaines de leurs chèvres en cadeau à des familles voisines, qui ont fait la même chose à leur tour, perpétuant ainsi un cycle positif de développement. La famille Mitka a également suivi des formations sur le compostage, la diversification des cultures, la gestion de la terre, le stockage des récoltes, l’usage efficace du poêle. De son côté, le gouvernement consacre des ressources significatives à l’agriculture et travaille pour améliorer la manière dont cet argent est dépensé.

snapshots from malawi #2 mr mtika

Les résultats sont remarquables. La ferme des Mitka est propre et organisée. C’est avec un sourire chaleureux que Monsieur Mtika décrit l’impact de ces changements sur sa famille : « Nos enfants n’ont plus faim lorsqu’ils se couchent le soir, et nous pouvons faire trois repas par jour au lieu de deux ». La famille Mtika a radicalement amélioré son stockage de graines, elle a désormais un fourneau qui consomme moins de bois et dégage moins de fumée, et les quatre enfants Mtika – deux garçons et deux filles – vont désormais à l’école. Lorsqu’on l’a interrogé sur ces réussites, Monsieur Mtika s’est mis à rire et a montré Madame Mtika du doigt en disant : « Je n’aurais rien pu faire sans l’aide de ma femme ».

snapshots from malawi #2 dorothy kitchen

A quelques pas de là, si l’on emprunte un chemin de terre qui relie la ferme des Mtika à la ferme voisine, Rosie Bamaye habite dans une petite maison en terre avec ses enfants. Elle nous montre en souriant les chèvres qu’elle élève avec succès depuis qu’elle les a reçues en cadeau de la part de la famille Mtika, ainsi que le petit four qu’elle a appris à fabriquer grâce à une formation proposée par Heifer. Pour Rosie, Heifer et les chèvres offertes par les Mtika l’ont mise sur le chemin de la prospérité. Depuis, elle a donné des chèvres à d’autres familles, partageant ainsi les bénéfices des cadeaux qu’elle avait reçus.

Des histoires similaires ont lieu à travers le Malawi et d’autres pays en développement, ce qui prouve que personne n’est condamnée à vivre dans l’extrême pauvreté à perpétuité. Avec un peu d’aide de ses voisins, qu’ils vivent dans une ferme voisine ou sur le continent, et avec des politiques publiques adaptées, l’extrême pauvreté pourrait être éradiquée d’ici à 2030.

Cette histoire s’inscrit dans l’Objectif de développement durable “La fin de la pauvreté“.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents