Les enfants congolais bénéficient du vaccin contre la pneumonie

Cornelia Walther de l’Unicef a couvert le lancement de la vaccination anti-pneumococcique dans le programme élargi de vaccination en République démocratique du Congo (RDC). Elle raconte sa journée pour vous:

ZAI, Kinshasa, 4 avril – Dans la clameur et le tintamarre des trompettes, plusieurs centaines de spectateurs ont bravé 40° à l’ombre pour participer à la cérémonie de lancement du nouveau vaccin contre la pneumonie. Le 4 avril dernier, la RDC a rejoint le groupe de six pays qui utilisent déjà de façon systématique le nouveau vaccin anti-pneumococcique marquant ainsi un tournant décisif pour l’avenir des enfants congolais.

De gauche à droite : Le Ministre de la Santé, la Première dame et le Ministre des femmes, de la famille et du genre lors de la cérémonie d’ouverture. Source : Cornelia Walther/UNICEF/2011.

De gauche à droite : Le Ministre de la Santé, la Première dame et le Ministre des femmes, de la famille et du genre lors de la cérémonie d’ouverture. Source : Cornelia Walther/UNICEF/2011.

En présence de la Première dame de la RDC, Olive Lembe Kabila, et du Ministre de la Santé, Victor Makwenge Kaput, le premier enfant congolais a été vacciné dans le cadre de l’introduction officielle de ce vaccin.  Aujourd’hui accessible dans le Bas-Congo et la ville de Kinshasa, il sera introduit dans les onze provinces du pays d’ici fin 2012.

« Je suis très heureuse de pouvoir donner à ma fille l’opportunité d’une protection supplémentaire. Avant d’atteindre leur majorité, les enfants sont déjà confrontés à tellement de problèmes qu’il est merveilleux aujourd’hui de pouvoir retirer la pneumonie de la liste rouge », dit Nsadisa Mbala, 25 ans et tout sourire, qui a amené son nourrisson se faire vacciner.

Vaccination de nourrissons de moins de 12 mois, en présence de la Première dame Olive Lembe Kabila. Source : Cornelia Walther/UNICEF/2011.

Vaccination de nourrissons de moins de 12 mois, en présence de la Première dame Olive Lembe Kabila. Source : Cornelia Walther/UNICEF/2011.

L’importance des services de santé

« Je recommande au gouvernement congolais d’augmenter la part du budget consacrée aux services de santé afin d’acheter des vaccins pour tous. Nous avons beaucoup progressé mais devons agir davantage pour protéger l’avenir de nos enfants », a déclaré la Première dame Olive Lembe Kabila, accueillie par un tonnerre d’applaudissements.

La maladie pneumococcique, principale cause de pneumonie, tue au moins 132.000 enfants de moins de cinq ans en RDC ( d’après une étude réalisée en 2004 par l’Unicef), constituant ainsi la deuxième cause de décès après le paludisme.

« Faire vacciner votre enfant signifie que vous l’aimez et que vous souhaitez le protéger », a pour sa part souligné le Ministre de la Santé, Victor Makwenge Kaput, aux côtés de Marie-Ange Lukiana Mufuankolo, Ministre des femmes, de la famille et du genre.

Un enfant sur cinq

« L’introduction du vaccin anti-pneumococcique et la vaccination systématique des enfants pourraient sauver la vie d’un enfant sur cinq qui meurent de maladies infectieuses respiratoires », a précisé le docteur  Léodégal Bazira, représentant par intérim de l’OMS en République démocratique du Congo.

L’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI), qui réunit des gouvernements, l’Unicef, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’autres acteurs clés de la santé mondiale, s’est engagée à soutenir l’introduction des vaccins contre les infections à pneumocoque dans 19 pays en développement en moins d’un an, et prévoit de les généraliser dans plus de 40 pays si elle parvient à obtenir des fonds suffisants de la part de ses donateurs.

Cornelia Walther/UNICEF/2011.

Cornelia Walther/UNICEF/2011.

Santé maternelle

En République démocratique du Congo, l’introduction du nouveau vaccin a été associée à un autre sujet tout aussi important – la santé maternelle. Le 4 avril dernier, la RDC a lancé la « Campagne pour la réduction accélérée de la mortalité maternelle en Afrique », une initiative du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP).

« Un enfant sain a besoin d’une mère en bonne santé. Afin d’aider les enfants à bénéficier d’un bon départ dans la vie, il faut leur offrir un bon capital santé (saine nutrition, hygiène, vaccination, soins)», a insisté Pierrette Vu Thi, représentante de l’Unicef en RDC. « Vacciner un enfant est un acte d’amour » !

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous recevrez occasionnellement des informations sur nos campagnes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent