Santé

Ces travailleurs de la santé combattent la tuberculose une communauté à la fois

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

La tuberculose est la principale maladie infectieuse mortelle à travers le monde, mais chaque année pour 36 % des gens atteints de tuberculose la maladie n’est pas diagnostiquée. Pour intensifier la lutte contre la tuberculose, des pays comme l’Éthiopie se dotent de programmes de travailleurs communautaires en santé.

Au Mekelle Health Sciences College en Éthiopie, des agents de vulgarisation en santé renforcent leurs compétences pour devenir des dispensateurs de services de santé dans leurs villages.

En Éthiopie, le programme national de vulgarisation en santé a été mis sur pied en 2004 grâce au financement du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. À l’époque, il y avait une grave pénurie de services de santé, on dénombrait un travailleur de la santé pour 40 000 citoyens. Le programme de vulgarisation a donc été créé pour rapprocher les soins de santé des communautés rurales en formant des agents de vulgarisation sanitaire (AVS) pour dispenser des services au sein des communautés.

En 2016, on comptait 38 000 AVS, en majorité des femmes, qui dispensaient des soins de santé dans 15 000 villages un peu partout en Éthiopie.

Les travailleurs de la santé à l’œuvre

Chaque jour, les AVS qui ont reçu une formation d’un an en soins de santé primaires se rendent à pied dans des communautés éthiopiennes, frappent aux portes pour s’entretenir avec les résidents et vérifier leur état de santé. Les agents ont reçu une formation sur l’administration de tests de dépistage de maladies évitables comme la tuberculose, mettre à jour les dossiers médicaux des familles, traiter certaines maladies et encourager les résidents à utiliser des contraceptifs et à se faire vacciner.

L’agente de vulgarisation sanitaire Workalem s’entretient avec des villageoises lors d’une de ses fréquentes visites dans cette communauté rurale.

Workalem Haile, une AVS du village sud-éthiopien de Chama Hembecho, gère le centre de santé local qui dessert plus de 2 200 familles. Elle administre des tests de dépistage de certaines maladies et offre des soins et un soutien à long terme pour les patients qui reçoivent des traitements.

Workalem rend visite à un couple de porteurs du VIH et explique l’utilisation du traitement antirétroviral.

Abinet était un des patients de Workalem. « Au début, je croyais qu’il s’agissait d’un simple rhume, mais ça me semblait un gros rhume. Je ne pouvais plus dormir la nuit » dit-il. Son état ne s’est pas amélioré avec les médicaments habituels. Avec l’aide de son entourage, il s’est rendu à la clinique locale où on a diagnostiqué un cas de tuberculose. Une fois le diagnostic confirmé et qu’il eut reçu une ordonnance pour ses médicaments, Workalem lui a régulièrement rendu visite pendant six mois pour l’aider avec ses traitements. Abinet dit « Mon état de santé s’est amélioré à cause de l’aide de Workalem. Je tiens à la remercier chaleureusement. »

L’impact

Arrivé en 2016, plus de 95 % de la population d’Éthiopie avait accès à des soins de santé primaires à moins de 10 kilomètres de leur résidence. Maintenant, les communautés sont mieux éduquées sur les façons de limiter la propagation des maladies évitables et transmissibles comme la tuberculose et ont un meilleur accès aux traitements. En outre, on aborde de façon précoce les problèmes de santé et les communautés ont un meilleur accès à des soins de longue durée. L’espérance de vie en Éthiopie a atteint 64 ans, un bond de dix ans depuis la mise sur pied du programme en 2004.

Sœur Eden, une autre AVS éthiopienne, visite régulièrement Desta, 50 ans, qui souffre de tuberculose pour conclure les derniers mois de son traitement.

Qui plus est, le programme n’a pas seulement amélioré la santé des gens. Le programme d’AVS a bouleversé les rôles de genres et les normes culturelles en Éthiopie en offrant aux femmes un vaste éventail de possibilités pour les femmes d’accéder au marché du travail. « Dans un pays où le chômage est encore élevé, trouver un bon emploi peut changer votre vie. Le programme d’AVS a transformé la vie de milliers de personnes qui sont devenues des soutiens de famille » selon le Dr Kesetebirhan Admasu, ex-ministre de la Santé d’Éthiopie.

Le Fonds mondial

Afin que le Fonds mondial puisse poursuivre son travail essentiel, comme le financement du programme éthiopien d’agents de vulgarisation sanitaire, il tiendra sa sixième conférence de reconstitution des ressources en octobre. Les leaders du monde et les investisseurs privés sont invités à faire front commun et aider à sauver 16 millions de vies au cours des trois prochaines années en investissant 14 milliards $ US.

Voilà l’objectif audacieux dont le monde a besoin pour freiner la propagation de maladies comme la tuberculose, et c’est pourquoi nous appelons les leaders mondiaux à se joindre à la campagne #AccéléronsLeMouvement en finançant pleinement le Fonds mondial.

Ajoutez votre nom et dites aux leaders mondiaux qu’ils doivent soutenir cette initiative audacieuse cette année.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents