Gambie : le mariage des enfants enfin interdit.
Les femmes et les filles

Gambie : le mariage des enfants enfin interdit.

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

cgly

Une jeune femme à Serekunda, Gambie. (Crédit photo : Ferdinand Reus/Wikimedia Commons)

Le 21 juillet dernier, le mariage des enfants a enfin été interdit en Gambie après le vote à l’unanimité de l’amendement de la loi sur l’enfance 2016. Cette nouvelle loi a pour but d’éliminer les pratiques de mariages forcés, dans un pays où le nombre de filles étant mariées avant l’âge de 18 ans reste à un niveau inacceptable : selon l’UNICEF, entre 2000 et 2012, près de 40% des gambiennes avaient été mariées avant 18 ans, et 7,3% d’entre elles, avant 15 ans.

En plus d’éliminer la pratique, la loi impose des peines de prisons aux hommes qui se marient avec une fille qui n’a pas l’âge autorisé, aux parents de la fille, et à l’officiel qui a présidé le mariage. La procureur général et ministre de la justice de Gambie, Mama Fatima Singhateh, soutient que le mariage des enfants compromet le développement des plus jeunes en les laissant avec peu ou pas d’éducation, de moyens pour gagner leurs vies, ou d’opportunités d’emplois.

15 million de filles sont mariées avant leurs 18 ans chaque année dans le monde. Dans un rapport datant de 2013, le think tank Council on Foreign Relations a relevé certains des impacts dévastateurs causés par les mariages forcés (qui touchent particulièrement les filles, et ce, de manière disproportionnée). Cela inclut des dommages émotionnels, psychologiques et physiques, ainsi que des violences domestiques, et des problèmes de santé associés aux grossesses précoces. Lorsqu’elles sont forcées à se marier, la santé physique et émotionnelle des filles, leur scolarité et leurs perspectives professionnelles sont menacées.

Selon le Council on Foreign Relations, la décision de la Gambie, qui a été bien accueillie par des groupes de défenseurs des droits, fait suite à un projet de loi similaire passé plus tôt ce mois-ci en Tanzanie. Cette bonne nouvelle est une victoire mais pas la fin de la bataille : le gouvernement Gambien doit maintenant faire appliquer la loi et en appliquer les dispositions afin qu’aucun enfant ne soit forcé de se marier. Et il faut que plus de gouvernements dans le monde prennent des mesures similaires et protègent les filles face à cette pratique inacceptable.

Vous aussi, vous pouvez vous mobiliser en faveur des droits des femmes et des filles dans les pays les plus pauvres: Signez la lettre: #PauvreteSexiste

Article de , adapté de l’anglais par Lucile Quatreboeufs, assistante Campagnes chez ONE France. 

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents