10 ans après “Make Poverty History” : les dirigeants mondiaux ont-ils tenu leurs promesses ?

10 ans après “Make Poverty History” : les dirigeants mondiaux ont-ils tenu leurs promesses ?

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Ce billet a été traduit de l’anglais par Charlotte Grignard, assistante média chez ONE France

2 juillet 2005 à la marche "Make Poverty History" à Edimbourg, Irlande. Photo by Bruno Vincent/Getty Images.

Le 2 juillet 2005, la marche “Make Poverty History” à Edimbourg en Irlande. Photo: Bruno Vincent/Getty Images.

Il y a dix ans, les dirigeants du monde se réunissaient à Gleneagles, en Ecosse, pour le 31ème sommet du G8. Ce sommet fut un événement de taille pour les organisations telles que ONE : les dirigeants ont pour la première fois pris de véritables engagements pour lutter contre l’extrême pauvreté.

La campagne “Make Poverty History” a atteint son paroxysme alors que des millions de personnes à travers le monde se rassemblaient aux concerts et aux manifestations pour exiger un monde meilleur. En ces temps grisants, tout semblait possible. ONE avait émis de nombreuses demandes aux dirigeants mondiaux telles que l’annulation complète de la dette des pays les plus pauvres ou l’augmentation et plus grande transparence de l’aide au développement (cause pour laquelle nous nous battons encore aujourd’hui).

Nos demandes n’ont pas toutes été entendues… Mais, parmi les 8 grandes promesses faites par les dirigeants du monde lors de ce sommet historique, lesquelles ont-ils réellement tenu ?

Promesse n°1 : Doubler l’aide pour l’Afrique

Des écolières au Ghana. Morgana Wingard/ONE

Des écolières au Ghana. Photo: Morgana Wingard/ONE

10 ans plus tard : mention assez bien

L’aide vers les pays d’Afrique subsaharienne a été augmentée de 12,7 milliards de dollars. Cela représente une augmentation de 68%, qui n’atteint donc pas encore l’objectif des 100% nécessaires pour qu’elle soit doublée.

Promesse n°2: Doubler l’aide de l’Union européenne

Des écoliers faisant leus devoirs au Kenya. Photo: Hailey Tucker

10 ans plus tard : peut mieux faire

L’aide au développement de l’Union européenne est loin d’avoir doublé. Elle a toutefois augmenté de 48%, ce qui veut dire qu’à peine 0,41% des richesses nationales des pays donateurs vont vers l’aide au développement, loin de l’objectif d’atteindre les 0,7% du RNB promis.

Promesse n°3 : Annuler la dette

Des graines naturelles en vente sur un marché. Photo: ONE

Des graines naturelles en vente sur un marché. Photo: ONE

10 ans plus tard : mention bien

Sur les 39 pays éligibles, 36 ont achevé le processus d’allégement de la dette. Le plus récent fut le Tchad, qui a effacé sa dette cette année. L’Erythrée, la Somalie et le Soudan étaient éligibles, mais ont choisi de ne pas participer. En incluant les programmes d’annulation précédents, un total de 88 milliards d’euros d’allègement de dette a été réalisé. Cependant, tous les pays n’étaient pas éligibles pour ce programme : le Kenya et le Lesotho continuent de dépenser beaucoup d’argent pour rembourser leurs dettes.

Promesse n°4: Un traitement universel contre le sida

Une infirmière à l'hôpital JFK de Monrovia. Photo: Morgana Wingard/ONE

Une infirmière à l’hôpital JFK de Monrovia. Photo: Morgana Wingard/ONE

10 ans plus tard : mention assez bien

Cette promesse n’est pas encore tenue, mais les progrès sont indéniables. Entre 2005 et 2014, les infections liées au virus VIH ont été réduites de 26% dans le monde et de 33% en Afrique subsaharienne.. Pourtant, seulement 37% des personnes nécessitant un traitement antirétroviral le reçoivent. En 2013, 17 millions d’orphelins ont perdu un parent à cause du sida.

Promesse n°5: Sauver 600 000 vies par an en protégeant 85% des personnes risquant d’attraper le paludisme

Une jeune fille sous une mousitquaire anti-paludisme au Sénégal. Photo: ONE

Une jeune fille sous une moustiquaire anti-paludisme au Sénégal. Photo: ONE

10 ans plus tard : mention bien

La bonne nouvelle, c’est qu’entre les années 2000 et 2013, les décès dus au paludisme ont chuté de 47% dans le monde et de 54% en Afrique. Huit pays africains ont ainsi réduit les risques de contracter le paludisme par 75% ou plus. C’est 4,3 millions de vies qui ont pu être sauvées entre 2001 et 2013, grâce à une prévention à grande échelle et à la disponibilité plus régulière des traitements. Mais la mauvaise nouvelle, c’est qu’en 2013, 450 000 enfants sont morts du paludisme. Même si en 2015 ce chiffre a baissé de plus de 250 000, la promesse faite de sauver 600 000 vies par an est encore loin.

Promesse n°6 : Eradiquer la polio

L'infirmière Eugenia Beatson avec une mère et son enfant dnas sa clinique au Ghana. Photo: Morgana Wingard/ONE.

L’infirmière Eugenia Beatson avec une mère et son enfant dans sa clinique au Ghana. Photo: Morgana Wingard/ONE.

10 ans plus tard : félicitations du jury

Les cas de polio ont diminué de plus de 99% depuis 1988 ! Seuls 416 cas ont été reportés en 2013, grâce à un énorme effort au niveau mondial pour éradiquer cette maladie. En 2014, l’Afghanistan, le Nigéria et le Pakistan étaient les seuls pays du monde où la polio restait endémique, alors qu’elle était présente dans 125 pays en 1988. Néanmoins, un seul enfant infecté représente un risque pour tous les enfants du monde, et nous devons nous assurer que le travail soit complètement achevé.

Promesse n°7. Une éducation primaire universelle

Des écoliers à l'école Mwangaza Tumaini  à Nairobi au Kenya. Photo: Morgana Wingard/ONE

Des écoliers à l’école Mwangaza Tumaini à Nairobi au Kenya. Photo: Morgana Wingard/ONE

10 ans plus tard : mention bien

35 millions d’enfants supplémentaires sont allés à l’école en Afrique subsaharienne depuis 2005. La plupart des pays sont en passe d’envoyer tous leurs enfants à l’école primaire, mais il reste des efforts à faire pour garantir la qualité de l’éducation et pour s’assurer que les enfants finissent vraiment leur cycle primaire.

Promesse n°8: Endiguer la corruption dans les industries pétrolières, gazières et minières, en améliorant la transparence.

dollars-magnifying-glass_blog

10 ans plus tard : peut mieux faire!

31 pays Africains ont signé l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives et en respectent les conditions, tandis que 16 autres pays y travaillent, mais en sont encore loin.

Tout comme 2005, 2015 est une année cruciale dans la lutte contre l’extrême pauvreté. Les dirigeants mondiaux doivent s’accorder sur les nouveaux Objectifs de développement durable ET sur les financements qu’ils sont prêts à débloquer pour faire de ces objectifs une réussite. Lorsqu’ils se rencontreront la semaine prochaine en Ethiopie, assurez-vous qu’ils soient au courant des grandes promesses que nous leur demandons de faire… et surtout de tenir !

Agissez maintenant pour dire à François Hollande de retrousser ses manches, et d’allouer 50% de l’aide aux pays qui en ont le plus besoin, en donnant la priorité aux femmes et aux filles.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires