Le Canada est sur le point de devenir un chef de file mondial du développement
Aide au développement

Le Canada est sur le point de devenir un chef de file mondial du développement

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Selon moi, aucun autre leader politique de nos jours, parmi les chefs des grands pays donateurs, n’a fait preuve d’autant d’énergie et d’ardeur que notre premier ministre, Justin Trudeau, pour éliminer la pauvreté extrême dans les pays en développement. Dès le début de son mandat, il a été au premier rang de cette lutte.

Le 19 mai 2016, le premier ministre Trudeau annonçait que le Canada serait l’hôte de la conférence sur la reconstitution des ressources du Fonds mondial.

Le 19 mai 2016, le premier ministre Trudeau annonçait que le Canada serait l’hôte de la conférence sur la reconstitution des ressources du Fonds mondial.

Le Canada sera l’hôte cette semaine de la conférence sur la reconstitution des ressources du Fonds mondial pour lutter contre le VIH, la tuberculose et la malaria, puis coorganisateur la semaine prochaine du Sommet des chefs d’État sur la crise des réfugiés. Et encore le mois dernier, il a répondu à l’appel lancé par ONE pour reconnaître sur son compte Twitter que la pauvreté est sexiste, et a mis au défi les autres leaders mondiaux de faire comme lui.

Samedi, le premier ministre se joindra Bono, Bill Gates, Marie-Claude Bibeau et Danai Gurira pour une rencontre publique organisée par ONE afin de discuter des façons dont la pauvreté extrême est sexiste à l’endroit des filles et des femmes, et des moyens que le Canada pourrait prendre pour mettre fin à cette situation.

J’espère vraiment qu’il ne s’arrêtera pas là, qu’il ne fait que commencer. La pauvreté frappe surtout les femmes et les filles des pays démunis et de plusieurs façons, économiquement, socialement et physiquement. Investir en elles est la clé pour briser le cycle intergénérationnel de la pauvreté extrême et relancer des économies entières.

Il y a trois principales façons dont le Canada peut intervenir pour ouvrir la voie à des investissements avisés dans les plus pauvres des filles et des femmes.

1. Investir pour mettre un terme à la malnutrition, surtout chez les femmes et les enfants. À l’échelle mondiale, la malnutrition est la cause sous-jacente de près de la moitié de toutes les morts d’enfants et de 20 % des décès maternels. Le Canada pourrait constituer un fonds mondial pour la nutrition, arrimé aux stratégies respectives des pays participants, et qui lierait les promesses de dons aux résultats obtenus sur le terrain. Un engagement ambitieux qui doublerait le financement canadien actuel en matière de nutrition et qui encouragerait d’autres donateurs à se manifester.

2. Consolider la position du Canada comme chef de file en santé à l’échelle mondiale S’inspirer des leçons titrées de la crise de l’Ebola, et investir pour bonifier les systèmes de soins de santé dans certains États clés d’Afrique, notamment pour accroître l’effectif féminin dans le domaine de la santé.

3. Faire de l’éducation une priorité, surtout pour les filles. Dans les pays d’Afrique subsaharienne, 75 % des filles sont inscrites à l’école primaire, mais il est renversant de constater que seulement 8 % finissent leur cours secondaire. Le Canada peut ouvrir la voie à une nouvelle génération de femmes leaders en offrant des mesures incitatives pour que les jeunes filles terminent leurs cours secondaires, en améliorant la scolarisation des filles, en faisant la promotion des droits des femmes et femmes et des filles et de leur accès à des rôles de leaders, et en investissant dans la production de données spécifiques sur les résultats d’apprentissage des filles.

C’est une époque sans pareil pour militer au Canada contre la pauvreté à l’échelle mondiale, et j’espère que le gouvernement Trudeau respectera ses engagements antérieurs et, de nouveau, saura agir comme rassembleur dans les pays en développement.

Demandez au premier ministre Trudeau et aux autres chefs d’État de prendre plus de mesures pour lutter contre le VIH, la tuberculose et la malaria.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents