Paver la route pour un futur sans faim ni pauvreté.

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Le Directeur en charge des politiques au niveau mondial de ONE Ben Leo donne son analyse du sommet du G8 de cette année à Camp David.

Le sommet du G8 à Camp David le week-end dernier a marqué le troisième anniversaire de l’initiative de l’Aquila sur la sécurité alimentaire qui avait été lancée au G8 de 2009. Ce troisième anniversaire marque aussi l’expiration de la plupart des engagements financiers pour la fin de l’année. En même temps, l’une des pires sécheresses en 60 ans a ravagé les moyens de subsistance de plus de 13 millions de personnes en 2011dans la Corne de l’Afrique.  Une autre sécheresse a mis la vie de 12 millions de personnes en danger dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest. Je me demande si suffisamment d’efforts sont consentis pour combattre l’insécurité alimentaire et la vulnérabilité des populations les plus pauvres aux chocs?

Le G8 s’est mis d’accord sur un plan audacieux et attendu, avec l’objectif  de sortir 50 millions de personnes de la pauvreté au cours des dix prochaines années – comme vous l’avez demandé d’ailleurs.

Ils envisagent d’atteindre cet objectif en stimulant les investissements privés notamment par l’établissement d’accords de coopération avec les gouvernements africains intéressés. La Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle « augmentera les investissements domestiques et étrangers privés responsables dans l’agriculture africaine, adoptera les innovations qui amélioreront la productivité agricole et réduira le risque porté par les économies vulnérables et les communautés. » L’Éthiopie, la Tanzanie et le Ghana seront les premiers tandis que le Burkina Faso, le Mozambique et la Côte d’Ivoire devraient suivre rapidement. 45 multinationales privées et compagnies nationales se sont engagées à verser 3 milliards de dollars en 3 ans.

Les pays donateurs du G8 ont déclaré qu’ils ajouteront 3 milliards de dollars supplémentaires pour faciliter les investissements du secteur privé, mais le calendrier, l’échelle et les engagements individuels des pays donateurs du G8 ou des compagnies privées n’ont pas été détaillés dans le communiqué final du sommet.  Nous ne nous attendons pas non plus à ce que les accords de coopération, que les compagnies privés et les pays en question devraient conclure rapidement, prévoiront un cadre pour pouvoir en faire un suivi.

Le G8 s’est aussi engagé à lever 1,2 milliards de dollars sur 3 ans auprès d’autres donateurs – nouveaux et existants – pour soutenir le Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP). Le GAFSP incarne les principes de Rome, des principes pour améliorer l’efficacité de l’aide allant vers le secteur agricole. Par conséquent, ce programme ne soutient que les plans développées par les pays concernés eux-mêmes. Les nouvelles contributions auf GAFSP devraient permettre definancer au moins quelques-uns des trente plans nationaux existants qui sont prêts à démarrer.

Le G8 de Camp David, comme déjà ceux des années précédentes, a publié un rapport de redevabilité . Ce rapport montre que les donateurs ayant adopté l’initiative de l’Aquila ont engagé les crédits à 99%, mais seuls 58% des 22 milliards de dollars promis ont été décaissés à ce jour.  Selon le G8, ils sont sur la bonne voie pour respecter pleinement leurs engagements financiers d’ici à la fin 2012, mais sans préciser quand les sommes seront décaissés et disponibles sur le terrain. Quatre des 13 donateurs (Canada, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni) ont déjà décaissé l’intégralité des sommes promises. Le rapport montre également que les pays du G8 ont aligné à plus de 90% leurs programmes sur les plans nationaux de leurs pays partenaires. Cependant les plans d’investissements de 30 pays restent financés à seulement 50%.

Globalement, le rapport de Camp David de cette année est un grand pas en avant pour la transparence du G8. Le rapport inclut notamment des tableaux de dépenses, des descriptions de programmes et une série d’indicateurs pour mesurer les progrès au regard des principes de Rome. Le rapport permet notamment de mieux évaluer l’alignement de l’aide sur les plans nationaux,  la coordination stratégique des donateurs et  leur approche pour s’attaquer à l’insécurité alimentaire à la fois surle court terme et sur le long terme.

Malheureusement, le G8 a choisi de ne pas s’évaluer en fonction du cinquième principe de Rome qui consiste à maintenir un engagement financier soutenu pour réduire l’insécurité alimentaire mondiale. Le communiqué du G8 est très léger sur ce point en notant qu’il « continuera à relever les défis actuels et futurs » et peine à fixer les 22 milliards de dollars comme une base de dépenses.

Le G8 a été également très réservé sur le financement des plans nationaux. Il y a 30 plans, 22 d’entre eux en Afrique, qui sont prêts à démarrer. Ils sont testés, chiffrés et abordables, mais le G8 commence seulement à travailler avec trois d’entre eux sans prévoir d’étendre cette coopération à tous les pays avec un plan national. 17 de ces pays participent également au mouvement SUN (Scaling Up Nutrition – Améliorer la nutrition)qui cherche à renforcer la volonté politique et à créer un élan pour lutter contre la malnutrition infantile. Cependant, le G8 a échoué à définir une cible pour réduire le rachitisme, à l’origine de dommages irréversibles au cerveau et pour les organes des jeunes enfants qui limitent leur espérance de vie.

Un effort continu et soutenu par les membres de ONE et la communauté internationale est nécessaire pour :

1)     obtenir le reste des ressources nécessaires pour financer pleinement les plans d’investissements des pays et les solutions éprouvées pour la nutrition

2)     et mettre la pression sur le G8 pour qu’il reste transparent et qu’il tienne ses promesses. Le G8 a commencé à ouvrir le chemin pour un futur libre de la faim et de la pauvreté, mais il est de notre devoir de s’assurer qu’il reste sur la bonne voie.

 

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

You agree to receive occasional updates about ONE’s campaigns. You can désinscrire at any time.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent