Lettre Ouverte aux Dirigeants Africains

Un appel à l’action pour protéger le financement public de l’éducation pour une reprise économique accélérée et durable après la pandémie

Avant le Sommet mondial sur l’éducation les 28-29 Juillet

Chers Excellences,

 Monsieur le Président Uhuru Kenyatta, en tant que co-hôte avec le Premier Ministre du Royaume-Uni Boris Johnson du Sommet mondial sur l’éducation de haut niveau sans précèdent: Le financement du GPE 2021-2025, les 28 et 29 Juillet, a lancé un appel à l’action auprès de ses homologues chefs d’État afin d’appuyer sa déclaration politique, sur le financement de l’éducation. La reconstitution du GPE sera un moment charnière pour la communauté mondiale de se rassembler pour soutenir une éducation de qualité pour tous les enfants et les jeunes.

Nous apprécions votre engagement inébranlable à bâtir un développement durable et prospère au sein du continent.

L’investissement dans le capital humain, y compris l’éducation, est la base sur laquelle chaque nation prospère – éradiquant la pauvreté et favorisant une croissance inclusive et soutenue. C’est la voie à suivre pour exploiter le dividende démographique de l’Afrique et transformer les économies africaines, notamment en assurant le succès d’initiatives phares telles que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Nous, les soussignés, vous exhortons à vous engager à protéger les dépenses d’éducation aux niveaux de la période pré-COVID, à augmenter le financement national vers le repère mondial de 20 % et au-delà, à établir des politiques inclusives, à faire progresser l’égalité des sexes et à ne laisser aucun enfant derrière, et à assurer l’efficacité d’utilisation des ressources. Il est essentiel que l’éducation soit prioritaire dans les dépenses publiques permises par les fonds libérés et les nouvelles liquidités provenant des initiatives d’allégement de la dette et une nouvelle allocation de droits de tirage spéciaux (DTS) une fois garantis. Il est également crucial que les pays s’attaquent aux inefficacités critiques des dépenses. Les Perspectives économiques en Afrique 2020 ont mis en évidence la faible efficacité des dépenses publiques de l’Afrique comme cause du retard du continent en matière de réussite scolaire. Il est également essentiel que les pays réduisent leurs dépenses militaires au profit d’une augmentation des dépenses d’éducation, ce qui a le potentiel de favoriser la paix et, dans certains cas, d’aider à répondre aux griefs qui mènent aux conflits armés. Les filles et les femmes africaines, en particulier, appellent à l’action pour augmenter les allocations budgétaires nationales pour l’éducation (et diminuer celle de la militarisation) afin d’accélérer le développement d’une éducation de qualité, gratuite et inclusive à tous les niveaux, garantissant l’égalité d’accès pour les filles et les garçons.

Pour faire écho à la voix d’Aya Chebbi, Envoyée de l’UA pour la jeunesse, “Pour assurer la sécurité, les dirigeants doivent s’attaquer aux problèmes fondamentaux. La militarisation n’est qu’une réponse. Il ne traite pas de prévention ou de transformation.” Les jeunes veulent que des fonds soient investis dans ce qui construira vraiment un avenir pour eux et la prochaine génération, notamment grâce à des économies fortes et inclusives. En faisant priorité aux investissements dans l’éducation, les jeunes veulent que vous avanciez mieux.

Il existe deux autres domaines dans lesquels les gouvernements peuvent prendre des mesures qui pourraient transformer le financement de l’éducation dans les années à venir. Premièrement, une action ambitieuse visant à augmenter les recettes fiscales nationales de manière progressive peut générer des ressources durables pour l’investissement non seulement dans l’éducation mais aussi dans la santé et d’autres services publics. Des engagements clairs visant à augmenter les ratios impôts/PIB par le biais d’impôts sur les particuliers et les entreprises les plus riches, peuvent transformer radicalement les ressources disponibles pour l’éducation. Deuxièmement, les gouvernements peuvent s’engager clairement à résister à toute pression en faveur d’un retour prématuré à l’austérité. La compression des finances publiques affecte de manière significative les dépenses d’éducation, peut-être plus particulièrement lorsque des contraintes sont imposées sur la masse salariale globale du secteur public. Les enseignants sont souvent le groupe le plus important sur la masse salariale, de sorte que toute réduction ou gel peut avoir un impact disproportionné sur les dépenses d’éducation. Investir dans des mécanismes appropriés de suivi et d’atténuation de la corruption, contribuera également grandement à garantir que tous les fonds consacrés aux programmes d’éducation sont utilisés et comptabilisés comme prévu.

Le COVID-19 a conduit à la plus grande urgence éducative de notre vie. Alors que la pandémie a fait des milliers de milliers de morts sur le continent aujourd’hui, elle constitue également une menace importante pour l’avenir de millions de jeunes, en particulier de filles. En Afrique, COVID n’a fait qu’exacerber une crise d’apprentissage préexistante. Avant la pandémie, 87 % des enfants d’Afrique subsaharienne ne pouvaient pas lire et comprendre une histoire simple avant leur 10e anniversaire. Plus de la moitié de tous les enfants d’âge scolaire ne pouvaient pas maîtriser les compétences de base au niveau secondaire, y compris les compétences essentielles telles que la lecture, l’écriture, le calcul, la résolution de problèmes et la pensée critique.

Les perturbations causées par le COVID-19 ont aggravé ce déficit d’apprentissage. Au plus fort de la pandémie, les fermetures d’écoles ont touché plus de 250 millions d’enfants en Afrique.  En raison de la pandémie, le nombre d’enfants et de jeunes non scolarisés pourrait désormais augmenter considérablement pour la première fois depuis des décennies. Nous avons également vu les inégalités et les iniquités se creuser à cause de la pandémie. Les enfants qui risquaient déjà le plus d’être exclus de l’accès à une éducation de qualité ont été les plus touchés. Ils ont perdu des années de calendrier scolaire cruciales, ce qui a un impact négatif sur leurs résultats d’apprentissage, la durée de leur séjour à l’école et leur bien-être. Les filles, en particulier, sont susceptibles d’être touchées de manière disproportionnée, avec environ 20 millions de filles d’âge scolaire risquant d’abandonner définitivement et 10 millions de mariages supplémentaires susceptibles de se produire d’ici 2030 en raison de la fermeture des écoles, de l’augmentation des grossesses chez les adolescentes, de la perturbation du mariage des enfants et instabilité économique. Les filles, en particulier, sont susceptibles d’être touchées de manière disproportionnée, avec environ 20 millions de filles d’âge scolaire risquant d’abandonner définitivement et 10 millions de mariages supplémentaires susceptibles de se produire d’ici 2030 en raison de la fermeture des écoles, de l’augmentation des grossesses chez les adolescentes, de la perturbation du mariage des enfants programmation et instabilité économique. Ce potentiel perdu est catastrophique, non seulement pour les individus mais pour les économies futures et les générations à venir. Cela pourrait compromettre l’avenir de notre continent et notre capacité à nous remettre des ravages causés par la pandémie. Pour éviter de transformer la crise de l’apprentissage du continent en une catastrophe profonde et durable, il est primordial de protéger et d’accroitre les investissements dans l’éducation. Notre appel à vous est nécessaire en raison de la longue histoire de sous-financement du secteur de l’éducation en Afrique.

Entre 2014 et 2018, les gouvernements d’Afrique subsaharienne ont consacré en moyenne 17 % de leurs dépenses à l’éducation, ce qui est inférieur au seuil de 20 % recommandé par l’UNESCO. Avec COVID-19, les budgets de l’éducation sont encore plus menacés. Seuls 5 des 25 pays disposant de données ont obtenu le financement requis. Bien que nous comprenions les difficultés financières actuelles de l’Afrique, nous ne pouvons pas sacrifier la crise actuelle pour un avenir catastrophique. La décision des dirigeants africains et la collaboration avec d’autres dirigeants mondiaux sont nécessaires pour protéger le financement du secteur de l’éducation.

Le prochain Sommet mondial sur l’éducation est une occasion importante d’obtenir des engagements financiers et une volonté politique, de donner la priorité à l’éducation et de définir la trajectoire pour l’avenir. L’Afrique a une occasion unique de sortir de cette crise en faisant les choses différemment – pour construire un avenir plus prospère et plus égal pour TOUS ses enfants en transformant l’éducation et en libérant l’Afrique que nous voulons.

Nous vous appelons à appuyer la déclaration du président Kenyatta et à prendre des engagements nationaux audacieux et ambitieux pour protéger et augmenter les dépenses d’éducation, augmenter les recettes fiscales nationales de manière équitable et résister à un retour prématuré à l’austérité. L’investissement dans l’éducation est la clé d’une reprise accélérée et de progrès tangibles dans chaque pays, même face à un centre-ville économique.

Si nous voulons éradiquer la pauvreté et la faim – améliorer la santé, développer une maind’œuvre qualifiée, protéger notre planète, faire progresser l’égalité des sexes et construire une société plus inclusive et pacifique – nous devons donner à chaque individu l’accès à une éducation de qualité. Cela commence par l’amélioration de la façon dont les gouvernements financent l’éducation de leurs enfants et de leurs jeunes pour réaliser une transformation durable.

Signé par :

MEMBRES DU PARLEMENT

  1. Senator Dr Milgo Alice Chepkorir, Chair of the Education Committee in the Senate of Kenya (Kenya)
  2. Dennitah Ghati MP,Member of Parliament for Persons with Disabilities in theNational Assembly of Kenya (Kenya)
  3. Senator Dr Gertrude Musuruve Inimah, Nominated Senator representing Persons with Disabilities in the National Assembly of Kenya and Co-Chair of the International Parliamentary Network for Education (Kenya)
  4. Peter Kwasi Nortsu-Kotoe, MP and ranking member of the Education Committee of the Parliament of Ghana (Ghana)
  5. Dr William Susuwele-Banda, Member of the National Assembly of Malawi and former Minister of Education (Malawi)
  6. Senator Hafida Benchehida, Senator in the Parliament of Algeria (Algeria)
  7. Agho Oliver Bamenju, Member of the National Assembly of Cameroon  (Cameroon)
  8. Prof. Julius O. Ihonvbere, OON Chair of the House Committee on Basic Education & Services in the National Assembly of Nigeria; IPNEd Regional Representative for Africa (Nigeria)
  9. Deputy Boubacar Villiemmbo Biaye, General Manager of the Senegalese Parliamentary Network for the Promotion of Inclusive Education (REPSEI) (Senegal)
  10. Issa Mardo Djabir, Chair of the Standing Committee on Sustainable Development of the National Assembly in the National Assembly of Chad (Chad)
  11. Beatrice Adagala, Member of the National Assembly of Kenya (Kenya)
  12. Hayat Bouffarrachen, Member of the Parliament of Morocco (Morocco)
  13. Ibtissame Azzaoui, Member of the Parliament of Morocco and IPNEd Regional Representative for Arab States (Morocco)
  14. Professor Geoffrey Lungwangwa – Member of the National Assembly of Zambia and former Minister of Education (Zambia)

ORGANISATIONS

ONE Campaign

International Parliamentary Network for Education

ActionAid

Girls Not Brides

Forum for African Women Educationalists (FAWE)

Plan International

Global Campaign for Education

Africa N etwork Campaign on Education For All (ANCEFA)

Africa Education Watch

YouthConnekt Africa

Accountability Lab Nigeria

Amplify Girls

African Youth Commission

Nala Feminist Collective

Northern Network for Education Development (NNED), Ghana

SADC Youth Council

Imara Comoros

Nashipai Maasai Community Projects, Kenya

Embu County Youth Assembly, Kenya

Global Health Youth Foundation

Music for Youth Empowerment Movement, Kenya

Tuwakuze Africa (Kenya)

STRETCH Centre for Human Development

Activate Action, Kenya

Initiative for Pastoralists Communication (IPC), Ethiopia

Greater Nigeria Initiative

Nigeria Network of NGOs

Socio Economic Research and Development Centre, Nigeria

Ejonwanu Resources Nigeria

Ugonma Foundation

Voluntary Aid Initiative, Nigeria

Agape Foundation for Literacy and Rural Development, Nigeria

Sunshine Progressive Youth Alliance, Nigeria

Connected Advocacy for Empowerment and Youth Development Initiative, Nigeria

International Society of Comparative Education, Science and Technology (ISCEST-Nigeria)

Enlightenment And Empowerment of Northern Women Initiative, Nigeria

Society for the Improvement of Rural People (SIRP)

Lagos Civil Society Participation for Development

Civil Society Action Coalition on Education for All, Nigeria

Anti-Corruption and Transparency Support Initiative (ACTSI)

Foundation For Environmental Rights, Advocacy & Development (FENRAD)

New Era Educational and Charitable Support Foundation

Crownrise Development Initiative

Excellent Community Education Welfare Scheme (ECEWS)

Lawanti Educational Development Foundation

Paradigm Leadership Support Initiative

Cedars For Human Welfare Initiative

Center for Peace Education and Community Development

Eneme Development for Progress Initiative

Michael Adedotun Oke Foundation

Development Watch Network

Open Arms Initiative for Sustainable Development (OPAISD)

Enhancing Communities Action for Peace and Better Health Initiatives (e-CAPH)                Nigeria

Upline Centre for Development (UCD)

Community Outreach for Development and Welfare Advocacy (CODWA)               Nigeria

Publish What You Pay (PWYP)

Speak out for African initiative, Nigeria

Human Rights and Conflicts Resolution Center HRCRC

Center for Advocacy in Gender and Social Inclusion (CAGSI)

Abraham’s Children Foundation Nigeria

Centre for Community Empowerment and Poverty Eradication (CCEPE)

Centre for Development and Civic Education, Nigeria

Community Safety Partnership, Nigeria

Association of Professional for Family Health Empowerment and Community Development

Keen and Care Initiative (KCI)

Transparency and Economic Development Initiative TEDI

Women With Disability Self Reliance Foundation

Voice For Africa Development Initiative

Humanity Family Foundation for Peace and Development (HUFFPED), Nigeria

Birninkudu Progressive Forum (BPF), Nigeria

Naretu Ntomonok CBO, Kenya

Restoration of the dignity of Womanhood, Nigeria

Education Coalition of Zimbabwe

Education For All Campaign Network, The Gambia

African Foundation for Environment and Development (AFED)

Philomina Initiative for Development (PID), Nigeria

Ground Zero Radio, Nigeria

TransparencIT

Grassroots Advocacy Centre for Economic Development (GRACED)

Gumel Youth Empowerment Association, Nigeria

ARTISTES

  1. Fena, Kenya
  2. Bisola, Nigeria
  3. Teni, Nigeria
  4. Prodigio, Angola
  5. Ben Pol, Tanzania
  6. Mpho Sebina, Botswana

PARTICULIERS – Organisations et jeunes leaders ici.

Rejoignez le combat contre l'extrême pauvreté

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez nous aider dans notre combat contre l'extrême pauvreté ?

Inscrivez-vous pour recevoir les emails de ONE et rejoindre les millions de personnes qui agissent à travers le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables. Nous ne nous demandons pas votre argent mais votre voix. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Privacy options
Vous êtes sur-e ? Si vous cliquez sur 'Oui', nous vous tiendrons informés des actions que vous pouvez mener pour faire avancer notre combat. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE, et notamment le transfert de vos informations aux serveurs de ONE.org aux Etats-Unis.

You agree to receive occasional updates about ONE’s campaigns. You can désinscrire at any time.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent