Les femmes et les filles

Prix Femmes de l’année 2018 de ONE

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Qu’ont en commun les militantes, les auteures, les actrices, les lauréates de prix Nobel, les médecins et les présidentes ? Elles ont toutes contribué à faire de notre monde un endroit meilleur pour les femmes en 2018 ! Nous souhaitons donc accorder une reconnaissance spéciale à quelques femmes dont les efforts en faveur de l’égalité entre les sexes n’ont pas été vains cette année.

Sans plus tarder, voici les Femmes de l’année 2018 de ONE :

Sahle-Work Zewde

Sahle-Work Zewde est devenue cette année la toute première femme présidente de l’Éthiopie à l’issue d’un vote unanime des deux chambres du Parlement du pays. En tant que diplomate de carrière, elle a été sous-secrétaire générale de l’ONU et représentante spéciale du secrétaire général auprès de l’Union africaine. Elle a également été ambassadrice de l’Éthiopie dans de nombreux pays, dont la France, la République de Djibouti et le Sénégal.

Dans son rôle cérémonial de présidente, Mme Zewde entend défendre l’unité et représenter les femmes qu’elle est appelée à servir. « L’absence de paix fait d’abord des victimes parmi les femmes, » dit Zewde. « Alors, pendant mon mandat, j’insisterai sur le rôle des femmes pour assurer la paix et les dividendes de la paix pour les femmes. »

Connie Britton

Notre mouvement « La pauvreté est sexiste » a démarré en force cette année, grâce à Connie Britton, actrice acclamée par la critique, qui est apparue cette année dans trois émissions de télévision et a été sélectionnée aux Golden Globes de 2019 pour son rôle dans Dirty John.

Lors des derniers Golden Globes, elle a partagé notre message avec le monde entier en portant un chandail arborant « Poverty is Sexist ». Elle a plaidé en faveur du mouvement sur le tapis rouge, utilisant sa tribune pour parler au nom des filles et des femmes qui sont les plus durement touchées par la pauvreté extrême. Elle a également rédigé un éditorial défendant sa tenue audacieuse et le message qu’elle véhicule.

Nadia Murad

La militante des droits des yézidis Nadia Murad, aux côtés de Denis Mukwege, a remporté le prix Nobel de la paix 2018 pour avoir combattu la violence sexuelle comme arme de guerre. Elle est la deuxième plus jeune lauréate du prix Nobel après Malala Yousafzai.

Mme Murad a elle-même été victime de cette violence en 2014, lorsqu’elle fut capturée par l’État islamique et vendue comme esclave sexuelle. Elle raconte l’expérience qu’elle a vécue dans son livre à succès intitulé Pour que je sois la dernière. Deux ans après sa captivité, elle a fondé Nadia’s Initiative, un organisme sans but lucratif qui défend les droits des victimes de violence sexuelle et œuvre à la reconstruction des communautés. Tout son prix Nobel ira à la construction d’un hôpital dans sa ville natale consacré aux victimes d’abus sexuels.

Danai Gurira

L’actrice Danai Gurira a défendu un grand nombre de causes cette année. En juillet, elle a été l’hôte d’un événement dans le cadre de l’initiative « La pauvreté est sexiste » à New York, aux côtés de Connie Britton, où elle a mis ONE sous les feux de la rampe et généré un soutien pour le mouvement. Elle a également signé un article d’opinion remarquable pour Refinery29, alertant les lecteurs que la pauvreté est sexiste. Dans cet article, elle plaide en faveur de l’éducation, de la santé et de la sécurité des filles, déclarant que nous nous devons d’agir pour l’autonomisation des filles dans le monde entier.

Au grand écran, elle est devenue un modèle pour les jeunes filles dans le film Panthère noire, qui a obtenu de nombreuses nominations aux Golden Globe et a suscité beaucoup d’intérêt aux Oscars.

Dr. Marlene-Joannie Bewa

Dre Marlene-Joannie Bewa, médecin lauréate de plusieurs prix, est une militante accomplie de la République du Bénin. Elle a œuvré en faveur de la sensibilisation au VIH, de la santé sexuelle et reproductive et de l’égalité des sexes. Dans le cadre de son travail de défense des droits, elle a notamment encouragé le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, à investir dans la santé des femmes, est devenue « gardienne des objectifs mondiaux » de la Fondation Bill et Melinda Gates et a participé à plusieurs plateformes qui défendent la santé des femmes.

Actuellement, elle s’efforce de sensibiliser les gens en tant que jeune leader des Objectifs de Développement Durable (ODD) nommée par l’ONU. Elle poursuit également son deuxième doctorat, qui lui conférera des doctorats en médecine et en santé publique.

Phoebe Robinson

L’animatrice de 2 Dope Queens et auteure à succès Phoebe Robinson a beaucoup milité cette année pour les campagnes (RED) et ONE. Elle a publié un deuxième livre intitulé Everything’s Trash, But It’s Okay, dans lequel elle jongle entre la critique et la comédie pour examiner les circonstances dans lesquelles tout le monde vit, en particulier les femmes. Elle y aborde les obstacles auxquels les femmes font face, comment comprendre nos propres choix et comment faire partie de la solution.

Au cours de sa tournée nationale, elle a vendu de la marchandise personnalisée à l’appui du mouvement « La pauvreté est sexiste », de (RED) et du Fonds mondial. Elle comptait également sur des volontaires de ONE à chaque événement pour ramasser des cartes postales manuscrites adressées au secrétaire Pompeo, l’exhortant à reconstituer le Fonds mondial et à continuer la lutte contre le sida.

Debbie Lucas

Debbie Lucas, membre et militante inspirante de ONE, est depuis longtemps une championne locale du développement international. Elle a travaillé avec l’école Darul Arkamm de la République de Gambie, où les élèves ont récolté des milliers de livres pour soutenir l’éducation des jeunes.

Debbie a enseigné à des centaines d’élèves les principes du développement international, les objectifs mondiaux et les réalisations de l’aide britannique dans le monde. Son travail d’enseignement se poursuit encore aujourd’hui, chez elle à Portsmouth.

Tiwa Savage

Tiwa Savage, chanteuse et compositrice nigériane, a rencontré de nombreux obstacles en tant qu’artiste afrobeat féminine. Malgré le fait qu’on lui ait dit qu’elle ne pourrait jamais rivaliser avec les artistes masculins, elle a su répondre à ses détracteurs et s’est hissée au sommet de la scène musicale. Cette année, elle est devenue la première artiste féminine à remporter un MTV Europe Music Award pour la meilleure interprétation africaine.

Son action humanitaire parle d’elle-même. Au cours des dernières années, elle a travaillé à des projets de dépistage du cancer du sein, a aidé à construire des écoles dans sa ville natale et a défendu des projets sociaux communautaires. Elle appuie également la campagne Votez pour votre avenir (Vote Your Future).

Abisoye Ajayi-Akinfolarin

L’activiste nigériane Abisoye Ajayi-Akinfolarin est lauréate du Heroes Award 2018 de CNN pour son travail en faveur des filles vivant dans la pauvreté. Après s’être bâti une carrière prospère dans l’industrie de la technologie, elle s’est tournée vers l’enseignement de la technologie chez les filles et les jeunes femmes.

Son organisation, la Fondation Perles d’Afrique, offre des cours et des programmes gratuits pour les filles et les jeunes femmes, comme GirlsCoding, qui enseigne aux filles la programmation informatique. Bon nombre des filles qu’elle a encadrées ont déjà produit leurs propres applications pour lutter contre la pauvreté et les mutilations génitales féminines dans leur communauté.

Fridah Githuku

Fridah Githuku est directrice générale de GROOTS Kenya, un mouvement populaire national dirigé par des femmes. Le mouvement fut créé pour donner aux femmes du peuple une visibilité et un pouvoir de décision pour induire le changement dans leurs propres communautés. Les investissements consacrés dans près de 3 500 groupes dirigés par des femmes à travers le pays ont suscité de nombreux changements au niveau humain et communautaire.

Githuku est particulièrement déterminée à soutenir les droits fonciers des femmes et des autochtones. En tant que partenaire d’a href=”https://grootskenya.org/rural-women-and-girls-pre-csw-event/” target=”new”>Equal Measures 2030, Githuku et GROOTS Kenya militent pour l’égalité des sexes et le rôle que les droits fonciers jouent dans sa réalisation.

Lola Omolola

La militante nigériane américaine Lola Omolola est la fondatrice de FIN, un groupe privé sur Facebook qui rassemble près de 1,7 million de femmes à travers le monde. Elle a lancé ce groupe en 2014, cherchant un moyen de créer un soutien mutuel avec d’autres Nigérianes après l’enlèvement de plus de 300 filles par le Boko Haram. Le groupe s’est rapidement transformé en une plaque tournante pour les questions féminines, offrant à ses membres un moyen sûr de discuter des luttes auxquelles elles sont confrontées et de communiquer avec d’autres femmes qui partagent ces expériences.

FIN, à l’origine un acronyme pour « Female in Nigeria », mais qui signifie maintenant « Female IN », organise également des événements dans le monde entier pour que les « FINsters » puissent interagir en personne. Sur Facebook, un groupe de modérateurs s’assure que toutes les femmes sont protégées et soutenues. Le travail d’Omolola a été reconnu par Mark Zuckerberg et d’autres responsables de Facebook pour son action en faveur d’un impact positif par le biais de la plateforme de médias sociaux.

Mentions honorables

Beaucoup de femmes ont fait un travail fantastique cette année. C’est pourquoi nous tenons à en saluer quelques-unes :

Violet Brown fait campagne avec « Days for Girls », une organisation à but non lucratif qui fournit des trousses d’hygiène et une éducation sanitaire aux jeunes femmes.

La Dre Patricia Nkansah-Asamoah est l’ancienne directrice de la Clinique de prévention de la transmission mère-enfant (PTME) de l’hôpital de Tema au Ghana. Elle a administré le premier traitement de PTME réussi de l’hôpital.

Becca Bunce codirige la campagne primée « IC Change », qui appelle le gouvernement britannique à ratifier la Convention d’Istanbul sur la violence contre les femmes.

Bisola Aiyeola est une actrice nigériane, ambassadrice de ONE et lauréate du prix Trailblazer de l’AMVCA lors des Africa Magic Viewers Choice Awards 2018.

Valerie Assmann est membre du conseil d’administration de DISCOVER FOOTBALL, un programme qui utilise le football comme outil pour défendre les filles et les femmes dans les sports.

Scheaffer Okore est cheffe du Bureau du commerce et de l’investissement de la Chambre de commerce panafricaine et vice-présidente du parti politique Ukweli.

Jennifer Lotito est directrice des partenariats chez (RED).

Waje Iruobe est musicienne, productrice de films et ambassadrice de ONE militant pour la transparence et la responsabilisation.

Aimeriez-vous vous engager dans la défense de l’égalité des sexes ? Joignez-vous à notre mouvement « Poverty is Sexist » (la pauvreté est sexiste) pour défendre les droits des femmes et des filles partout dans le monde !

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents