HIV/AIDS

Une militante et mentore dévouée lutte contre la stigmatisation liée au VIH en Ouganda

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

En 2016, nous vous racontions l’histoire de Robinah pour la toute première fois. Voici maintenant à quoi ressemble sa vie depuis qu’elle a révélé sa séropositivité à ses camarades de classe et qu’elle a entrepris son cheminement comme militante de la lutte contre le VIH/sida.

Alors que Robinah Babirye et sa sœur jumelle Éva étaient âgées de dix ans, leur mère leur apprit qu’elles étaient toutes deux séropositives. Robinah fut dévastée.

Aujourd’hui âgée de 25 ans, Robinah considère que ce moment fut le point de départ de ce qui allait se révéler être un incroyable périple dans la lutte contre le VIH.

Il y a environ quatre ans, Robinah entamait son cheminement de militante en publiant une photo sur Facebook (à gauche). Elle a depuis accompli beaucoup plus qu’elle ne l’aurait imaginé (à droite).

C’est sur Facebook qu’elle fit sa première démarche. Un beau matin, elle décida qu’il était temps de parler au monde de son état. Arborant un t-shirt portant l’inscription Séropositive, elle se prit en photo, publia celle-ci sur sa page Facebook et attendit les réactions à venir.

À son grand soulagement, elle reçut un soutien sans réserve. Elle est depuis lors inarrêtable. Robinah est maintenant bien connue en Ouganda comme une ardente défenseure des droits des personnes séropositives et des filles vulnérables. Elle a remporté la couronne de Miss Young Positive de l’Ouganda, a obtenu son diplôme de l’Université Kyambogo en décembre 2016, travaille au sein de programmes de sensibilisation dans les écoles et fait connaître sa cause par l’intermédiaire des médias, d’œuvres cinématographiques et de la musique.

Son premier court-métrage, dans lequel figure sa sœur jumelle Éva et intitulé Don’t Dare Touch, fut projeté pour la première fois en Côte d’Ivoire en 2017 lors de la Conférence internationale sur le sida et les infections transmises sexuellement en Afrique. Le film aborde les problèmes auxquels sont confrontés les couples sérodiscordants, la prévention de la transmission mère-enfant du VIH, la stigmatisation et le traitement. Le film ayant suscité un tel engouement auprès du public, une série est en cours de préparation.

Robinah travaille avec l’African Young Positives Network et fait du bénévolat avec le Uganda Network of Young People Living with HIV pour mener à bien des programmes de formation et de sensibilisation communautaire, tels que le Young Positive Beauty Pageant et la People in Need Agency (PINA) Uganda, une organisation dont elle a été à l’origine une bénéficiaire pionnière.

Avec PINA, Robinah consacre une grande partie de son temps au mentorat de jeunes militants contre le VIH. « Je dois donner en retour », dit-elle.

À ce jour, elle a encadré plus de 45 filles sur l’île de Kalangala et le site de débarquement de Kasenyi sur le lac Victoria. Elle a récemment fait équipe avec deux de ses protégées, Winnie Nansamba et Ritah Nansamba, respectivement âgées de 19 et 21 ans, afin de lancer la campagne Roof and Equip Winnie. Elles œuvrent actuellement à la mise en place de services pour les enfants victimes d’abus sexuels et de traite dans les îles Sese du lac Victoria.

« Certaines des filles [sur les îles] ont été violées à plusieurs reprises, parfois par leurs proches parents. D’autres ont été victimes de trafic depuis le continent vers les îles », explique Robinah

Une autre de ses protégées, Fionah, a gagné une bourse l’été dernier pour assister à la Conférence internationale sur le sida à Amsterdam.

« Quand j’ai écouté Robinah raconter son histoire, j’ai décidé de me manifester », raconte Fionah. « Elle est une merveilleuse mentore. Elle m’a même recommandée pour participer à la conférence d’Amsterdam », ajoute-t-elle.

La prochaine priorité de Robinah est la construction d’un centre de réhabilitation pour les filles ayant survécu à la violence sexuelle. Destiné à être un refuge sûr où les survivantes pourront parler de leurs expériences et de leurs difficultés, le centre offrira à celles-ci des soins post-traumatiques, un soutien psychosocial, des conseils et des traitements, tout en les aidant à reconstruire leur estime personnelle.

« Nous avons également l’intention de mettre en place des centres de formation professionnelle pour leur permettre d’acquérir les compétences nécessaires à leur autonomisation financière », explique Robinah, ajoutant qu’elle espère que les filles autonomes deviendront des agentes de changement pour les autres et qu’elles contribueront à rompre les schémas culturels toxiques et les cycles de pauvreté.

Ce qui compte le plus pour elle, dit-elle, c’est d’inspirer les autres dans son travail, même lorsqu’elle fait face à des défis.

« Je pense aux gens qui m’admirent et je me demande ce qui leur arrivera si j’abandonne maintenant », dit-elle. « Alors, je continue. »

Rejoignez Robinah dans la lutte contre le VIH en ajoutant votre nom maintenant et en demandant aux dirigeants mondiaux de soutenir le Fonds mondial.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents