Eschool, le programme qui révolutionne l’école en Zambie
Education

Eschool, le programme qui révolutionne l’école en Zambie

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Nancy Chandala a 13 ans. Les yeux rivés sur l’écran d’un petit ordinateur, elle est assise dans une salle de classe de l’école « Joel Community », dans la campagne zambienne. « J’aimerais pouvoir enregistrer tous mes livres sur ma tablette. Comme ça, je pourrais même les lire près de chez moi, quand je me promène dans les champs de maïs. Je ne serais plus obligée de porter des livres lourds ! ». Nancy fait partie des 2 000 enfants originaires de zones rurales qui bénéficient de « Impact Network », un projet qui vise à donner accès aux enfants zambiens à une éducation de qualité, à un faible coût.

En augmentant le nombre d’enfants scolarisés, le pays a fait des progrès concernant l’accès à l’éducation. Mais la qualité de l’enseignement reste mauvaise. Un nombre important d’élèves quittent l’école en ayant seulement acquis les bases en lecture. C’est là que « eSchool 360 », le programme géré par Impact Network, intervient, en offrant aux professeurs de ces zones rurales une tablette et un rétroprojecteur.

Le but ? Leur donner accès à des leçons en e-learning pour explorer de nouvelles méthodes d’enseignement. Pour aller plus loin, ils bénéficient aussi d’un suivi régulier et ont accès à des formations. « Il ne s’agit pas de leur mettre des tablettes dans les mains sans leur donner les clés pour les utiliser dans un but éducatif », déclare le directeur d’Impact Network, David Mwanza. « Ces tablettes contiennent des milliers de leçons et de propositions d’activités éducatives, dans une langue qui leur est familière. » Impact Network enregistre les leçons sur les tablettes et sélectionne les enseignants qui ont besoin de formation.

Les parents peuvent également consulter les évaluations en ligne, pour suivre les progrès accomplis par leurs enfants. La plupart des familles n’ont pas les moyens d’envoyer leurs enfants à l’école publique. Et souvent, le problème de ces zones reculées est le manque d’infrastructures. Impact Network tente donc d’y remédier en impliquant les communautés locales : par exemple, une entreprise d’ingénierie locale fournit et gère des installations utilisant l’énergie solaire pour charger la batterie des tablettes.

Un autre problème majeur dans ces régions : le salaire très bas des professeurs. Selon Evans Chungu, Secrétaire Général de l’Union des Professeurs de la « Zambia Basic Education », les salaires les plus bas sont aux alentours de 250$ par an. Selon lui, « malheureusement, dans les écoles gérées par les communautés rurales, les professeurs sont souvent considérés comme des bénévoles ». Mais il mise beaucoup sur eSchool 360 : « ce programme redonne motivation et confiance aux professeurs de ces zones rurales ».

D’après David Mwanza, les professeurs reçoivent, grâce à Impact Network, un salaire décent et des encouragements pour progresser. Pour Omega Nkale, professeur en biologie à l’école « Mnyaula Community » gérée par Impact Network, cette rémunération a changé sa vie : il a pu construire sa nouvelle maison et envoyer sa fille de 15 ans au lycée. « Pendant 8 ans, j’ai travaillé bénévolement. Jusqu’au jour où j’ai rejoint Impact Network. Maintenant, je suis payé tous les mois pour exercer mon métier ! J’enseigne la biologie, et ces leçons sont très importantes pour les jeunes filles zambiennes, car elles leur permettent par exemple de comprendre les risques liés aux grossesses précoces. »

Et les résultats commencent déjà à se faire sentir ! En 2015, des chercheurs universitaires américains ont effectué une étude de 18 mois pour comparer des écoles « Impact Network » à cinq autres écoles nationales publiques. Les résultats sont probants : les élèves d’Impact Network ont un meilleur niveau en Mathématiques et en lecture, alors que le coût d’inscription dans leur école est bien moins élevé que celui d’une école publique !

Une simple tablette a changé du tout au tout les perspectives d’avenir de Nancy et de ses camarades. Comme elle l’explique, grâce à Impact Network, une classe de 40 élèves peut avoir accès au wifi. Dans une région où l’électricité est rare, ce projet donne espoir aux générations futures : celui d’avoir plus de temps pour suivre leurs études et poursuivre leurs rêves. Maintenant, Nancy peut le dire avec un grand sourire : « plus tard, je veux être architecte ! »

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents