Education

Impacts de la pauvreté et du COVID-19 sur le décrochage scolaire : découvrez l’histoire d’Esther

Signez la pétition

Demandez aux gouvernements d’investir dans l’avenir de tous les enfants

Esther Okore, 10 ans, élève de sixième au sein de la Denon Free Tuition Education Foundation à Agbelekale, dans la banlieue de Lagos, au Nigeria, est une enfant brillante qui rêve de devenir médecin. Cependant, lors du confinement lié à la pandémie de COVID-19, son père a perdu son emploi, mettant ainsi en péril la possibilité pour Esther de rester à l’école, ainsi que pour ses quatre autres frères et sœurs.

Esther rêve de devenir médecin pour rendre service à la société mais aujourd’hui, son rêve paraît lointain : “J’aime aller à l’école parce que je veux être médecin afin d’aider les gens malades, mais je ne peux pas être médecin si je ne vais pas à l’école”, partage-t-elle.

L’impossibilité de l’apprentissage en ligne

La perte d’emploi du père d’Esther a eu des conséquences considérables sur son accès à l’éducation : contrairement à ses camarades de classe, elle n’a pas eu la possibilité de continuer son apprentissage à distance. “Pendant le confinement, ma mère et mon frère aîné m’ont aidée dans mes études”, a-t-elle déclaré. L’aide de sa famille a permis de combler l’absence des cours en ligne, auxquels elle n’a pas pu participer.

Malgré son envie d’apprendre davantage, elle est confrontée à des difficultés qui l’en empêchent. Cela ne fait pas de doute : Esther est une jeune fille ambitieuse qui sait ce qu’elle veut et fait tout pour l’obtenir. Esther est également une enfant heureuse qui aime jouer au football et interagir avec ses camarades de classe.

“Je souhaite que mon école dispose de carrelage, de climatisation, d’un ventilateur et d’une cantine. J’aimerais aussi que mon école ait une bibliothèque remplie de livres parce que j’adore lire ; je veux que ma salle de classe soit peinte et qu’il y ait une salle informatique. Je veux que le gouvernement améliore le système éducatif pour que tous les enfants puissent aller à l’école”, partage Esther.

L’adaptation à l’apprentissage à domicile

De son côté, le père d’Esther, Desmond Okore, regrette de ne pas avoir pu faire plus pour sa brillante fille puisqu’il a malheureusement perdu son emploi pendant la pandémie.

“J’ai perdu mon emploi pendant le confinement et cela a été très dur pour nous”, dit-il. “Le confinement a affecté l’éducation d’Esther et de nos enfants, mais leur mère est enseignante et elle a pu leur apprendre une chose ou deux pour les aider”.

La mère d’Esther savait qu’il y avait un risque que ses enfants perdent la main pendant la pandémie, mais elle est heureuse d’avoir pu les aider à rester actifs.

“Pendant le confinement lié au COVID-19, j’ai aidé mes enfants dans leurs études car je savais qu’ils allaient oublier les choses qu’on leur avait enseignées. Chaque jour, je prends une heure ou deux de mon temps pour les accompagner et cela les a vraiment aidés”, raconte-t-elle.

La nécessité d’une révision du système éducatif actuel

Au-delà de son intelligence, selon ses parents, Esther est une fille sage qui aime lire et écrire des histoires, et qui aime l’école en général. “Je souhaite que le gouvernement nigérian et les dirigeants du monde entier améliorent le niveau d’éducation au Nigeria, en particulier pour les enfants défavorisés, car tous les parents n’ont pas les moyens de payer pour des écoles privées”, partage la mère d’Esther.

Maître Messiah, le professeur de classe d’Esther, trouve également qu’elle est une élève sympathique, promise à un bel avenir si on lui fournit l’aide nécessaire. “Esther est une très bonne élève, attentive en classe et qui a toujours de bons résultats”, explique-t-il.

Selon lui, l’importance de l’éducation, en particulier pour les filles, ne peut être surestimée car elle est essentielle à la croissance de la nation. “L’éducation est très importante pour éviter les relations sexuelles avant le mariage ou les grossesses non désirées, et je pense que le gouvernement devrait sensibiliser à sa valeur et son importance”.

Pour Messiah, le système éducatif au Nigeria a besoin d’une révision totale tant il a été affecté par la pandémie de COVID-19.

Le fondateur de l’école Mazi, Gabriel Arinze, a souligné qu’il avait créé cette école gratuite pour aider les enfants comme Esther, dont les parents n’ont pas les moyens de les éduquer.

Le COVID-19 a été un coup très dur pour lui et ses élèves car leur école ne disposait pas d’infrastructures nécessaires pour permettre un apprentissage à distance. Arinze partage sa volonté de soutenir l’éducation d’Esther dans une institution tertiaire en raison de la bonne humeur dont elle fait preuve, même pendant la pandémie.

L’impact de la pauvreté sur l’éducation

Selon un rapport de 2019 sur la pauvreté et les inégalités publié par le Bureau national des statistiques, 40,1% de la population au Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique, est considérée comme pauvre.

Avant la pandémie de COVID-19, l’accès à une éducation de qualité pour les jeunes enfants était déjà un défi : le Nigeria abrite près de 20% du total des enfants non scolarisés dans le monde.

Selon un rapport du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), 1 enfant non scolarisé sur 5 dans le monde se trouve au Nigeria. “Même si l’enseignement primaire est officiellement gratuit et obligatoire, environ 10,5 millions d’enfants nigérians âgés de 5 à 14 ans ne sont pas scolarisés. Seuls 61% des enfants de 6 à 11 ans vont régulièrement à l’école primaire et seulement 35,6% des enfants âgés de 36 à 59 mois reçoivent une éducation préscolaire”, indique l’UNICEF.

Si rien n’est fait dès maintenant pour remédier à la situation, des élèves comme Esther risquent de bientôt être déscolarisés du fait de la pauvreté et d’autres obstacles. Mais ensemble, nous pouvons changer les choses.

Vous avez le pouvoir de changer les choses !

Les fermetures d’écoles et les défis de l’apprentissage à distance dus à la pandémie ont eu un impact considérable sur l’éducation des enfants dans le monde entier. Même avant la pandémie, 90% des enfants de 10 ans dans les pays à faible revenu n’étaient pas en capacité de lire ou de comprendre de simples documents tels qu’un dépliant médical ou un test scolaire.

Désormais, à cause de la pandémie, ce chiffre risque d’augmenter et les filles particulièrement courent le risque d’être laissées pour compte. Nous devons agir dès maintenant !

Les dirigeants mondiaux se réuniront prochainement pour trouver une réponse mondiale à cette crise de l’apprentissage. C’est l’occasion pour nous et vous de leur demander d’investir dans une éducation de qualité pour tous les enfants, où qu’ils vivent. Après tout, les enfants d’aujourd’hui, comme Esther, sont les docteurs, dirigeants et scientifiques de demain.

Signez dès maintenant notre pétition !

Demandez aux gouvernements d’investir dans l’avenir de tous les enfants

Monsieur le Président de la République,
Vous avez le pouvoir de changer le cours des choses. Je vous demande de vous mobiliser pour un futur dans lequel chaque enfant de 10 ans – et ce, quel que soit l’endroit où il vive – puisse bénéficier d’une éducation de qualité et acquérir le niveau d’alphabétisation nécessaire à son développement, à son épanouissement et à la construction de l’avenir qu’il mérite. Je m’adresse à vous aujourd’hui pour vous demander de protéger et d’augmenter les budgets dédiés à l’accès à l'éducation et de financer le Partenariat mondial pour l'éducation à hauteur des besoins. Les enfants les plus vulnérables, y compris les filles, ne doivent pas rester sur la touche.

Signez la pétition

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

You agree to receive occasional updates about ONE’s campaigns. You can désinscrire at any time.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent

Les billets récents