Histoire de ONE

cms-20090519133118-history1

Les origines de ONE remontent à 2002, date de la fondation de DATA (« Debt, AIDS, Trade, Africa », ou dette, sida, commerce, Afrique), l’organisation de plaidoyer anti-pauvreté avec laquelle ONE a fusionné en 2008.

Suite à leur collaboration pendant le mouvement « Drop the Debt » organisé dans le cadre de la campagne du Jubilé 2000, Bono, Bob Geldof, Bobby Shriver, Jamie Drummond et Lucy Matthew se sont réunis en mars 2002 pour créer un nouveau groupe de pression nommé DATA (« Debt, AIDS, Trade, Africa », ou dette, sida, commerce, Afrique). Comme son nom l’indique, DATA a été fondé pour inciter les gouvernements des pays développés à s’impliquer dans la lutte contre l’extrême pauvreté en Afrique, tout particulièrement en ce qui concerne l’allégement de la dette, les traitements contre le sida, et la réforme des règles commerciales injustes. DATA a aussi plaidé pour une gouvernance plus démocratique, redevable et transparente, afin que la société civile dans les pays pauvres ait davantage son mot à dire quant à la manière dont les ressources sont mises en œuvre. S’étant fait connaître mondialement par une couverture du magazine TIME, DATA a établi des bureaux à Washington et à Londres pour communiquer ses priorités politiques au plus haut niveau des gouvernements aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, et au sein du G8.

En 2004, DATA et dix autres grandes organisations anti-pauvreté (l’institut Bread for the World, CARE USA, International Medical Corps, International Rescue Committee, Mercy Corps, Oxfam America, Plan USA, Save the Children, World Concern, Vision du Monde) se sont réunies pour créer une nouvelle campagne, non partisane, visant à mobiliser des Américains de tous bords dans la lutte contre l’extrême pauvreté et les maladies évitables dans le monde. ONE a été lancée lors d’une manifestation d’inauguration à Philadelphie, aux Etats-Unis, en mai 2004, à laquelle ont assisté des responsables d’organisations anti-pauvreté, des célébrités, des dirigeants religieux, des activistes africains, et des responsables politiques de droite comme de gauche.

En travaillant étroitement avec DATA et les autres organisations co-fondatrices, ONE s’est vite mise au travail, via des actions mondiales en ligne, grâce à la création d’une campagne publicitaire emblématique, et par la prise en charge des concerts Live 8. Ceci lui a permis de soutenir un nouveau projet de lutte contre la pauvreté en Afrique au sommet du G8 à Gleneagles, en 2005. Ceci, combiné à l’Appel Mondial Contre la Pauvreté, a contribué à faire promettre au G8 d’allouer 25 milliards de dollars supplémentaires à une aide efficace pour l’Afrique d’ici 2010. En moins d’un an, ONE a réuni plus de 2 millions de membres et a créé une puissante force politique citoyenne en faveur de meilleures politiques de lutte contre la pauvreté.

En 2007, ONE et DATA ont décidé de réunir leurs compétences complémentaires au sein d’une organisation mondiale unifiée anti-pauvreté. Ainsi, l’actuelle ONE résulte de la fusion des deux organisations en janvier 2008. Aujourd’hui, ONE combine les capacités de plaidoyer international à haut niveau ainsi que l’acuité politique de DATA à l’expertise de mobilisation citoyenne de ONE. Comme ses prédécesseurs, ONE a pour mission de combattre l’extrême pauvreté et les maladies évitables dans les endroits les plus pauvres de la planète, et plus particulièrement en Afrique, où les problèmes sont les plus importants.