“L’accès à l’éducation était notre seul espoir”
Crise des réfugiés

“L’accès à l’éducation était notre seul espoir”

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Texte de Hussein “Suud” Mohamud.

Dans le camp de réfugiés de Dadaab au Kenya, l’incertitude planait sur nos vies. Nous ne pouvions pas nous déplacer librement en dehors du camp et dans les autres régions du pays. L’accès à l’éducation était un privilège.

Beaucoup d’enfants n’ont pas la possibilité d’aller à l’école parce que leurs parents n’ont pas conscience de l’importance de l’éducation. Certains sont des orphelins, qui ont perdu leurs familles durant la guerre civile dans leurs pays d’origine et qui vivent avec de lointains parents. D’autres sont des enfants originaires de communautés minoritaires qui, parce qu’ils ont été victimes de discriminations ou de violences perpétrées par leurs camarades, ne se sentent plus capable d’aller à l’école. D’autres, enfin, ont des besoins spécifiques et se retrouvent privés d’éducation à cause de facteurs sociaux-économiques et culturels.

suud 4

Le camp de Réfugiés Dadaab au Kenya. (Crédit photo : ONE)

Durant mes premières années à l’école primaire au camp de Dadaab, l’école était faite de  boue séchée et de branchages. Les classes étaient surchargées, chaque classe contenant au moins 160 élèves. Les élèves comme moi n’avaient pas accès à des fournitures scolaires adéquates ou à des enseignants bien formés. Lorsqu’il pleuvait, nous n’avions pas de toit sous lequel nous abriter. Malgré tout, nous savions que l’éducation était notre seul espoir d’échapper au désespoir et à la pauvreté.

Avoir eu accès à l’éducation dans un environnement rude et difficile m’a appris à me battre et à saisir les opportunités dès que la moindre chance s’est offerte à moi. Grâce à elle, mon expérience et ma personnalité, je suis désormais capable de faire entendre ma voix. Sans cette éducation, je n’aurais jamais pu être l’homme que je suis aujourd’hui.

suud 5

Crédit Photo: Andy DelGuidice/ONE

J’ai eu la chance de faire partie du petit nombre de réfugiés qui ont été réinstallés dans un pays comme les Etats-Unis. Je suis bénéficiaire des efforts humanitaires et des sacrifices de nombreuses personnes. Ainsi, c’est avec émotion que j’ai accepté d’être la voix de millions de réfugiés du monde entier, lors de l’évènement “Together 2016” à Washington DC, pour qu’ils aient accès à une éducation de qualité et qu’ils puissent avoir un avenir meilleur.

Les dirigeants mondiaux ont la responsabilité et le devoir d’utiliser leur pouvoir et leur influence pour changer la vie de nombreux réfugiés en répartissant les ressources de manière adéquate, en établissant des politiques d’ensemble cohérentes, en trouvant des solutions durables et en défendant les droits fondamentaux. Sans une éducation de qualité pour tous les enfants réfugiés, c’est toute une génération qui sera sacrifiée.

  • suud 3
  • suud
  • suud 2

Hussein “Suud” Mohamud a défendu la cause des Réfugiés devant plusieurs milliers de personnes lors de l’évènement « Together 2016 » à Washington DC le 16 juillet dernier.

Signez la pétition  pour demander aux dirigeants mondiaux de reconnaitre l’importance et l’urgence de donner une éducation de qualité pour tous les enfants réfugiés.

Texte traduit et adapté de l’anglais par Lucile Quatreboeufs, assistante Campagnes chez ONE France. 

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents