Education des filles : votre mobilisation a encore payé !

Education des filles : votre mobilisation a encore payé !

Rejoindre

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Au début du mois, l’équipe de ONE était à Dakar au Sénégal dans le cadre de la conférence du Partenariat mondial pour l’éducation (PME). Cette conférence représentait l’aboutissement d’une année de mobilisation incroyable que nous avons vécu ensemble.

 

Depuis mars dernier, vous avez agi aux côtés de ONE pour rappeler aux dirigeants que 130 millions de filles n’ont toujours pas accès à l’éducation et leur demander de prendre les mesures nécessaires pour lutter contre cette crise mondiale.

 

Vous avez mené cette campagne de front aux quatre coins du globe : vous avez été plus de 750 000 à signer la pétition pour appeler les chefs d’Etat à financer à l’accès à l’éducation et plus de 30 000 à participer à notre campagne #GirlsCount en choisissant votre chiffre et en postant votre vidéo.

 

Et nous avons porté vos voix à Dakar auprès des dirigeants politiques. Vous étiez partout : vos vidéos #GirlsCount ont été diffusées tout au long de la journée sur des écrans géants.

 

Trois membres de ONE extraordinaires étaient également présents à Dakar aux côtés de ONE pour porter vos messages et se faire l’écho de votre mobilisation.

 

Faisant partie d’une délégation de jeunes activistes européens et africains, ils ont travaillé sur une déclaration commune pour rappeler l’importance du financement de l’éducation dans les pays les plus vulnérables, qu’ils ont ensuite présentée aux représentants gouvernementaux le jour de la conférence.

 

Ils ont aussi visité une école à Pikine, en banlieue de Dakar, en partie financée par le Partenariat mondial pour l’éducation, et y ont rencontré le corps professoral, les associations locales de parents d’élèves et des élèves de CM2. Cette expérience inoubliable leur a permis de constater par eux-mêmes un modèle éducatif efficace et qui force le respect, soutenu par les financements ambitieux des pays donateurs.

Le jour de la conférence, ils ont rencontré Marie-Claude Bibeau, la ministre du développement international et de la francophonie canadienne…

… et le Président français Emmanuel Macron et le Président sénégalais Macky Sall pour leur adresser vos messages.

Pour quel résultat ?  

 

Le Partenariat mondial pour l’éducation a réussi à rassembler 2,3 milliards de dollars pour mettre en œuvre ses programmes d’éducation pour des millions d’enfants dans le monde au cours des trois prochaines années.

 

C’est déjà une très bonne nouvelle. Cela signifie que des millions de filles supplémentaires pourront aller à l’école et que des centaines de milliers d’enseignants en plus seront formés.

 

Parmi les bons élèves, on trouve notamment la Commission européenne qui a annoncé dès le mois de décembre une augmentation de 100 millions d’euros par rapport à sa contribution initiale, le Canada qui a annoncé doubler sa contribution et l’Irlande qui est allée au-delà de ce qui était demandé par la société civile.

 

La France, elle aussi, a été au rendez-vous : Emmanuel Macron a annoncé une contribution de 200 millions d’euros au PME pour la période 2018-2020, rejoignant ainsi les 5 plus gros donateurs à ce fond. Il faut aussi saluer le cas du Sénégal, premier pays Africain à participer au financement du PME.

 

 

Cependant, le total des financements reste en dessous des attentes. En effet, 800 millions de dollars manquent toujours à l’appel, et nous avons été déçus de voir que certains pays donateurs n’ont pas répondus présents. C’est le cas de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni.

 

Des pays donateurs sont aussi venus les mains vides, comme les Pays-Bas et les Etats-Unis, dont les annonces de contributions sont attendues plus tard dans l’année.

 

Ils ont encore tous l’occasion de se rattraper.

 

Il reste donc beaucoup à faire et la bataille est loin d’être gagnée. Nous allons maintenant suivre de près les promesses faites par les dirigeants et nous les pousserons à faire encore plus. Jusqu’à ce que toutes les filles, partout dans le monde, aient enfin accès à l’éducation qu’elles méritent.

 

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires