VIH/sida : le début de la fin ?

Nous approchons de la Journée mondiale de lutte contre le sida, à un moment crucial de la lutte contre la pandémie.

Depuis la découverte du virus, le monde a réalisé des progrès incroyables pour comprendre, prévenir et traiter cette maladie au cours des trois dernières décennies. Mais il reste encore beaucoup à faire…

C’est ce que souligne le rapport de ONE intitulé « Le début de la fin ? Suivi des engagements mondiaux dans la lutte contre le sida ». Même si les scientifiques disposent aujourd’hui des outils nécessaires pour inverser le cours de l’épidémie, ils risquent fort d’échouer faute de financements adéquats, d’une meilleure coordination et d’une volonté politique renouvelée pour soutenir des programmes efficaces à travers le monde.

Souvenez vous, l’année dernière, les pays membres des Nations Unies se sont fixés des objectifs importants à atteindre d’ici à 2015 pour voir « le début de la fin du sida », ce moment où le nombre de personnes nouvellement sous traitement sera supérieur à celui des personnes nouvellement infectées. Parmi ces objectifs : mettre fin à la transmission du virus de la mère à l’enfant, permettre l’accès au traitement à 15 millions de personnes et réduire de manière drastique le nombre de nouvelles infections.

Depuis cette décision, de beaux discours ont été prononcés. Barak Obama annonçait de nouveaux engagements des Etats-Unis sur le sida en décembre 2011, suivi de François Hollande l’été suivant. En effet, dans un message vidéo enregistré dans le cadre de la Conférence internationale sur le sida en Juillet 2012, notre président a appelé la communauté internationale à agir pour « arrêter l’épidémie du sida ».

Or, au rythme actuel des progrès observés dans notre rapport, il nous faudra attendre au moins 10 ans pour atteindre ces objectifs. Surtout si nous maintenons le statu quo en termes de prévention et de traitement !

Mais des solutions existent. D’ailleurs notre rapport inclut une série de recommandations qui esquisse le chemin à parcourir pour mettre un point final à un fléau qui a déjà coûté la vie à plus de 25 millions de personnes.

Si la France et la communauté internationale souhaitent réellement en finir avec le sida, il faut qu’ils s’en donnent les moyens. 2015 c’est demain et le temps des beaux discours est révolu. Il faut passer aux actes.

Il y a encore deux jours, François Hollande martelait : « Oui la France veut la fin du sida et elle s’en donnera tous les moyens ».

C’est pourquoi, aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin de la mobilisation du plus grand nombre, pour dire à François Hollande, que nous l’avons entendu. Et que maintenant, nous aimerions le voir passer à l’acte. En 2013, les occasions ne manqueront pas.

On peut en finir avec le #sida, ça ne tient qu’à nous. Signez notre pétition.