Pourquoi la crise du sida n’appartient pas encore au passé

Pourquoi la crise du sida n’appartient pas encore au passé

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Il y a vingt ans, un diagnostic positif au VIH équivalait généralement à une condamnation à mort.

Heureusement, nous avons fait beaucoup de chemin dans la lutte contre le sida depuis. Le nombre de nouvelles infections a diminué de plus de 40 % depuis 1997 où elles avaient atteint leur niveau record. Entre la reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre les pandémies qui a été un véritable succès cette année et les nombreux progrès médicaux et technologiques vitaux, nous pouvons maintenant envisager un monde sans sida. Cela semblait impensable il y a quelques années.

Mais le combat n’est pas fini. Nous ne pouvons pas nous permettre de relâcher les efforts et d’ignorer la crise que représente toujours le sida pour des millions de personnes.

Voici les quatre raisons principales pour lesquelles nous devons poursuivre notre combat contre le sida.

  • 3 personnes contractent le VIH chaque minute

À travers le monde, cela signifie que 1,7 million de personnes contractent le VIH chaque année. Les femmes et les filles sont particulièrement vulnérables. Dans le monde, elles sont plus de 800, âgées de 15 à 24 ans, à contracter le VIH chaque jour. En Afrique subsaharienne, les jeunes femmes de cette tranche d’âge sont deux fois plus susceptibles de contracter le VIH que leurs homologues masculins.

  • 14 millions de personnes n’ont toujours pas accès au traitement

Le manque d’accès aux traitements implique un nombre de décès liés au sida encore très élevé et inacceptable. En 2018, 770 000 personnes dans le monde sont mortes des suites du sida. L’accès au traitement est également essentiel pour prévenir et arrêter la propagation du VIH. Car si une personne vivant avec le VIH prend son traitement régulièrement et a une charge virale indétectable, il n’y a alors aucun risque de transmission du VIH par voie sexuelle.

  • Nous sommes encore loin de l’objectif « 90-90-90 »

Les Nations Unies ont fixé l’objectif “90-90-90” à atteindre d’ici 2020 : à cet horizon, 90% des personnes vivant avec le VIH connaitront leur statut sérologique, 90% des personnes connaissant leur statut recevront un traitement antirétroviral et 90% des personnes recevant un traitement auront une charge virale durablement supprimée.

En 2018, nous n’en étions encore qu’à 79-78-86 : dans le monde, seulement 79% des personnes vivant avec le virus connaissaient leur statut sérologique. 78% d’entre elles avaient accès à la thérapie antirétrovirale. Et seulement 86% de ces derniers présentaient des charges virales indétectables. Il nous faut encore déployer des efforts considérables si l’on espère atteindre l’objectif 90-90-90. Par exemple, pour atteindre l’objectif de 30 millions de personnes sous traitement d’ici 2020, il faudra donner accès au traitement à près de 7 millions de personnes supplémentaires au cours de la prochaine année. En 2018, seulement 2 millions de nouvelles personnes ont bénéficié d’un traitement.

  • Il nous manque plus de 25 % du financement dont nous avons besoin pour atteindre les objectifs clés

En 2018, 19 milliards de dollars ont été mobilisés pour lutter contre le VIH/sida dans le monde. L’ONUSIDA estime que 26 milliards de dollars seront nécessaires en 2020 pour atteindre les objectifs clés dans ces pays. Cela signifie qu’il y a un déficit mondial de financement de plus de 25 % nécessaire pour atteindre les objectifs clés dans les pays les plus durement touchés.

Et ensuite ?

Il est essentiel que nous prenions toutes les mesures nécessaires pour aller jusqu’au bout de ce combat car l’endroit où l’on naît ne devrait pas déterminer si l’on peut vivre. Il faudra pour cela une détermination renouvelée et un plan clair pour en faire une priorité et vaincre cette maladie aux quatre coins de la planète.

En cette journée mondiale de la lutte contre le sida, nous souhaitons remercier les gouvernements et les dirigeant.e.s du secteur privé qui ont intensifié leur engagement dans la lutte contre le VIH/sida, les militant.e.s qui n’ont jamais baissé les bras, et surtout les véritables héros et héroïnes du quotidien : les infirmier.ères et les travailleur.euses de la santé qui luttent contre ces maladies jour après jour dans leurs communautés !

Aussi, nous promettons de mener ce combat jusqu’à ce que chacun.e, partout dans le monde, ait accès au traitement vital dont il et elle a besoin – une condition indispensable pour mettre fin au sida, pour de bon.

En 2020, rejoignez-nous et restez mobilisé.e.s à nos côtés pour faire avancer ce combat !

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

You agree to receive occasional updates about ONE’s campaigns. You can désinscrire at any time.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent