Au Mozambique, courts métrages par cellulaires aident les enseignants à agir
Education

Au Mozambique, courts métrages par cellulaires aident les enseignants à agir

Rejoindre ONE

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Ceci est la première partie d’une série de blogues en deux parties de CODE.

L’Assemblée générale des Nations Unies a récemment proclamé le 24 janvier Journée internationale de l’éducation.

L’éducation est essentielle à la réalisation de tous les autres objectifs de développement durable (ODD) et une journée consacrée à la célébration de l’éducation à l’échelle mondiale est donc une bonne nouvelle. L’éradication de la pauvreté, l’amélioration de la santé et du bien-être, l’égalité des sexes, la paix et la sécurité — tout cela devient possible lorsqu’une population instruite acquiert les compétences dont elle a besoin pour apprendre, réfléchir de manière critique et communiquer efficacement.

Mais si des progrès considérables ont été accomplis vers la réalisation de l’objectif de l’éducation primaire universelle, 750 millions d’adultes et 115 millions de jeunes ne possèdent toujours pas les compétences les plus élémentaires en matière d’alphabétisation. Les femmes et les filles, en particulier, représentent les deux tiers de tous les adultes analphabètes et 60 % des jeunes analphabètes.

Comme le reconnaissent les ODD, il ne suffit pas d’accroître simplement l’accès des enfants à l’éducation ; lorsque les enfants arrivent à l’école, ils ont aussi besoin de matériels de lecture de haute qualité et pertinents, d’enseignants bien formés et d’une communauté solidaire qui encourage à la fois les garçons et les filles à poursuivre leur éducation.

Nulle part ailleurs les nombreux impacts à long terme d’une éducation de qualité ne sont plus évidents que dans la vie des femmes et des filles. Lorsque les femmes et les filles sont habilitées à apprendre et à réussir, les résultats sont stupéfiants et ont un impact non seulement sur leur propre santé et leur bien-être, mais aussi sur celui de leurs familles, communautés et pays.

Mais à quoi cela ressemble-t-il en pratique ?

Au Mozambique, CODE travaille avec des partenaires locaux, Associação Progresso et le ministère de l’Éducation et du Développement humain, avec l’appui d’Affaires mondiales Canada, pour réaliser le projet Better Education Through Teacher Training and Empowerment for Results (ou BETTER). Dans le cadre de ce projet, CODE travaille dans des établissements d’enseignement au Mozambique pour améliorer les programmes de formation et s’assurer que les enseignants disposent des outils dont ils ont besoin pour faire une réelle différence dans la vie de leurs élèves.

Mais, comme c’est le cas dans de nombreux autres pays à travers le monde, la violence domestique, les mariages forcés, le harcèlement sexuel et la répartition inégale des tâches domestiques sont des problèmes qui empêchent encore de nombreuses femmes et filles au Mozambique de bénéficier d’une éducation de qualité que nous espérons leur offrir.

CODE a donc organisé une série d’ateliers dirigés par des chercheurs canadiens de la Faculté d’éducation de l’Université McGill, au cours desquels les participants ont appris à utiliser leurs téléphones cellulaires, tablettes et autres appareils mobiles pour créer de courtes vidéos appelées « cellphilms ». Les participants ont écrit, filmé et joué dans leurs propres vidéos qui traitaient de sujets tels que l’inégalité entre les sexes en classe, la santé sexuelle, les droits génésiques et la violence sexiste. Lorsqu’elles ont été montrées à leurs élèves enseignants dans les établissements de formation du Mozambique, ces vidéos inspirantes ont donné lieu à de sérieuses discussions en classe qui ont amené les formateurs, les élèves enseignants et les responsables scolaires à mettre leurs propres normes, présomptions et comportements en question.

Ces outils amusants à créer et faciles à utiliser se sont révélés être un parfait exemple de la façon dont la technologie et un peu de créativité peuvent aider les apprenants à réfléchir sur leur propre vie, à sensibiliser davantage la communauté à l’égalité des sexes et à la santé sexuelle et reproductive, à influencer les politiques éducatives, à promouvoir les meilleures pratiques et, surtout, à donner aux enseignants et enseignantes des moyens de servir de modèles aux élèves dans leurs classes et entre collègues de travail.

Un cellphilm en production

Un cellphilm en production

Lisez la deuxième partie pour en savoir plus sur le travail de CODE visant à aider les femmes et les filles à accéder à une éducation de qualité.

ONE accepte des collaborations de blogueurs invités, mais n’endosse pas nécessairement les points de vue exprimés, les programmes ou les organisations mentionnées.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires

Les billets récents