Le prix Simone Veil décerné à cette incroyable activiste camerounaise
Les femmes et les filles

Le prix Simone Veil décerné à cette incroyable activiste camerounaise

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Cet article a été rédigé par Roxanne Aminou, stagiaire Campagnes chez ONE France.

Afin de continuer à honorer la mémoire de Simone Veil et de faire rayonner son héritage à travers les années et les continents, la Présidence de la République a créé le premier Prix International Simone Veil. Chaque année, ce Prix a pour but de reconnaître le courage, la résilience et les actions menées en faveur des droits des femmes d’une personnalité ou d’une organisation qui, à travers son combat, porte les valeurs de Simone Veil.

En cette Journée internationale des droits des femmes, le Président Emmanuel Macron a remis à l’Elysée le Prix Simone Veil à Aïssa Doumara, une fantastique activiste camerounaise.

Un jury, dont Friederike Röder, directrice France & UE de ONE fait partie, a étudié plus de 100 propositions avant de choisir Aïssa.

Originaire de l’Extrême-Nord du Cameroun, Aïssa Doumara se bat depuis plus de 20 ans contre les mariages forcés et les violences sexuelles. Elle a été elle-même mariée de force à l’âge de 16 ans, mais s’est battue pour finir ses études avant d’avoir trois enfants.

Aïssa Doumara aux côtés du Président Macron et d’autres membres du jury.

“Ma propre expérience de la discrimination à cause de mon genre m’a propulsée à devenir l’activiste pour les filles et les femmes que je suis devenue aujourd’hui” Aïssa Doumara

Aujourd’hui, Aïssa est coordinatrice de l’organisation ALVF (Association de Lutte contre les Violences faites aux Femmes) qui soutient les filles des communautés locales, mais aussi les femmes et filles déplacées par les violences de Boko Haram à la frontière du Cameroun avec le Nigeria. Aïssa se bat pour que les femmes et les filles vivant dans les camps de déplacés aient accès aux mêmes services et reçoivent la même aide que les autres. Elle a également travaillé en partenariat avec des organismes comme la Banque mondiale et ONU Femmes au Cameroun pour s’assurer que le sort des femmes et filles déplacées soit pris en compte dans leurs interventions et dans l’attribution des financements.

Avec ce Prix, l’ALVF pourra continuer à agir davantage pour la cause des jeunes filles au Nord du Cameroun. Son plaidoyer sera renforcé, au niveau local comme au niveau national et international, et son modèle de lutte contre les mariages forcés pourra potentiellement être étendu dans la région, et aider d’autres communautés plus vulnérables.

Aïssa Doumara recevant le Prix à l’Elysée à Paris, France.

Aujourd’hui, nous admirons Aïssa qui fait preuve d’une résilience et d’un courage indiscutables, et n’a jamais cessé de se battre pour la cause en laquelle elle croit. Nous rendons aussi hommage à Simone Veil dont les combats continuent d’inspirer des générations.

Vous aussi, rejoignez le combat pour les droits des femmes et des filles et ajoutez votre voix à notre lettre ouverte pour l’égalité, co-signée par plus de 40 activistes à travers le continent africain.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents