Bonne nouvelle : le Royaume-Uni soutient la politique de transparence

La lutte contre le pillage des ressources naturelles africaines a reçu un sérieux coup de pouce ce week-end lorsque le gouvernement du Royaume-Uni a publiquement affiché son soutien à la proposition d’une législation européenne dans le domaine de la transparence.

Selon le quotidien britannique The Guardian, le chancelier britannique George Osborne a annoncé aux ministres des Finances du G20 réunis à Paris que le gouvernement de coalition tenait à appuyer l’effort du  président français Nicolas Sarkozy en faveur de la mise en place d’une telle législation à Bruxelles.

M. Osborne a déclaré:

«Nous entrons dans une nouvelle décennie et les ressources de l’Afrique vont se développer fortement. Je suis convaincu qu’il est de l’intérêt de tous que les compagnies minières et d’autres se conforment aux plus hautes exigences (de transparence).  C’est le meilleur moyen de s’assurer que les plus démunis bénéficient des richesses cachées dans leurs sous-sols ».

Trop souvent, les pays africains riches en ressources naturelles ont été en proie à l’instabilité, à la corruption et à de flagrantes inégalités. La première étape pour mettre un terme à ces fléaux est la transparence – nous avons besoin que toutes les entreprises rendent publique ce qu’elles paient exactement aux gouvernements pour avoir le droit d’exploiter les ressources naturelles, ainsi que d’autres informations à propos de leur finances.

Heureusement, une dynamique a encouragé la publication de ces informations.  Les États-Unis ont en effet déjà adopté une loi exigeant de leurs sociétés la publication de ce qu’elles paient. Des messages de soutien parviennent maintenant  de la France et du Royaume-Uni.

La coalition « Publiez ce que vous payez » s’est réjouie de cette annonce. Faith Nwadishi, coordinateur national de « Publiez ce que vous payez » au Nigéria a déclaré:

« Ces lois sur la transparence nous donneront accès aux chiffres dont nous avons besoin pour exiger de nos gouvernements qu’ils investissent dans les services publics de base tels que la santé et l’éducation, plutôt que de voir les recettes de nos précieuses ressources naturelles disparaître pour cause de corruption ou de mauvaise gestion. »

Plus de 3000 membres de ONE au Royaume-Uni ont d’ores et déjà signé notre pétition demandant à George Osborne de soutenir une telle législation. Et cette nouvelle est un pas en avant. Cependant, beaucoup reste encore à faire.

L’attention se tourne maintenant vers le Parlement britannique où les députés, sous la présidence du député de Glasgow Central, Anas Sarwar, débattront bientôt d’une motion portant sur la question.

En participant au débat, les députés pourront lancer le mouvement en montrant à  George Osborne qu’il y a un réel intérêt pour les politiques de transparence d’une part. Et d’autre part, ils augmenteront considérablement les chances pour que la motion de M. Sarwar devienne un projet de loi formel qui sera présenté aux députés pour vote, afin de devenir une loi.

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous recevrez occasionnellement des informations sur nos campagnes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent