Bono et ONE saluent l’augmentation de l’investissement canadien dans la lutte mondiale contre le sida

Le Canada répond à l’appel mondial pour sauver des vies en luttant contre le sida, la tuberculose et le paludisme

OTTAWA — Aujourd’hui, le gouvernement canadien s’est engagé à soutenir le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Cet engagement intervient à un moment où le monde doit de toute urgence s’appuyer sur les progrès réalisés au cours des 15 dernières années pour vaincre ces maladies évitables.

Bien que le monde ait connu une baisse spectaculaire du nombre de décès dus au sida et une augmentation considérable du nombre de personnes sous traitement, plus de 800 jeunes femmes contractent encore cette maladie à chaque jour. Le nouvel engagement du Canada contribuera à renforcer la capacité des gouvernements de lutter contre ces maladies tout en investissant davantage de leurs propres ressources, ce qui contribuera à sauver plus de 790 000 vies en fournissant approximativement:

  • Des traitements antirétroviraux pour 1,3 million de personnes qui vivent avec le VIH;
  • Le traitement et les soins pour 940 000 personnes atteintes de tuberculose;
  • 37 millions de moustiquaires pour protéger des enfants et des familles du paludisme.

Bono, cofondateur de la campagne ONE et de (RED) :

« Merci, Monsieur le Premier ministre Trudeau, et merci aux Canadiens et Canadiennes d’avoir pris ce nouvel engagement envers le Fonds mondial qui permettra de sauver des millions de vies. La lutte contre le sida est un marathon, et non un sprint. Certains sont fatigués, mais le Canada tient bon. Avec des jambes solides et un cœur plus solide encore, vous avez montré une fois de plus que le monde peut compter sur le Canada. C’est une course que l’humanité doit gagner. »  

Gayle Smith, PDG de la campagne ONE:

« C’est une victoire énorme au moment où, distrait par d’autres évènements, le monde tend à oublier que nous savons comment vaincre ces maladies, mais que nous ne progressons pas assez vite. L’augmentation du financement du Canada envoie un signal qui incitera d’autres donateurs à intensifier leurs efforts pour gagner ce combat.»

Stuart Hickox, directeur canadien de la campagne ONE :

« Nous accueillons très positivement cet investissement, et le rôle renouvelé et renforcé du Canada en matière de santé au niveau global. Cet investissement est salué par des activistes, des citoyens et des citoyennes de partout au pays qui ont défendu l’importance d’un solide engagement canadien envers le Fonds mondial, et par ceux qui n’ont pas oublié les conséquences de la crise du sida au Canada et veulent augmenter leurs efforts pour sauver plus de vies. »

      

FIN–

Contact médias:

Justin McAuley
Responsible des médias, ONE
[email protected]
+1 613 686 1546

Gayle Smith est à Biarritz pour le Sommet du G7 et disponible pour faire des commentaires.
Pour toute requête média à Biarritz, merci de contacter
Ben Maitland – +44 (0) 7881 370 441
Charlotte Grignard – +33 62 24 10 041
Karoline Lerche – +49 (0)173 249 0094
Guadalupe de las Casas Escardo – +32 (0) 472 71 74 20

 

Note aux rédacteurs

À propos de ONE

ONE est un mouvement mondial qui fait campagne pour en finir avec l’extrême pauvreté et les maladies évitables d’ici 2030, afin que chacun-e, partout dans le monde, puisse mener une vie digne et pleine de possibilités. Nous sommes nonpartisans et faisons pression sur les gouvernements pour qu’ils agissent davantage en vue de lutter contre l’extrême pauvreté et les maladies évitables, en particulier en Afrique, et pour que les citoyen-ne-s puissent demander à leurs gouvernements de rendre des comptes. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.one.org !

Pourquoi il est important d’investir dans le Fonds mondial

Le Fonds mondial lance à l’échelle mondiale un appel à intensifier la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Nous ne sommes qu’à quelques mois d’un moment crucial dans la lutte contre ces maladies. En octobre 2019, le président français Emmanuel Macron sera l’hôte de la Sixième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial qui se tiendra à Lyon. Cette conférence vise à recueillir au moins 14 milliards de dollars US pour contribuer à sauver 16 millions de vies, prévenir 234 millions infections et engager le monde sur la bonne voie pour éradiquer ces maladies. Des 14 milliards sollicités, le Fonds mondial appelle à la mobilisation du secteur privé pour contribuer au moins un milliard de dollars pour aider à lutter contre ces maladies.

Faire plus pour lutter contre ces maladies ne devrait pas être perçu comme un choix parmi d’autres, mais bien comme le respect d’une promesse. Ce moment nous donne à tous et toutes l’occasion de faire un gigantesque pas vers l’atteinte de l’Objectif 3 de développement durable, soit « Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge. » Il n’y a pas de temps à perdre, et nous en appelons au monde entier à faire plus dans cette lutte. Maintenant.

Mettre un terme aux épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme d’ici 2030 est à portée de main, mais nous n’y sommes pas encore. Il nous reste 11 ans, nous n’avons pas de temps à perdre. Nous devons continuer à redoubler d’ardeur dans cette lutte.