A Haïti, les familles tentent d’effacer les traces de l’ouragan Matthew.
Changement climatique

A Haïti, les familles tentent d’effacer les traces de l’ouragan Matthew.

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

 

haiti-pic1

Ferme inondée dans le sud d’Haïti (Crédit photo : Harvest107)

Dans le sud d’Haïti, l’ouragan Matthew a quasiment tout détruit : les potagers, les fermes, les arbres à fruit et les élevages. Et le plus terrible dans tout ça, c’est que ces potagers, ces fermes et ces animaux sont, pour la population locale, bien plus que de la simple nourriture. Ce sont des ressources qui permettent de nourrir une famille ou de payer les frais de scolarité des enfants.

Comme le déplore Josue Guervil, agronome pour le groupe Harvest107 « il ne reste plus rien en termes de ressources de base. Les potagers, les arbres fruitiers, les forêts –  tout a été anéanti ». La destruction des fermes familiales enlève à de nombreuses familles leurs sources de revenus et, pire encore, enlève à Haïti ses ressources primaires en nourriture. Si les agriculteurs ne sèment pas avant le mois de décembre, les effets pourraient être dévastateurs sur le long terme, conduisant à une gigantesque famine sur l’île.

haiti-pic-2

La procédure de nettoyage d’un jardin détruit a commencé (Crédit photo : Harvest107)

Cependant avec le soutien nécessaire, les agriculteurs du nord d’Haïti peuvent aider le pays à se reconstruire. Certaines organisations ont d’ailleurs déjà travaillé en ce sens, en achetant du riz aux producteurs locaux du nord d’Haïti pour ensuite le distribuer dans le sud. Cela permet aux petits producteurs de riz de maintenir leurs business à flots malgré la crise. Acheter local est devenu plus qu’une habitude ; une devise pour beaucoup de petites organisations sur le terrain qui font tout pour voir un véritable changement dans le pays.

Comme les besoins urgents concernant les soins médicaux, l’approvisionnement en nourriture et en eau sont pris en charge, il faut maintenant concentrer les efforts sur le développement à long-terme du pays. Il faut voir plus loin que les besoins actuels en réponse à la crise humanitaire notamment en s’appuyant sur cet ancrage local à travers les petits exploitants.

haiti-pic-3

Des fermiers à Aquin, Haïti (Crédit photo : Harvest107)

La sécurité alimentaire du pays passe par une collaboration avec les fermes familiales. C’est pourquoi Harvest107 travaille essentiellement avec les responsables des communautés et les fermiers dans le sud d’Haïti. La réhabilitation des sols, le remplacement du bétail mais aussi la replantation des arbres et des céréales sont des investissements à hauts rendements, permettant aux populations locales de reprendre le contrôle de leur vie.

Découvrez Harvest107 qui travaille à la réalisation de l’Objectif de développement durable N°2 : Zéro faim. Eradiquer la faim, parvenir à la sécurité alimentaire, et promouvoir l’agriculture durable d’ici 2030 font partie des priorités de cet ODD.

Gracie Pfaff, fondateur de Harvest107. Adapté de l’anglais par Julia Chenu, Assistante Média chez ONE France. 

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents